Al-Ahram Hebdo, Arts | L’affaire Joseph
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 2 au 8 septembre 2009, numéro 782

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Arts

Feuilletons . Projeté par la chaîne satellite Al-Kawsar, le feuilleton iranien Youssef Al-Seddiq (Joseph, le franc), réalisé par Farajallah Selhachour, suscite un débat sur la personnification des prophètes à l’écran.

L’affaire Joseph

C’est le cas chaque Ramadan, les polémiques n’en finissent pas durant ce mois sacré autour de feuilletons. Ce Ramadan n’échappe pas en fait à la règle : le feuilleton iranien Youssef Al-Seddiq vient de provoquer un véritable tollé dans la presse comme dans les milieux religieux. Plein de batailles en sourdine.

Quelques années après la polémique qu’ont soulevée les feuilletons syriens Al-Tariq ila Kaboul (la route vers Kaboul), Al-Hour al-ein (les belles filles du paradis) et Al-Tariq al-waer (le chemin ardu), qui s’attaquaient aux idées fanatiques et au cheminement des groupes extrémistes, ce qui a conduit à leur suspension, ce nouveau feuilleton iranien suscite actuellement de vives controverses pour le fait d’aborder la vie du prophète Joseph. « Je me suis servi de mon droit à tirer profit des histoires des prophètes. C’est ainsi que le Coran nous a conseillés nous les musulmans, et c’est pourquoi je me suis retrouvé du jour au lendemain attaqué par ceux qui n’acceptent que leur point de vue, même en ce qui concerne la religion », rétorque le réalisateur Farajallah Selhachour.

Diffusé à 22h30 sur la chaîne satellite Al-Kawsar, ce feuilleton a eu de larges échos dans les pays arabes les cercles religieux ont été très indignés contre ce premier scénario racontant l’histoire de Joseph. Personnifier un prophète ? Les institutions religieuses islamiques se dressent aussitôt : les autorités religieuses iraniennes et d’autres oulémas saoudiens et arabes avaient déjà condamné le feuilleton qu’ils considèrent audacieux en raison de sa présentation de la vie de Joseph, selon une version dont certains détails se trouvent dans les lectures et les textes juifs.

D’autres hommes de religion ont déclaré leur rejet de toute œuvre abordant la vie des prophètes ou des messagers de Dieu, alors que le producteur du feuilleton avait avancé dans le budget des milliards de tomans iraniens pour tourner le feuilleton et faire le casting.

Cependant, Selhachour a déclaré que son feuilleton ne portait atteinte à aucun précepte de l’islam, mais les médias islamistes sont partis en attaque rangée contre le feuilleton avant même sa diffusion.

Coauteur du scénario de cette œuvre controversée, Selhachour a éclairci son objectif aux médias internationaux, lors d’une conférence de presse, qui est de fédérer les croyants de toutes les religions autour d’une vision objective et spirituelle de la vie et des qualités humaines de Joseph. « La vie de Joseph appartient à toute l’humanité. Nous devons présenter nos religions et nos prophètes de manière lucide, à même d’éclairer le citoyen sur sa propre religion et de lui permettre de s’ouvrir sur celle de l’autre », explique l’auteur. Ce dernier indique avoir passé quatre ans dans la rédaction du scénario en se basant sur une documentation effectuée par 20 chercheurs, dont le fruit était les 1 800 pages du scénario renfermant 70 % d’informations inédites sur la vie de Joseph. Selon lui, les institutions religieuses ne doivent pas imposer leurs idées sur l’art, « surtout lorsqu’il ne s’agit pas d’une configuration infidèle des prophètes sur l’écran », souligne-t-il.

Mais nombre d’intellectuels et de chrétiens n’ont pas prêté oreille à ces assertions, et sont allés jusqu’à revendiquer l’interdiction de la diffusion du feuilleton et la traduction de son équipe devant la justice.

Plusieurs communiqués de presse iraniens diffusés sur le Net rejettent toutefois plusieurs idées et informations présentées par le feuilleton, « abordant une histoire religieuse noble qui ne doit pas être ainsi vulgarisée par une œuvre artistique ». Certains hommes de religion iraniens pensent que le scénario relate plusieurs informations transcrites dans les livres sionistes, alors que d’autres historiens, dont Ayatollah Sobhani, ont critiqué plusieurs informations concernantà titre d’exemple — le mariage de l’homme avec deux sœurs, ce qui n’a pas été signalé en fait historiquement parlant, ainsi que la relation entre Joseph et son père Jacob, dont certains détails contredisent — selon Sobhani — ce qui est mentionné dans le Coran.

Pour mettre un terme à ces critiques, la chaîne Al-Kawsar vient d’annoncer, dans un communiqué, son respect pour la liberté d’expression et pour toute œuvre artistique portant une vision propre à ses créateurs, tout en niant sa responsabilité quant à ces informations pour la simple raison de les diffuser à travers le feuilleton.

Mais loin d’analyser l’œuvre, il s’avère bien que le succès de Youssef Al-Seddiq s’explique sans doute par une narration solide et rythmée, riche en événements et en personnages passionnants, dont le tout est bien présenté par un décor bien recherché et une image assez travaillée. Le scénario débute avec la naissance de Joseph, en passant par le martyr du jeune héros par ses frères jaloux de sa faveur auprès du patriarche, tout en jetant la lumière sur la vie de Joseph et sa relation avec son père Jacob jusqu’à sa mort. Toute une vie contre l’intolérance historique, se trouvant toutefois aujourd’hui face à une autre intellectuelle. Une œuvre invitant au débat censorial et intellectuel lors des quelques premiers jours du Ramadan, alors que la liste paraît encore longue.

Yasser Moheb

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.