Al-Ahram Hebdo, Voyages | Un voyage dans les publicités d’antan

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 18 au 24 mai 2011, numéro 871

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Voyages

Nostalgie . Célébrant son 79e anniversaire, Egyptair a organisé une merveilleuse exposition d’anciennes photos dans ses locaux. Les images sont tirées des vieilles publicités de la compagnie, issues de vieux journaux et revues.

Un voyage dans les publicités d’antan

« Est-ce que vous n’avez pas pris d’avion jusqu’à présent ? Vous devez être à la mode et pratiquer l’expérience de l’aviation. Allez à l’aéroport Al-Dékheila (…) vous trouverez à votre attente des appareils luxueux et confortables, prenez-les et allez vous promener à bas prix. Réservez vos places dès maintenant (…) ». Il s’agit d’une publicité de Misrair, aujourd’hui Egyptair, qui a été publiée en 1933, une année après la fondation de cette compagnie faisant partie de l’essor industriel de l’Egypte mené par Talaat Harb et comprenant plusieurs entreprises dans différents domaines. L’exposition, tenue dans le cadre de la célébration du 79e anniversaire de la compagnie nationale, a été organisée dans les locaux d’Egyptair à proximité de l’aéroport du Caire.

Une autre publicité de l’exposition, datant aussi de la même année 1933, invite les Egyptiens à louer des appareils modernes avec de célèbres pilotes pour voyager vers n’importe quel endroit en Egypte ou à l’étranger. Elle invite aussi à des promenades aériennes tous les jours sauf les lundis à 25 piastres (soit un quart de livre égyptienne). Un parfum de nostalgie. Vous pouviez donc acheter un billet d’avion à 25 piastres. Aujourd’hui le billet vaut environ ce chiffre (25 piastres) multiplié par 10 000. C’est donc le bon vieux temps de nos parents, voire de nos grands-parents. En ce temps, les destinations de Misrair étaient limitées. Les principales destinations internes ne dépassaient pas le nombre de trois : Le Caire-Alexandrie-Le Caire, Le Caire-Assiout-Louqsor-Assouan-Le Caire (pendant l’hiver) et Le Caire-Alexandrie-Marsa Matrouh-Le Caire (pendant l’été). Quant aux vols étrangers, on ne cite que la ligne Le Caire-Palestine via Port-Saïd. Cette dernière ligne passait par Jérusalem, Jaffa et Tel-Aviv.

L’exposition présente également les images des publicités de l’Institut de l’aviation de Misrair. Une de ces publicités propose l’apprentissage de l’aviation en 15 heures seulement à un bas prix de 160 piastres par heure. Quel bon prix ! Sachant que l’heure de l’apprentissage de l’aviation coûte aujourd’hui entre 300 à 500 dollars l’heure. Une autre publicité incite les Egyptiens à apprendre l’aviation dans des écoles de la compagnie : « La compagnie Misrair enseigne les différents styles de l’art de l’aviation, dans ses écoles au Caire, à Alexandrie, à Port-Saïd et aux autres villes égyptiennes où la compagnie trouve une grande demande. Un grand nombre d’étudiants ont appris cet art, dont des demoiselles et des dames. Le peuple doit savoir que l’aviation est facile à apprendre et que n’importe quelle personne peut l’apprendre comme elle apprend n’importe quel genre de sport ». En fait, c’est un moyen fantastique pour convaincre. En effet, à cette époque, Misrair lance une campagne publicitaire dans la presse égyptienne et arabe : c’était en 1932.

Cette campagne était alors importante, visible dans presque tous les journaux du pays. La compagnie avait, en effet, commencé ses activités au moment de la grande crise économique qui avait frappé le monde dans les années 1930. Cette crise avait eu des effets négatifs sur la majorité des pays du monde, dont l’Egypte, et l’aviation l’a subi de plein fouet.

Par ailleurs, le transport aérien était loin de connaître la démocratisation récente dont il a été l’objet ces dernières années. Un autre point avait aussi aggravé la situation : au début des années 1930, la presse égyptienne a publié un certain nombre d’articles sur des accidents d’avions en Egypte et à l’étranger. Le magazine « Al-Lataëf » publie en 1933 une nouvelle sous le titre : « Un avion anglais prend feu en Belgique provoquant la mort de 15 passagers en l’air ». Le même magazine a publié dans un autre numéro la nouvelle du crash de l’avion du pilote égyptien Ali Affandi Riyad sur le club Al-Tersana. Pour contrer cette mauvaise image, il était nécessaire d’organiser des campagnes publicitaires dans la presse égyptienne. Les effets se sont avérés positifs.

Lors de la seconde moitié du XXe siècle, les publicités ont pris un nouveau tournant devenant plus brèves et avec plus d’illustrations. Emerveillement et humour, tout est là pour vous faire passer un agréable voyage dans le temps. Nostalgie des vieilles pubs.

Mettre en vitrine ces vieilles publicités est ainsi une bonne idée pour lire l’histoire de l’aviation en Egypte qui est, en fait, parallèle à l’histoire de la première compagnie aérienne égyptienne. C’est à travers la lecture de ces anciennes publicités ainsi que d’autres belles photos en noire et blanc qu’Egyptair nous raconte son histoire ayant été la première ligne aérienne au Moyen-Orient et en Afrique et la septième du monde à joindre l’IATA. Fondé en 1932, le parc aérien de Misrair ne comprenait que deux appareils transportant entre 2 et 4 personnes. Aujourd’hui, la compagnie nationale possède plus de 70 appareils parmi les plus modernes au monde.

Amira Samir

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.