Al-Ahram Hebdo, Sports | L’optimisme l’emporte

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 17 au 23 août 2011, numéro 884

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Sports

Judo . L’Egypte participera du 23 au 28 août à Paris aux 28es Championnats du monde avec l’intention de décrocher des médailles.

L’optimisme l’emporte

Cet été, Paris accueille pour la 7e fois de son histoire les Championnats du monde de judo. L’enceinte du Palais Omnisports de Paris-Bercy ouvrira ses portes à près de 900 athlètes venus du monde entier qui seront encouragés sur l’ensemble de l’événement par plus de 60 000 spectateurs. Ces Mondiaux sont une compétition déterminante à un an des Jeux olympiques, puisque la qualification olympique pour Londres 2012 sera à travers le classement mondial.

L’Egypte participera à cette compétition avec une très petite délégation composée de 4 judokas : Hassan Hafiz (73 kg), Hicham Mesbah (-90 kg), Ramadan Darwich (-100 kg) et Eslam Al-Chahabi (+100 kg). Si le nombre des membres est très petit, ils possèdent des qualités indéniables, puisque les 3 derniers judokas sont des médaillés mondiaux et olympiques. C’est Hicham Mesbah qui a ouvert la voie devant le judo égyptien en remportant une médaille de bronze lors des Jeux olympiques de Beijing 2008. Puis lors des Championnats du monde 2009, les judokas ont prouvé leur niveau en décrochant deux médailles de bronze : Hicham Mesbah (-90 kg) et Ramadan Darwich

(-100 kg). Aux Mondiaux 2010, l’Egypte a continué son élan en décrochant une médaille de bronze grâce à Eslam Al-Chahabi. Ce dernier a donné une preuve supplémentaire de l’excellent niveau des judokas égyptiens. « A Paris, je compte monter sur la plus haute marche du podium. Je sais très bien que ça ne sera pas facile. En fait, la concurrence sera dure, surtout avec le champion du monde en titre, le Français Riner Teddy, qui joue à domicile et qui sera encouragé par des fans enthousiastes », déclare Al-Chahabi qui occupe la 2e place au classement mondial, précédé par Teddy à la première place. L’autre rival d’Al-Chahabi sera l’Allemand Andreas Toelzer, 3e au classement mondial, qui avait battu l’Egyptien en demi-finale des Mondiaux 2010. Mais il est à noter qu’Al-Chahabi avait subi une blessure à la fin de l’année dernière qui l’a handicapé. En fait, les blessures sont le souffre-douleur des 3 stars égyptiennes. Hicham Mesbah, le seul médaillé olympique égyptien, a été victime d’une blessure. Il a fait son retour au jeu depuis quelques mois seulement. Idem pour Ramadan Darwich. Ces blessures ont affecté leur classement mondial. Mesbah, qui était 2e mondial, devient aujourd’hui le 24e. « Durant les deux dernières années, j’ai raté des compétitions majeures, ce qui a affecté mon classement mondial. Mais je crois que je pourrai reprendre mon niveau. Les Mondiaux de Paris seront une grande opportunité pour moi d’améliorer mon classement », affirme Mesbah.

Les blessures n’étaient pas les seuls déboires des judokas. Dès le début de l’année, ils n’ont disputé qu’une seule compétition, les Championnats d’Afrique, et n’ont effectué qu’un seul stage à l’étranger. Raisons : en premier, la révolution du 25 janvier qui a bouleversé leur programme. Et depuis, la stabilité leur a fait défaut pour poursuivre leur travail. Une autre révolution au sein de la Fédération égyptienne a entravé leur travail aussi. Des malentendus ont surgi entre les athlètes et la Fédération. Ensuite, cette dernière décide de changer l’encadrement technique en désignant un autre directeur technique avec Bassel Al-Gharabawi, ancien sélectionneur. En réponse, les judokas ont boycotté l’entraînement. Par conséquent, la Fédération arrête les judokas et vire le directeur technique de l’équipe, Bassel Al-Gharabawi, qui a pris le parti des athlètes dans leurs revendications. Il y a deux semaines, la Fédération a approuvé les demandes des 3 judokas qui font partie du projet des meilleurs athlètes en désignant Al-Gharabawi comme directeur technique. « Aujourd’hui, nous nous sentons mieux. Al-Gharabawi n’est pas seulement un entraîneur d’un très haut niveau, mais il est aussi un ami et un frère pour nous. Sa présence auprès de nous est très importante », confie Mesbah.

En dépit de la mauvaise préparation et des déboires connus par les judokas, l’espoir règne au sein de la sélection nationale. « L’Egypte compte parmi les grandes nations de la discipline, donc nous allons retourner de Paris avec des médailles Incha Allah », conclut Al-Chahabi.

Doaa Badr

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Héba Nasreddine
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.