Al-Ahram Hebdo, Dossier |La première terre du monde
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 31 mars au 6 avril 2010, numéro 812

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Dossier

Nubie. Guide touristique, artiste et défenseur de la cause nubienne, Yéhia Taher aimerait apprendre au monde la vraie identité des Nubiens et la particularité de sa société.

La première terre du monde

« Je suis revenu d’Espagne après y avoir passé 10 ans pour retourner à mon village nubien, et ce, parce que le Nil m’a beaucoup manqué ». C’est avec ces mots que Yéhia Taher décrit ce lien exceptionnel entre les vrais Nubiens et le Nil. Fier de ses racines nubiennes et bien cultivé, il semble être un excellent porte-parole de sa société et de son patrimoine.

D’un visage brun, des cheveux en petites nattes, en tenue et dialecte nubien, Yéhia semble sortir de l’histoire de l’ancienne Nubie. Dans la vaste cour de sa maison de famille, avec vue sur le Nil et une architecture inspirée de la nature, du Nil et du désert, il explique la particularité de la société nubienne et revendique le droit des habitants d’environ 40 villages nubiens de retourner à leur terre. et grandi à Gharb Soheil, il tient à préserver son patrimoine et ses traditions. Il élève même ses trois enfants, Adam, Hawa et Habiba, à se plier aux coutumes de la société nubienne. Travaillant comme guide touristique, il a été le premier à emmener des touristes à son village et à leur faire apprendre la culture nubienne. « Ils visitaient d’habitude l’île de l’ouest d’Assouan, mais j’ai emmené une fois un groupe d’Espagnols qui ont beaucoup admiré l’esprit, l’architecture et les coutumes de notre village ainsi que la beauté du Nil et de la nature ici. Une expérience qui n’a pas, depuis, cessé de se répéter », dit Yéhia en expliquant qu’ici, tous les membres de la société partagent un mode de vie fait de solidarité et coopération. « Notre système social est le meilleur du monde, celui qui travaille couvre les besoins des autres qui ont besoin », élabore Yéhia, le cadet, qui vit avec sa femme et ses enfants dans la grande maison de famille comme le dictent les traditions. Il ne cesse de dévoiler aux touristes la philosophie de vie chez les Nubiens. Ce peuple particulier considère les dattes comme la source des biens et aussi de la sécurité. Yéhia est convaincu que l’Egypte est la mère du monde (oum al-dounia). « Après le déluge qui a submergé la terre au temps du prophète Nouh (Noé), la première terre qui a vu le jour quand l’eau a été retirée était celle de Nubie », assure ce fils fidèle à sa région. Une terre résident des Nubiens qui pensent que le Nil est la source de leur vie. C’est ce qu’a pensé Yéhia qui a eu une opportunité de voyager à l’étranger afin d’enseigner la danse et la musique nubienne, de séjourner et de se marier en Europe. Cependant, il a décidé de tout laisser pour retourner à son village. « J’ai senti que la vie loin du Nil signifie la mort », dit Yéhia, qui passe le clair de son temps dans sa terrasse avec vue sur le fleuve glorieux. Il pense que la vie au cœur de la nature a fait les compétences du Nubien, batelier de nature, mais aussi artiste. Ce qui l’a incité à suivre des cours de scénario et de réalisation. Aujourd’hui, il aimerait tourner le premier film nubien afin d’expliquer au monde la particularité des Nubiens, leurs droits et leur lien avec la nature et surtout le secret du Nil. Un projet qu’il rêve de réaliser un jour.

Doaa Khalifa

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.