Al-Ahram Hebdo, Sports | « Mon premier but est de se qualifier pour la Ligue mondiale »
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 2 au 8 septembre 2009, numéro 782

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Sports

Volley-ball . La sélection nationale a été qualifiée pour le Championnat du monde. Elle disputera les 4 et 5 septembre deux matchs contre l’Iran aux éliminatoires qualificatives pour la Ligue mondiale. Entretien avec Chérif Al-Chemerly, entraîneur national.

« Mon premier but est de se qualifier
pour la Ligue mondiale »

Al-ahram hebdo : Comment est venue votre qualification pour le Championnat du monde ?

Chérif Al-Chemerly : Pour la première fois, la Fédération internationale de volley-ball a permis cette année au continent africain de se qualifier au Championnat du monde avec 3 équipes. Les pays africains ont été divisés en 3 groupes pour disputer les éliminatoires africaines qualificatives pour le Championnat du monde. L’Egypte était dans le groupe 2 qui est composé du Botswana, du Nigeria, du Maroc et de l’Egypte. Après avoir remporté nos 3 matchs sur le score de 3-0, nous avons décroché notre ticket pour le Mondial. Dans le groupe 1 qui regroupe la Tunisie, le Kenya, l’Algérie et la Mozambique, c’est la Tunisie qui s’est qualifiée. Tandis que dans le groupe 3 qui comporte le Cameroun, l’Afrique du Sud, le Zimbabwe et l’île Maurice, c’est le Cameroun qui a décroché le ticket après avoir remporté ses 3 matchs sur le score de 3-0.

— Comment étaient vos préparatifs pour ces éliminatoires et la saison en général ?

— La préparation a commencé le 15 mai avec deux stages en Italie et aux Pays-Bas. Durant cette période, nous avons disputé 6 matchs contre la 2e sélection italienne et la première sélection polonaise. Il est vrai que l’Egypte a été battue lors de ces 6 matchs, mais nous avons beaucoup appris durant ces rencontres qui ont été d’un très haut niveau. Le mois dernier, nous avons disputé les Championnats universitaires avec 80 % des joueurs de la sélection nationale. Durant cette compétition, l’Egypte a terminé 3e.

— Quelle est l’importance de nos deux matchs contre l’Iran, les 4 et 5 septembre ?

— Ces matchs sont d’une importance cruciale. C’est la première étape aux éliminatoires qualificatives pour la Ligue mondiale. La Fédération internationale a opté pour un nouveau système lors de cette compétition. Les deux derniers pays au classement final, soit les 15e et 16e places, effectuent des éliminatoires avec ceux qui veulent intégrer la Ligue mondiale. Cette année, le Japon et le Venezuela disputeront des matchs décisifs pour conserver leurs places à la Ligue mondiale. Mais avant cela, les pays qui veulent l’intégrer doivent effectuer des éliminatoires entre eux. Ainsi, l’Egypte doit affronter l’Iran ce week-end et le vainqueur rencontrera le Japon dans un match décisif.

— Comment préparez-vous les matchs contre l’Iran ?

— En fait, ces matchs n’étaient pas dans notre calendrier. Nous avons commencé notre préparation la semaine dernière avec un stage à Suez. Nous avons visionné des matchs iraniens pour les étudier. L’Iran est une équipe d’un bon niveau, c’est une école de volley-ball qui regroupe les caractères asiatiques, dont la vitesse d’attaque, et les caractères européens, dont la vitesse de jeu sur les ailiers, la grande taille des joueurs et leur force physique. Mais nous possédons nous aussi des points forts. Nous devrons appliquer des services efficaces et forts.

— Le retour de l’Egypte en Ligue mondiale représente-t-il une grande importance pour l’équipe nationale ?

— Bien sûr. L’année dernière, la Fédération internationale nous a privés de disputer la Ligue mondiale, car les matchs qui se disputent en Egypte ne jouissent pas d’un bon nombre de spectateurs. Cette décision nous a privés de disputer 12 matchs d’un très haut niveau et a privé les joueurs d’avoir des opportunités de jouer à l’étranger. Mais nous avons profité de cette période pour corriger nos fautes et améliorer le niveau des joueurs.

— Quel est le rôle du nouveau directeur technique, l’Italien Antonio Giaccobbe ?

— Bien sûr c’est un entraîneur d’un très haut niveau avec beaucoup d’expérience, surtout après avoir conduit la sélection tunisienne pendant 9 ans. Il représente une école très importante : l’italienne. Avec lui, nous avons travaillé la dernière période sur les points faibles de l’équipe dont le block. Les services deviennent plus efficaces et forts. Aujourd’hui, nous avons 2 meneurs de jeu d’un très haut niveau qui représentent deux écoles différentes, à l’instar de Abdalla Abdel-Salam et Achraf Aboul-Hassan. Chacun a un style de jeu totalement différent. Nous avons encore 2 libéros de différents niveaux, comme Waël Al-Aydi et un peu derrière lui, Essam Moawad. Au milieu du terrain, nous avons de jeunes joueurs qui font de leur mieux. Notre seul point faible se trouve à la position numéro 4, celle de Hamdi Al-Safi. Après avoir passé 19 ans à la sélection nationale, il est très difficile de trouver quelqu’un pour le remplacer. Nous essayons de le convaincre de joindre la sélection nationale pour cette saison, mais il a des problèmes personnels.

— Avez-vous effectué des changements au sein de l’équipe ?

— Nous n’arrêtons pas de le faire. Mais durant les derniers temps, nous nous sommes concentrés un peu plus sur le milieu de terrain. Rachad Chebl, Ahmad Ali et Abdel-Latif Osmane, dont la moyenne d’âge est de 22 ans, ont intégré l’équipe. J’ai recruté de jeunes joueurs dans les autres positions comme Ahmad Youssef en position numéro 4 pour pallier l’absence de Hamdi Al-Safi. Aujourd’hui, l’équipe est composée de 4 tranches d’âges : les plus expérimentés et les plus âgés comme Saleh Fathi, Achraf Aboul-Hassan et Waël Al-Aydi, les jeunes expérimentés tels Abdalla Abdel-Salam et Ahmad Salah, les jeunes peu expérimentés comme Ahmad Youssef et Ahmad Ali et les nouveaux venus, tel Abdel-Latif Osmane.

— Comment évaluez-vous le niveau du championnat national ?

— Le championnat d’Egypte n’est pas d’un bon niveau pour deux raisons. Premièrement : les entraîneurs doivent améliorer leur niveau en appliquant les systèmes scientifiques. Deuxièmement : le système du championnat n’est pas organisé. Il n’y a pas de sponsors, ce qui affecte le niveau de la compétition. De plus, les joueurs de la sélection nationale viennent du Championnat dans un très mauvais état, surtout physique, et avec beaucoup de blessures.

— Quels sont vos objectifs ?

— Mon premier but est de se qualifier pour la Ligue mondiale. Puis, il y aura la Coupe d’Afrique des nations qui aura lieu au Maroc le mois prochain et qui sera qualificative pour le Championnat intercontinental. Je vise à aller à la Coupe du grand champion du Japon en 2009. Finalement, au Championnat du monde qui aura lieu en 2010 en Italie, j’espère passer le premier tour.

Propos recueillis par
Doaa Badr

Retour au sommaire

 

Mesbah
de
retour

Le judoka égyptien Hicham Mesbah a remporté la médaille de bronze de la catégorie -90 kg, au Championnat du monde qui s’est achevé le 30 août à Totterdam aux Pays-Bas. La médaille d’or était obtenue par le Coréen Lee Kyu-Won, suivi par le Russe Kirill Denisov et l’Uzbakistan Dilshod Choriev. Mesbah a réalisé un excellent parcours. Il a remporté ses matchs contre le Kazakhstan Timur Bolat aux 16es de finale. Puis il a battu le Britannique Winston Gordon en 8es de finale et le Malgache Sergui Toma en quarts de finale. Lors des demi-finales, il a été battu par le champion du monde coréen, Lee Kyu-Won, pour décrocher la bronze. Avec cette médaille, Mesbah a affirmé son retour sur la scène internationale après une longue absence depuis sa médaille de bronze obtenue lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008.

 

 

 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.