Al-Ahram Hebdo, Egypte |

  Président
Labib Al-Sebai
 
Rédacteur en chef
Hicham Mourad

Nos Archives

 Semaine du 20 au 26 avril 2011, numéro 867

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Egypte

Coupures de Presse . La prison de Tora suscite toutes les curiosités. Mais à côté, les Frères musulmans ont réussi, grâce aux déclarations du vice-guide de la confrérie, à se garantir une place dans les urnes.

La prison 5 étoiles du gouvernement sur la touche

De la révolution égyptienne se sont dégagés deux pôles : d’abord Tahrir et ensuite Tora. Entre les deux, l’histoire semble s’être contractée au maximum, dégageant une situation qui est une première en son genre. Toute la panoplie des « grosses légumes » du régime en prison ! Une situation qui a vite donné lieu, comme depuis le début de la révolution, à une vague de satire.

Une page facebook s’est intitulée « PortoTora juste pour toi » — en allusion à de célèbres stations balnéaires dans le vent : Porto Sokhna, Porto Marina ... Depuis jeudi, la page a rallié 84 000 adhérents. A longueur de journée, les administrateurs de la page balancent des phrases du genre : « Moubarak : Vous croyez que la révolution m’a atteint ? Absolutly … c’est moi qui l’ai atteint ». En un clin d’œil, l’attention des Egyptiens s’est transposée de la place Tahrir à la désormais célébrissime prison de Tora, lieu de tous les mystères. Toutes ces grosses têtes, intouchables il y a à peine deux mois et demi, sont aujourd’hui réunies derrière les barreaux : de quoi susciter toutes les curiosités.

Les sources internes à cette « république de Tora » sont devenues les grandes vedettes des journaux. L’hebdomadaire Sawt Al-Oumma affirme : « Selon une source de la prison, Gamal Moubarak a craché à la figure d’Ahmad Ezz quand ce dernier a accouru pour lui serrer la main à son arrivée sur les lieux. La cause étant les déclarations de Ezz où il a nié avoir falsifié les élections législatives, jetant la responsabilité sur la présidence et se faisant ainsi passer pour un simple exécutant ».

Al-Badil online rapporte une information selon laquelle le Front libre pour le changement pacifique — qui se qualifie comme un groupe politique de jeunes — a déposé une demande officielle auprès du procureur de la République pour permettre à une délégation du Front de se rendre à la prison de Tora dans le but d’être au fait de ce qui s’y déroule, suite aux informations qui parlent d’un traitement de faveur pour les symboles de l’ancien régime. Une requête qui a été relayée par plusieurs mouvements et personnalités dans la presse.

 

La prison qui fait fantasmer

Mais le mystère de Tora reste entier et les rumeurs prennent de l’ampleur : il est devenu le sujet vendeur. Même les quotidiens sérieux s’y sont mis ! « La prison de Tora a vécu, vendredi dernier, le plus étrange match de football dans toute l’histoire de la prison entre deux équipes de ministres durant la promenade quotidienne ». Après avoir énuméré l’effectif de chaque équipe, le journal a souligné que « le match s’est terminé par un score nul » en relevant que l’ex-président du Parlement, l’ex-président du Sénat et les deux fils de Moubarak n’étaient pas de la partie. « Mais la joie du match s’est vite dissipée lorsque, selon une source de la prison, l’administration a lancé une campagne de fouilles dans les cellules ministérielles, confisquant tous leurs cellulaires. La source a aussi ajouté que la prison reçoit chaque jour pour ces hôtes quelque 200 repas ».

Chaque information perçant sur Tora suscite davantage de mystère et permet donc plus d’histoires, toujours rapportées par de mystérieuses sources carcérales. « Tôt le matin, ils se dirigent vers la cafétéria pour le petit-déjeuner : de la confiture et du fromage. La source a affirmé que les prisonniers du régime Moubarak commandent des repas luxueux de l’extérieur de la prison — surtout à l’heure du déjeuner — via un commis. Les plus célèbres repas sont les mets de poissons en tous genres commandés par les fils Moubarak », rapporte le quotidien Al-Ahram al-massaï.

Al-Masry Al-Yom, occupé depuis le début de la semaine à combattre une affaire de diffamation lancée par le vice-guide de la confrérie, a rattrapé le coche. Il publie un dossier « Tora » qu’il pimente avec un croquis qui jette la lumière sur les bâtiments de la prison et les lieux où sont détenues ces personnalités. Après maintes explications sur le règlement intérieur de la prison et sur les facilités que peuvent avoir les richissimes prisonniers — en faisant notamment travailler d’autres détenus à leur profit —, le journal rapporte que « le roi est le surnom de Talaat Mostafa, l’homme d’affaires, hôte de la prison depuis déjà quelques années pour meurtre. Il se réveille chaque matin depuis le 25 janvier pour accueillir un nouveau venu, comme il les accueillait jadis à l’hôtel Four Seasons. Il a atténué le choc chez ces stars de la prison que les autres prisonniers ne ménagent pas. Ils ont appelé Ezz le percussionniste et Sourour, l’ex-président du Parlement, le tailleur (en référence aux lois sur mesure) ».

Star malgré elle

L’autre malheureuse superstar de la semaine, c’est le docteur Mahmoud Ezzat, vice-guide des Frères musulmans, qui a crié haut et fort n’avoir jamais dit dans l’interview publiée par Al-Masry Al-Yom samedi : « Nous voulons préparer l’Egypte à un régime islamique et à l’application des hodoud ». Des propos qui ont soulevé un tollé contre la confrérie qui a été accusée de jouer un double jeu et de changer de position continuellement.

Loin des projecteurs de la presse, il y en a un qui demeure toujours dans l’ombre. Omar Soliman, ex vice-président et ex-directeur des services secrets. Al-Badil online y a consacré un article daté du 13 avril. « Soliman reste chez lui, à la retraite », écrit le journal, qui revient sur l’histoire de cet homme qui a la confiance des Etats-Unis. « Y a-t-il des plans pour un retour de Soliman sur la scène politique ? Dieu seul le sait ». Mais les blogeurs ont pris les devants. Nawwara Negm - publiée sur Tahyyes blogpost - écrit : « Je joue le rôle du messager. Le message maintenant est le suivant : quiconque du Sinaï ou de Palestine, ou de n’importe quel pays arabe ayant une affaire de torture ou de détention illégale qui implique Omar Soliman, quiconque ayant des informations peut contacter ces avocats ci-dessous ». Et elle donne la liste des avocats en question ... avis aux intéressés.

Najet Belhatem

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.