Al-Ahram Hebdo, Opinion | Salwa Habib, Un échec prévisible

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 20 au 26 avril 2011, numéro 867

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Opinion

Un échec prévisible
Salwa Habib

Les plaintes des insurgés libyens ont probablement incité les forces de l’Otan à aller de l’avant dans leur mission avec plus de sérieux.

On a répété que l’Otan ne fait rien et qu’elle laisse les civils périr tous les jours aux mains des forces de Kadhafi. Les récentes frappes menées par l’Otan, qui ont détruit des dizaines de chars, mettront-elles l’alliance à l’abri des accusations ? L’Otan est accusée d’avoir échoué dans sa mission et accusé d’avoir abandonné les combattants qui battaient en retraite face aux forces de Kadhafi dans les villes pétrolières. Il a pour ainsi dire donné à Kadhafi la chance de bien équiper les siens. Ces accusations sont calomnieuses et mêlées d’ingratitude, aux yeux de la coalition occidentale ! Qu’en est-il des centaines de raids menés par l’alliance, disent les responsables de l’Otan ? Et ils avancent plusieurs dizaines d’objectifs frappés et 3 % du potentiel de Kadhafi détruit. L’Occident ne fait que rappeler que les opérations sont menées avec la plus grande prudence pour protéger la vie des civils, mais en même temps, il ne nie pas qu’il y a des obstacles à affronter. Il avance comme prétexte pour se déculpabiliser les manœuvres de Kadhafi et le changement de tactique opéré par ce dernier et qui ne fait que compliquer la tâche de l’alliance. Il reconnaît que ses avions décollent et atterrissent sans lancer un seul missile sous prétexte que Kadhafi déploie ses chars au milieu des civils et les utilise comme boucliers humains. Bref, il reconnaît franchement l’impossibilité de garantir l’équilibre sur le sol une fois que les avions ont largué leurs missiles.

En l’absence des Américains, la coalition occidentale ne possède visiblement pas les armes convenables pour accomplir cette mission. Les insurgés libyens ne sont ni formés ni organisés, malgré la présence des agents de la CIA. Il faudrait de longs mois pour qu’ils puissent fonder une vraie armée. On craint que la durée ne se prolonge, que de graves scissions n’apparaissent entre les alliés. La seule solution serait de renverser Kadhafi par l’un de ses alliés ou partisans ou bien d’opter pour des négociations.

Le probable échec de la campagne de l’Otan était inquiétant depuis le départ. L’alliance a trébuché dans les guerres précédentes. Il était prévisible que ses forces aériennes soient atteintes de rigidité et qu’elles soient incapables d’infliger à Kadhafi une défaite ou bien d’obliger ses forces à se retirer. A la lecture de ces données, l’on se demande si l’Otan est prête à renoncer à sa mission initiale et au lieu de lancer des frappes aériennes à se contenter d’armer les révoltés. Ou bien l’alliance fabriquera-t-elle de toutes pièces les justifications qui lui permettent de procéder à un débarquement terrestre, ce qui est totalement inacceptable ?

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.