Al-Ahram Hebdo,Monde |
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 31 mars au 6 avril 2010, numéro 812

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde

Pakistan. L’armée pakistanaise a repoussé cette semaine une attaque des talibans alors que Washington et Islamabadviennent de s’engager dans leur premier dialogue stratégique basé sur la lutte antiterroriste.

Front commun antiterroriste

La violence a secoué fort le Pakistan cette semaine avec une nouvelle attaque meurtrière commise par les talibans pakistanais. Samedi, l’armée a assuré avoir tué 32 insurgés islamistes, essentiellement des combattants arabes et ouzbeks, et avoir perdu cinq hommes dans des combats dans un district tribal, fief des talibans alliés à Al-Qaëda dans le nord-ouest du Pakistan. Le drame a commencé quand des dizaines d’assaillants se sont emparés vendredi d’un poste militaire dans le district d’Orakzaï, non loin de la frontière afghane, et les soldats ont batailler de nuit pour le leur reprendre, a expliqué l’armée dans un communiqué. Ces combats ont eu lieu quelques heures après que deux raids aériens avaient tué 15 insurgés dans l’Orakzaï et 15 autres dans le district tribal de Khurram le même jour, selon les militaires.

Les zones tribales, considérées par les analystes comme les plus dangereuses au monde, sont devenues le fief des talibans pakistanaisresponsables de 3 100 morts dans tout le pays depuis deux ans et demi — et l’arrière-base des rebelles afghans. Washington y tire souvent des drones dans une tentative d’en finir avec ces combattants islamistes. Orakzaï, l’une des sept régions tribales pakistanaises qui bordent la frontière avec l’Afghanistan, est le théâtre d’attaques militaires accrues depuis ces derniers mois. Les militaires visent des talibans qui y ont trouvé refuge après avoir été chassés du Sud-Waziristan. La région est également considérée comme un fief du chef des talibans pakistanais, Hakimullah Mehsud, qui aurait été tué par une attaque au missile menée par un drone américain au Sud-Waziristan en janvier dernier.

Un rôle « constructif »

Ces nouvelles violences interviennent dans un moment crucial alors que Washington et Islamabad ont décidé de combattre coude à coude leur ennemi commun, les talibans. Vendredi, le premier ministre pakistanais, Yousuf Raza Gilani, a évoqué un « changement radical » dans la politique américaine à l’égard de son pays, après s’être engagé la semaine dernière dans un premier « dialogue stratégique » de deux jours entre les deux Etats : la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton et son homologue pakistanais, Shah Mehmood Qureshi, se sont réunis à Washington pour évoquer la sécurité et la lutte commune contre les talibans du nord-ouest pakistanais. Les deux responsables ont notamment évoqué le renforcement de leurs relations non seulement sur le plan sécuritaire, mais également au niveau du développement énergétique, de l’éducation et de l’agriculture. Ils ont estimé que tous ces volets devaient être traités pour gagner la guerre contre l’extrémisme. Selon les analystes, ce dialogue était l’occasion pour Islamabad de demander à Washington de jouer un rôle « constructif », concernant le Cachemire ou l’énergie, en échange de son aide pour lutter contre les extrémistes islamistes. Les deux parties ont plaidé pour un renforcement de leurs relations, plutôt tendues ces derniers mois en particulier, à cause de rapports ambigus entre service de renseignement pakistanais (ISI) et talibans afghans. Les Etats-Unis et le Pakistan souhaitent depuis longtemps dépasser la méfiance et la suspicion mutuelles qui ont entaché leurs relations. En effet, l’arrestation de plusieurs talibans afghans durant les dernières semaines par les autorités a plus ou moins ravi Washington et a contribué à entamer ce dialogue. Lors des discussions, Mme Clinton a fait l’éloge des sacrifices menés par le Pakistan dans la lutte antiterroriste, réaffirmant que les Etats-Unis seront toujours du côté du peuple pakistanais et seront prêts à offrir les assistances nécessaires pour relever les défis auxquels ils sont confrontés.

Maha Al-Cherbini

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.