Al-Ahram Hebdo, Egypte | Des sacs pour propagande
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 2 au 8 septembre 2009, numéro 782

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Egypte

Ramadan . Les partis politiques profitent de ce mois pour gagner la sympathie des citoyens. La distribution des sacs de produits alimentaires fait la joie des démunis qui ne pensent pas à leur origine.

Des sacs pour propagande

La distribution des « sacs du Ramadan » est une tradition nouvelle venue s’ajouter aux fameuses tables de charité avec la même idée de permettre aux moins riches de partager les repas des nantis. Si les tables de charité installées en plein air dans la rue et où des repas d’iftar sont présentés gratuitement exposent les habitués à l’indiscrétion des passants, les sacs du Ramadan, eux, contiennent toute la nourriture qu’il faut, mais sont distribués individuellement pour être consommés chez soi. Sauf que cette nouvelle expression de solidarité a très vite suivi le même parcours que celui des « tables ». D’un geste charitable, ils se sont transformés en outil politique utilisé par les partis et les personnalités publiques à des fins politiques. Dans cette compétition, les « joueurs » les plus importants sont notamment le Parti National Démocrate (PND, au pouvoir) et les Frères musulmans. Les deux parties essayent de doter leurs « sacs » d’une valeur ajoutée. Relativement défavorisés sur le plan financier par rapport au PND, les Frères, qui ont une riche tradition « caritative » auprès des couches démunies, mettent à profit leur expérience.

De son côté, le PND a donné des directives à son « armée » d’hommes d’affaires pour que « chacun y mette du sien ». Pour ces derniers, la distribution des sacs du Ramadan est devenue quasi obligatoire.

La qualité et la valeur de la nourriture que contient le sac sont un atout pour le PND ... alors que les Frères misent sur la quantité ...

« Les sacs de bénédiction ». C’est ainsi que le PND a baptisé ses sacs. Ceux-ci sont distribués en quantité dans les régions où les Frères musulmans ont une forte présence, notamment dans les gouvernorats d’Alexandrie et de Gharbiya. Ces sacs contiennent 2 kilos de viande, 5 kilos de riz, 10 paquets de pâtes, 3 kilos de sucre, un kilo de farine, 1 kilo de fèves, 2 litres d’huile, 2 kilos de beurre, un paquet de thé, 2 kilos de dattes, deux paquets de pâtes d’abricots et de raisins secs. La valeur d’un sac s’élève à 250 L.E. Il pèse 25 kilos, soit l’équivalent de la consommation d’une famille de 4 personnes pendant tout le mois du Ramadan. « Le parti a donné des ordres de distribuer de la nourriture de bonne qualité pour que nos sacs soient distingués », explique Abdel-Samie Mohamad, secrétaire du PND dans le quartier de Aïn-Chams, à l’est du Caire.

Dans ce quartier, 3 500 familles vont avoir chacune un sac. Le PND affirme qu’il distribuera des sacs à deux millions de familles démunies au niveau du pays. Elles seront choisies en coordination avec les ONG travaillant dans le domaine de l’allégement de la pauvreté. Le coût total de l’opération « sac de bénédiction » devra atteindre 150 millions de L.E., toujours selon le PND. En outre, le PND a décidé de fournir 3, 4 ou 5 billets de 10 L.E. avec les sacs, selon le niveau de la famille bénéficiaire. Ils sont délivrés dans les locaux des secrétariats du PND afin de superviser leur distribution aux destinataires.

Reste que cette nouveauté, essentiellement destinée à préserver la dignité des familles déshéritées en assurant un maximum de discrétion, s’est avérée l’une des méthodes les plus humiliantes, notamment à cause d’un manque d’organisation et de publicités.

Dès l’aube, les files d’attente se forment devant les sièges du parti au pouvoir et à l’heure de la distribution, les querelles commencent. Les gens se devancent de peur de rentrer chez eux les mains vides. A Mansoura, dans le gouvernorat de Daqahliya (delta), une douzaine de personnes ont été blessées lors de la distribution. Elles ont été foulées des pieds et seule l’intervention des forces de sécurité leur a sauvé la vie.

Les Frères pas inquiétés

De leur côté, les Frères musulmans affirment que le lancement du PND dans cette activité de charité ne les dérange jamais. « Nous ne sommes pas en concurrence avec le PND. L’idée des sacs de charité appartient aux Frères. Le PND essaie de nous imiter seulement par souci d’améliorer son image auprès des citoyens. Nous saluons chaleureusement toute contribution qui puisse alléger la privation des plus pauvres », souligne sur un ton confiant le député islamiste Saad Al-Husseini. Il reconnaît que les sacs des Frères ne seront pas en mesure de concurrencer au niveau de la qualité avec ceux du PND. « Pourtant, ceci ne va pas affecter notre popularité auprès des citoyens pour la simple raison que nous distribuons ce genre de sacs tout au long de l’année et non pas uniquement pendant le Ramadan. En plus, on les livre discrètement à domicile et non pas devant nos bureaux comme le fait le PND », affirme Al-Husseini. Leur sac, qui ne coûte que 100 L.E., contient des dattes et des cacahuètes, des trucs qui font défaut aux sacs du PND. Mais aussi un calendrier indiquant les heures de la prière et l’heure de la rupture du jeûne, des livrets de prières et d’invocations et de nombreux papiers adhésifs portant des slogans tels que « l’islam est la solution » ou « l’islam est l’espoir de la nation ». Chaque sac porte le nom et les coordonnées du député de la circonscription. Al-Husseini regrette que leurs sacs ne contiennent pas de viande à cause de la hausse des prix. « Un kilo de viande coûte au moins 35 L.E., alors que chaque député de la confrérie (ils sont plus de 80) doit distribuer au moins 4 000 sacs pendant le Ramadan. Nous cherchons à se rapprocher des citoyens et à leur offrir des services mais dans les limites de nos moyens modestes », se défend-il.

La guerre des sacs ne se limite pas au PND et aux Frères musulmans. Encouragés par le succès de l’idée, certains partis politiques ont joué le jeu. Ce fut notamment le cas de Ragab Hémeida, du parti Al-Ghad. Celui-ci entend distribuer 25 000 sacs avec plus ou moins le même contenu dans le quartier de Abdine, au centre-ville. Ces sacs sont distribués aux défavorisés, aux veuves et aux orphelins recensés par les employés de son bureau. Comme ceux des Frères, les sacs de Hémeida ne contiennent pas de la viande. Ce qui les distingue, ce sont ces coupons qui permettent aux bénéficiaires de les échanger contre du prêt-à-porter de la chaîne de magasins Omar Effendi.

Quelles que soient la forme et la valeur du sac du Ramadan ou les intentions affichées qui se trouvent derrière, il est devenu un important outil de propagande politique auprès des électeurs. Chaque parti ou mouvement politique le prépare selon ses moyens. Une guerre qui néanmoins bénéficie aux citoyens démunis qui souvent n’accordent pas beaucoup d’importance à la source du sac. « Je souhaite que ce mois s’étend sur toute l’année et que la compétition  entre les partis politiques ne s’arrête jamais », réagit Sayed Ali, fonctionnaire et père de 6 enfants, qui dit n’appartenir à aucun parti.

Héba Nasreddine

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.