Al-Ahram Hebdo,Monde | Insécurité chronique

  Président
Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef exécutif
Hicham Mourad
  Conseiller de la rédaction
  Mohamed Salmawy

Nos Archives

 Semaine du 1er au 7 septembre 2010, numéro 834

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde

Afghanistan. Alors que le pays prépare les prochaines législatives, le rythme des violences ne diminue pas. Les attaques touchent à la fois les responsables et les candidats que les membres des forces étrangères.

Insécurité chronique

Les prochaines législatives, du 18 septembre, les deuxièmes depuis la chute du régime taliban en 2001 et destinées à désigner 249 députés parmi plus de 2 500 candidats, ne « seront pas parfaites », convient le représentant des Nations-Unies en Afghanistan, Staffan de Mistura. « Ce ne sont pas les élections qu’on verrait dans des pays qui ne sont pas confrontés aux mêmes défis. Mais elles seront meilleures », veut croire le diplomate suédois. La commission électorale indépendante a rayé des listes quelque 6 000 employés de bureaux de vote, en raison de leur inexpérience ou de fautes professionnelles lors de la présidentielle d’août 2009. Les responsables électoraux seront affectés à des bureaux différents que lors de la présidentielle, poursuit Fazel Ahmad Manawi, président de la Commission. « Nous avons beaucoup appris de l’élection de l’an dernier », assure-t-il. Les responsables électoraux espèrent mettre en place pour les législatives 5 897 points de vote dans tout le pays. L’armée et la police promettaient initialement d’en sécuriser 6 835, mais la commission électorale les a persuadées de revenir à un chiffre plus raisonnable, selon M. Manawi. « Les forces de sécurité essaient toujours de présenter la situation de façon plus favorable qu’elle ne l’est vraiment. Elles ne voyaient pas la réalité », note-t-il.

Ces élections se tiennent sur fond de désenchantement et de peur surtout. D’un côté, la population estime que les élections de septembre prochain sont jouées d’avance, de l’autre, elle craint pour sa vie alors que l’insurrection a gagné du terrain et que les talibans ont promis d’intensifier leurs attaques dans la période à venir.

La réalité est terrible. La violence prend de l’ampleur. Un kamikaze a déclenché sa charge explosive lundi devant un bâtiment officiel de Jalalabad, dans l’est de l’Afghanistan, tuant au moins une personne et blessant quatre autres. L’attentat visait le siège du gouvernement de la province de Nangarhar. Le gouverneur Gul Agha Sherazi, cible de plusieurs attaques par le passé, n’a pas été touché. D’autre part, l’Otan a révisé à la hausse dimanche son bilan de l’attaque contre deux bases des forces internationales en Afghanistan qui a eu lieu samedi, avançant désormais le chiffre de plus de 30 morts dans les rangs de l’insurrection. Les deux attaques se sont produites dans la province de Khost, près de la frontière orientale avec le Pakistan. Aussi, sept soldats américains ont été tués dans le sud et l’est de l’Afghanistan en début de semaine, ont annoncé dimanche les responsables de l’Otan. Ces derniers décès portent à 42 le nombre de soldats américains tués en Afghanistan en août, après le pic enregistré en juillet, avec 66 morts. Le bilan total des morts dans les rangs des forces étrangères s’élève à 62 morts en août, alors que les combats s’intensifient et que les renforts ont porté à 140 000 (dont 100 000 Américains) les effectifs totaux des forces internationales sur le terrain. La plupart des nouvelles troupes ont été affectées aux provinces d’Helmand et de Kandahar, bastions de l’insurrection dans le sud, théâtre d’intenses combats presque quotidiens contre les talibans. Et la violence ne s’arrête pas là. La police a retrouvé dimanche les corps de cinq hommes participant à la campagne d’une candidate aux élections législatives en Afghanistan, quelques jours après leur enlèvement par les talibans dans l’ouest du pays. Les talibans avaient revendiqué l’enlèvement de dix membres de l’équipe de campagne de la candidate, Fawzya Galani, la semaine dernière dans la province de Herat.

Karzaï souhaite une révision de la stratégie américaine

Face à cette situation, le président afghan Hamid Karzaï a déclaré dimanche que la stratégie américaine dans la guerre contre les talibans en Afghanistan devait être révisée, devant l’intensification de l’insurrection et la forte augmentation des pertes enregistrées par la coalition. Le président afghan, cité dans un communiqué de la présidence, s’exprimait à l’occasion de la visite en Afghanistan du président du Parlement allemand, Norbert Lammert. « Concernant l’Afghanistan et la sécurité régionale, (M. Karzaï) a déclaré que la stratégie de la guerre contre le terrorisme devait être réévaluée », selon ce communiqué. « L’expérience au cours des huit dernières années montre que combattre (les talibans) dans les villages afghans a été inefficace et n’amène à rien si ce n’est à tuer des civils », poursuit le texte.

Repenser la stratégie pour contrer les insurgés « est devenu un besoin urgent dans la situation actuelle », a ajouté M. Karzaï, cité par la même source. Le président afghan avait déclaré jeudi en recevant le commandant de l’armée américaine pour l’Iraq et l’Afghanistan, James Mattis, que la lutte antiterroriste devait être menée en dehors de son pays, en référence aux bastions des rebelles au Pakistan.

Abir Taleb

 

 

 

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph- Héba Nasreddine
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.