Al-Ahram Hebdo, Evénement | Une diplomatie en faveur de tous les Iraqiens
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 14 au 20 avril 2010, numéro 814

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Evénement

Iraq. Depuis les attentats sanglants qui ont visé, entre autres, le consulat égyptien et revendiqués par Al-Qaëda, les spéculations vont bon train sur les causes exactes de ces actes. Du côté égyptien, on affirme que l’Egypte ne renoncera pas à son rôle.

Une diplomatie en faveur
 de tous les Iraqiens

Beaucoup de parties et de forces ne veulent pas que l’Egypte joue un rôle en Iraq ou ailleurs et ne veulent même pas que ce pays déchiré retrouve sa stabilité afin plutôt de réaliser leurs visées. C’est ainsi que de nombreux Iraqiens ont commenté le triple attentat suicide contre des ambassades iranienne, arabes et européennes et le consulat d’Egypte qui a fait 30 morts, le 4 avril à Bagdad. Et si les attaques ont visé des résidences diplomatiques, y compris celles dirigées contre l’ambassade d’Iran dans le quartier de Salhiya au centre de la capitale, la grande majorité des victimes étaient des Iraqiens. Des innocents, dont le seul tort serait d’être des Iraqiens, sortis à la recherche de leur gagne-pain dans un pays qui subit les malédictions de la guerre, de l’occupation et celles des politiciens qui ne prennent guère en considération les intérêts des citoyens qui les ont élus le 7 mars dernier. Au-delà, qu’est-ce qui se cache ou se trame derrière ces attentats revendiqués par Al-Qaëda, une organisation qui a l’esprit fantomatique ? Quel est l’objectif qui a poussé ses membres suicidaires à attaquer ces lieux et ces pays en particulier ? Et que représentent ces attaques dans le contexte des objectifs militaires ou non militaires ? De toute façon, beaucoup de choses paraissent plus claires à propos d’Al-Qaëda en Iraq : pour qui opère-t-elle ? Qui la finance et détermine ses objectifs et son timing dans cette Mésopotamie qui constitue un vrai champ libre pour les Etats-Unis et pour l’Iran ? Ce dernier pays est à l’origine d’un projet dont les dimensions régionales et internationales sont devenues claires. L’Iraq constitue pour elle le principal espace vital en rapport avec des faits doctrinaires qui se rapportent à cette ambition. Selon des observateurs iraqiens, l’Iran a des ambitions historiques en Iraq. Tous les régimes iraqiens en étaient conscients quelles qu’en soient les tendances. Ces analystes estiment que pour Téhéran, l’Iraq, qu’il soit laïc ou islamique, est une terre occupée.

L’idée d’une action iranienne en Iraq, rejetant toute présence ou rôle arabe qui rivaliserait avec Téhéran, est relevée par certains analystes. L’Egypte serait principalement dans le collimateur de Téhéran, surtout en raison des liens d’amitié entre les Iraqiens et Egyptiens pendant les années 1980 et 1990. Dans l’état actuel des choses, certaines parties iraqiennes, poussées par des parties étrangères, seraient hostiles à un rôle égyptien. On se souvient de la disparition de l’ancien ambassadeur d’Egypte à Bagdad, Ihab Al-Chérif, dont on n’a retrouvé ni les traces ni le corps.

Dissuader et intimider

Un état des lieux, mais aurait-il lien avec les derniers attentats ? Selon les informations disponibles, l’attaque qui a visé la résidence de l’ambassadeur d’Allemagne à Al-Mansour, dans l’ouest de Bagdad, visait en tant que telle tous les ambassadeurs étrangers résidant à Bagdad, ceci parce que l’ambassade d’Allemagne avait invité les diplomates accrédités à Bagdad et les hôtes ont commencé à y arriver lorsque l’explosion a eu lieu. Et si l’auteur de l’attentat avait réussi à parvenir directement à l’édifice, cela aurait été une catastrophe.

Concernant le consulat d’Egypte, situé rue Al-Amirate, le kamikaze a dépassé les différentes défenses et subi le feu des policiers iraqiens avant de se faire exploser, tuant l’officier de garde et 3 membres de la police, détruisant le mur avant du consulat qui a subi des dégâts moyens, parce que le kamikaze ne s’est pas fait exploser avec le véhicule lui-même bourré d’explosifs. Il s’agit d’un minibus qui s’est arrêté devant un immeuble voisin, ce qui a fait des morts et des blessés dont des femmes et des enfants. Au consulat même, 4 fonctionnaires ont été blessés.

Une présence égyptienne stratégique

L’ambassadeur d’Egypte, Chérif Chahine, qui a visité les lieux a souligné que les auteurs de l’attentat visent la présence arabe et veulent terroriser les Arabes afin que l’Iraq reste leur champ clos. Mais l’Egypte n’abandonnera pas l’Iraq quels qu’en soient les conditions, parce qu’elle veut l’intérêt du peuple iraqien. L’ambassadeur a même critiqué les médias arabes et égyptiens qu’il accuse de ne pas comprendre la situation en Iraq. Ceux qui appellent à un retrait de l’Egypte, que ce soit des journalistes égyptiens ou autres, ne se rendent pas compte de la situation. Cette présence est une poursuite du rôle égyptien dans la région et dans le monde. « Les Iraqiens méritent qu’on se tienne à leur côté dans leur épreuve. Quant au fait de quitter le pays, c’est l’objectif de ceux qui ont perpétré les attentats ». L’ambassadeur a en plus signalé que de nombreuses choses seraient bloquées si l’Egypte se tient à l’écart. Au-delà du langage des intérêts, il existe une importante communauté égyptienne en Iraq. « En dépit des événements, nous présentons des services aux Iraqiens qui veulent se rendre en Egypte pour des traitements médicaux ou pour la formation et autres ». Et le diplomate d’ajouter : « Si l’Egypte se soumet aux menaces, elle n’aura pas de rôle et ceci encouragera d’autres à dépasser leurs limites avec nous ».

Le diplomate a d’ailleurs relevé que l’Egypte agit « avec un esprit d’ouverture avec tous les Iraqiens sans exception. Nous nous tenons à la même distance de chacun d’eux et nous n’intervenons que pour l’intérêt de l’Iraq et pour rapprocher les points de vue ». Les efforts de la diplomatie égyptienne ont porté sur les divergences lors des élections et autres pour que l’Iraq soit pour tous et reste stable. C’est le point de départ de la politique égyptienne : parvenir à un Iraq paisible qui effectue son rôle arabe pilote. L’ambassadeur précise que « l’action des diplomates égyptiens à Bagdad a lieu avec précaution et est bien calculée. Cela ne veut pas dire que nous sommes incapables d’agir. Nous avançons mais après avoir pris toutes les précautions de sécurité comme le font toutes les ambassades ».

La détermination de cet ambassadeur sur un vrai front est évidente. « Aucun acte terroriste n’empêchera l’Egypte de jouer son rôle. Nous avons de la détermination à agir pour l’intérêt des peuples iraqien et égyptien, d’autant plus que la période actuelle est très sensible et nécessite d’intervenir afin d’assurer l’entente entre les Iraqiens et aider l’Iraq à tous les niveaux, sans parti pris pour les uns ou pour les autres ».

Mohamed Al-Anouar

Retour au sommaire

 

Attentats contre ambassades

 Chronologie;

— Le 7 août 2003 : Une voiture piégée a explosé devant l’ambassade de Jordanie située à Bagdad. Cet attentat a causé la mort de 14 personnes ainsi que 40 autres. L’ambassade a par la suite été saccagée.

— Le 15 juillet 2005 : Une série de 10 attentats suicide à la voiture piégée ont fait au moins 30 morts et 111 blessés à Bagdad et dans le nord du pays. Ces attaques visaient les forces armées iraqiennes. Elles font suite à l’échec de trois opérations suicide devant l’entrée de la « Zone verte » sécurisée se trouvent les administrations iraqiennes et les principales ambassades dans le pays.

— Le 25 octobre 2009 : Le personnel de l’ambassade chinoise a commencé à réparer les parties du bâtiment endommagées par les deux attentats. L’hôtel Mansour, se situent l’ambassade de Chine en Iraq, ainsi que la filiale à Bagdad de l’Agence de presse Xinhua de Chine, a été frappé par un double attentat. Cet attentat a causé de lourds dégâts aux locaux de l’ambassade de Chine. Les fenêtres et les portes ont toutes été cassées et les plafonds des bureaux de travail et des chambres se sont tous effondrés. Aucun cas de décès de l’ambassade chinoise et du Bureau de Xinhua, mais uniquement deux cuisiniers chinois qui travaillaient dans cet hôtel ont été blessés.

— Le 4 avril 2010 : Trois attentats suicide synchronisés contre trois ambassades étrangères. Les chancelleries d’Iran, d’Egypte et d’Espagne ont été endommagés, certaines gravement. 30 à 42 personnes ont été tuées et plus de 200 blessées après les attentats de Bagdad. Les opérations ont été menées à quelques minutes d’intervalle, avec des véhicules bourrés d’explosifs pilotés par des kamikazes. Le triple attentat a été revendiqué par Al-Qaëda. Ces attentats, qui semblent démontrer que les disciples de cette organisation parviennent à se regrouper malgré les puissants revers militaires subis ces deux dernières années, se produisent dans un certain vide politique, le nouveau gouvernement issu des élections du 7 mars n’ayant toujours pas été formé.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.