Al-Ahram Hebdo, Egypte |

  Président
Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef exécutif
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy

Nos Archives

 Semaine du 29 septembre au 5 octobre 2010, numéro 838

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Egypte

Coupures de presse. Petits faits qui peuvent faire des vagues, événements anodins, pourtant révélateurs, clins d’œil ... Coupures de presse se veut être une petite loupe qui n’a pas l’ambition des scoops.

Rafles anti-livres extérieurs et mécontentement africain

Loin des sujets chauds à la une des journaux, la presse s’est fait l’écho de plusieurs préoccupations locales allant de l’augmentation des prix des fruits et légumes de 300 % par rapport à l’année précédente. Augmentation due, selon le rapport du Centre des recherches agricoles, à la hausse de la température. Pour dire que les retombées du réchauffement climatique se font déjà sentir en pesant sur les bourses des Egyptiens.

Sur un autre plan, celui des festivités, les journaux annoncent cette semaine, en perspective de la fête du Eïd al-adha, que le gouvernement compte importer 45 000 têtes de bétail entre veaux et chameaux accompagnés de 36 000 tonnes de viande surgelée. Il n’y aura que ces pauvres bêtes qui vont être saignées !

Les livres scolaires font encore de belles manchettes, et le ministre de l’Education tient dur comme fer à sa bataille contre les livres parascolaires. Al-Ahram a rapporté que les forces de police, qui mènent de vastes campagnes dans les librairies, ont mis la main sur 28  000 livres parascolaires, ou communément appelés « extérieurs », puisqu’ils sont édités par des entreprises privées sur la base des programmes du ministère, ce que le ministre a décidé de ne plus tolérer. D’ailleurs, le sujet fait tellement débat que, même sur Facebook, les internautes sarcastiques comparent ces fameux livres à des armes, dont la détention est illégale. Ils n’ont pas tout à fait tort, puisque plusieurs propriétaires de librairies contrevenantes ont été conduits devant le Parquet général. Al-Wafd, le journal du parti du néo-Wafd, a fait remarquer que l’ex-ministre de l’Investissement, promu au poste de directeur général au FMI, a tenu, en vidant ses tiroirs, à prendre avec lui toutes caricatures opposées à la privatisation. Un ministre qui a au moins le sens de l’humour.

Les journaux ont aussi rapporté un fait ayant relation à une visite du président de la Chambre de commerce égypto-américaine, Chafiq Gabr, à Washington. Le quotidien Al-Masry Al-Youm rapporte que, selon un responsable qui a requis l’anonymat, ce dernier est envoyé par le gouvernement pour empêcher la promulgation d’une loi en discussion au Congrès américain qui réclame à l’Egypte de procéder à des élections libres, de respecter la démocratie et les droits de l’homme.

Le troisième secrétaire américain s’est rendu, selon le quotidien Al-Youm Al-Sabie, dans la ville d’Al-Arich, dans le nord du Sinaï. Visite qualifiée par l’hebdomadaire Al-Osboue de louche ! Mais Al-Youm Al-Sabie a affirmé avoir une information d’un responsable selon laquelle ce diplomate aurait voulu rencontrer les candidats aux élections législatives et des représentants d’ONG, et qu’au niveau du gouvernorat, les responsables ont refusé cette requête, jugeant que « c’est une ingérence dans les affaires du Sinaï », selon le journal.

Sur un tout autre registre, un autre responsable de la sécurité anonyme aurait certifié à Al-Osboue que l’histoire du bateau chargé d’armes israéliennes à destination d’une église à Port-Saïd n’avait aucun fondement et que le bateau vient de la Chine et transporte des feux d’artifice pour enfants.

On apprend aussi cette semaine que les diplomates africains en ont gros sur le cœur. Lors d’une réunion au siège du ministère des Affaires étrangères, ils ont été accueillis par plusieurs diplomates, pour discuter des perspectives des relations avec l’Afrique. Ils ont saisi l’occasion pour exprimer leur mécontentement face aux difficultés qu’ils rencontrent, contrairement à d’autres diplomates dont celle de rencontrer des responsables égyptiens lorsqu’ils en font la demande .

Najet Belhatem

 

Retour au sommaire

 

Ahmad Maher
 s’en va

L’ancien ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmad Maher est décédé lundi matin à l’âge de 75 ans, suite à une attaque cardiaque. Le décès est intervenu quelques heures seulement après son admission à l’hôpital Qasr Al-Aïni. Connu pour sa diplomatie discrète, Maher avait pris part aux pourparlers de paix de Camp David en 1978 et aux discussions qui avaient suivi sur le retrait de Taba. Le défunt a débuté sa carrière diplomatique en 1957, une carrière qui l’a amené à plusieurs capitales européennes telles que Paris, Zurich, Portugal, Lisbonne et Bruxelles.

Durant les années 1990, il fut ambassadeur du Caire à Moscou et Washington jusqu’en 1999. En 2001, il a été rappelé de sa retraite pour succéder à l’actuel secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, à la tête de la diplomatie égyptienne. Maher devint le quatrième ministre des Affaires étrangères sous le président Hosni Moubarak, un poste qu’il occupa jusqu’en 2004. Il a passé ses dernières années dans l’écriture et la présentation de conférences en politique étrangère. Des funérailles nationales ont eu lieu à la mosquée Al Rachdane à Madinet Nasr.

Chérif Albert

 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph- Héba Nasreddine
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.