Al-Ahram Hebdo,Environnement |

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 29 juin au 5 juillet 2011, numéro 877

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Environnement
 

En bref

Changement climatique
Un parasol géant dans l’espace ou des tours pour capter le CO2 : les scientifiques de l’Onu vont regarder à la loupe les options technologiques envisagées pour lutter contre le réchauffement climatique au moment où les négociations internationales patinent toujours. Des spécialistes du Groupe d’experts de l’Onu sur l’évolution du climat (Giec) se sont retrouvés la semaine dernière à Lima, pour passer en revue ces solutions qui soulèvent nombre de critiques de la part de ceux qui redoutent plus de conséquences néfastes que de bénéfices pour la planète. Ces propositions de géo-ingénierie n’en sont globalement qu’au stade de projets, mais certaines ont toutefois déjà été expérimentées. Parmi les options évoquée3s pour refroidir la planète ou au moins freiner la hausse de la température : « fertiliser » les océans avec du fer pour accélérer la croissance des micro-organismes absorbant le CO2, diffuser des particules artificielles dans la haute atmosphère pour réfléchir les rayons du soleil, construire des tours capables d’extraire du CO2 de l’atmosphère. Les promesses actuelles de réduction des émissions de gaz à effet de serre annoncées par les pays sont loin de permettre de contenir le réchauffement sous le seuil de 20oC préconisé par la science.

Nucléaire
Greenpeace a appelé la semaine dernière la Corée du Sud à fermer son réacteur nucléaire le plus ancien. L’organisation écologiste et antinucléaire et la Fédération coréenne du mouvement pour l’environnement ont demandé la fermeture immédiate du réacteur Gori 1, à 325 km au sud-est de Séoul, dans un communiqué. Les deux organisations dressent un parallèle avec la centrale de Fukushima, accidentée après le séisme et le tsunami du 11 mars au Japon. Cette centrale avait elle aussi bénéficié d’un prolongement de dix ans de sa durée de vie avant l’accident du 11 mars. Un porte-parole de la société d’exploitation des sites nucléaires, Korea Hydro et Nuclear Power Co, a indiqué que les 21 centrales avaient été inspectées après la catastrophe de Fukushima. Le bateau emblématique de Greenpeace, le Rainbow Warrior, vogue actuellement autour de la Corée du Sud, s’arrêtant près des communautés qui sont situées près des centrales.

Energie
Le spécialiste de l’énergie suisse Addax & Oryx Group a annoncé la semaine dernière la signature d’un accord pour un projet de 258 millions d’euros destiné à la construction d’une raffinerie d’éthanol en Sierra Leone, une opération critiquée par des ONG. Le groupe, via sa filiale Addax Bioenergy, a signé un contrat avec 7 banques de développement européennes et africaines pour le financement du projet de développement d’énergies renouvelables près de Makeni en Sierra Leone. Le projet prévoit le développement d’une plantation de canne à sucre, la construction d’une raffinerie d’éthanol et d’une centrale électrique à biomasse, qui alimentera en énergie la raffinerie et fournira environ 20 % de l’électricité en Sierra Leone, poursuit le communiqué. La construction de la raffinerie et de la centrale électrique doit débuter cette année et le démarrage des opérations est prévu pour 2013. L’opération a été critiquée par des ONG sierra léonaises et suisses pour son impact sur les populations locales.

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.