Al-Ahram Hebdo, Egypte | EN BREF

  Président
Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef exécutif
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy

Nos Archives

 Semaine du 29 septembre au 5 octobre 2010, numéro 838

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Egypte
 

EN BREF

Bédouins
Plusieurs dizaines de Bédouins armés ont assiégé vendredi un commissariat de police dans le centre du Sinaï, avant de quitter les lieux. L’incident a été déclenché par le refus d’un policier de laisser l’un des anciens d’une tribu bédouine prononcer le sermon des prières du vendredi malgré l’absence de l’imam désigné par le gouvernement. Les Bédouins ont alors agressé ce policier dans la mosquée d’Al-Gafafa, village isolé de la péninsule. Ils ont ensuite encerclé le commissariat, dans lequel une quinzaine de policiers ont été bloqués, tiré des balles en caoutchouc en l’air, brûlé des pneus et incendié un véhicule. La police a envoyé des véhicules blindés sur place. « La crise a été apaisée avec l’intervention des chefs des tribus. Les policiers à l’intérieur du commissariat avaient reçu ordre de ne pas répliquer, d’éviter les victimes des deux côtés », a-t-on déclaré de source des services de sécurité.

Libération
L’Egypte a relâché vendredi Mohamad Dababech, un des principaux responsables des services de sécurité publique dépendant du Hamas dans la bande de Gaza. Dababech a été arrêté le 13 septembre à l’aéroport du Caire à sa descente d’un avion en provenance d’Arabie saoudite. Il était soupçonné d’implication dans des activités nuisant à la sécurité nationale, dont une tentative de trafic (une importante quantité de systèmes de télécommunications sophistiqués à destination du territoire palestinien) et dans le meurtre en janvier d’un policier lors d’un échange de tirs à la frontière avec la bande de Gaza.

Le Hamas, qui indique que son responsable a regagné le territoire palestinien, a précisé que ces accusations n’avaient plus lieu d’être. « Sa libération résulte de contacts intensifs entre la direction du Hamas et les responsables égyptiens », a ajouté Sami Abou-Zouhri, porte-parole du Hamas. Les autorités égyptiennes n’ont fait aucun commentaire sur cette affaire.

Elections
La confrérie des Frères musulmans a déclaré ne pas avoir l’intention de suivre les appels au boycott des élections législatives prévues en novembre prochain. « La décision officielle n’a pas encore été annoncée par le bureau politique du mouvement, mais la règle chez les Frères musulmans c’est la participation aux élections législatives et à toute élection », a déclaré jeudi dernier Hamdi Hassan, porte-parole des députés islamistes à l’Assemblée du peuple. La confrérie avait annoncé que le boycott n’aura lieu que sauf s’il y a une unanimité parmi les partis d’opposition, or ce n’est pas le cas. Les formations de l’opposition annoncent successivement leur participation. La confrérie entendait présenter au moins 160 candidats et leur nombre pourrait augmenter afin de présenter des prétendantes pour les 62 sièges réservés à des femmes.

Le responsable islamiste met en garde le gouvernement contre toute « falsification » du vote, en prévenant qu’en ce cas, les législatives connaîtraient « des violences sans précédent car les gens n’ont plus peur des services de sécurité ». Il a également fustigé une décision de 2007 de remplacer les juges par des fonctionnaires pour la surveillance des urnes.

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph- Héba Nasreddine
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.