Al-Ahram Hebdo, Voyages | Sur les lieux de la grandeur alexandrine
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 29 juillet au 4 août 2009, numéro 777

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Voyages

Alexandrie. Le plus célèbre site antique de la ville, celui de la colonne de Pompée, vient d’être inauguré après un grand projet de développement. Les travaux ont permis aussi la révélation de quelques pièces datant de l’époque gréco-romaine.

Sur les lieux de la grandeur alexandrine

La colonne de pompée. Il s’agit en fait du plus haut monument antique d’Alexandrie et l’un des plus anciens. Ce site, de grande valeur pour les archéologues, attirant bon nombre de visiteurs pendant toute l’année, vient de rouvrir ses portes au grand public. Zahi Hawas, secrétaire général du Conseil Suprême des Antiquités (CSA), et le gouverneur d’Alexandrie Adel Labib ont inauguré le grand projet de rénovation de la zone antique renfermant le Serapeum et la colonne de Pompée dans l’ancien quartier de Karmouz, à l’ouest d’Alexandrie.

En fait, la colonne de Pompée et la zone archéologique l’entourant, qui s’étendent sur une superficie de 5 feddans (un feddan = 0,42 ha), faisaient partie d’un grand plan de rénovation qui consiste à réaménager tous les anciens sites en plein air de l’Egypte afin de les préparer à des visites touristiques le plus tôt possible. « Les travaux ont été exécutés sur 3 ans et demi, avec un financement égyptien qui s’élève à 16 millions de L.E. Le CSA a débarrassé le terrain des débris des fouilles qui n’avaient jamais été enlevés », a indiqué Hawas, lors de l’inauguration du site.

Les travaux ont commencé en fait au début de 2006. Ils constituent les premières rénovations exécutées dans cet emplacement depuis 1890. Le plan de travail consistait à rénover et à embellir cette zone afin d’attirer le maximum de touristes. Le projet a inclu des travaux de restauration de l’ensemble des antiquités, entre autres la petite bibliothèque d’Alexandrie qui date de l’époque grecque, les fondations du temple de Sérapis de l’époque ptolémaïque, le nilomètre, la colonne de Pompée, précisément de l’époque romaine, et les petits sphinx situés à proximité. « Un musée en plein air a été construit groupant des dizaines de statues découvertes en bon état, soit dans ce site ou dans d’autres sites à proximité. Les travaux de rénovation ont inclu aussi des vestiges longtemps oubliés, les fontaines antiques et les puits d’eau », indique Ahmad Abdel-Fattah, responsable au CSA.

A cela s’ajoutent la modernisation du système d’éclairage et l’installation d’une boutique pour les souvenirs, d’une cafétéria et de nouveaux bureaux pour les trésoriers et les employés. Un guide touristique et des brochures consacrés aux monuments du site et leur histoire ont été publiés en plusieurs langues. Les murailles qui protègent l’endroit et qui datent du temps de l’occupation britannique de l’Egypte (1882-1923) ont été complètement reconstruites et conçues dans le style gréco-romain. On y accède désormais par une seule porte et non plus par plusieurs comme avant.

En parallèle à ces travaux, le gouvernorat d’Alexandrie et l’Organisme de la promotion touristique de la ville ont réalisé un autre grand projet qui vise au développement de la région entourant le site. Cette initiative vise aussi à éveiller la conscience des habitants du quartier vis-à-vis aux monuments du voisinage.

Une stèle révélée

Lors des travaux de développement et de restauration du site de la colonne de Pompée, une stèle datant de l’époque gréco-romaine a été en fait mise au jour. Elle est marquée d’inscriptions du temps du célèbre empereur romain Marc Aurèle (161-180 après J.-C.). Il s’agit d’une plaque en pierre de 50 cm de long et de 36 cm de large marquée de six lignes d’inscriptions écrites en grec. Le texte décodé sur la plaque se compose de six lignes en une seule colonne. Les études ont indiqué qu’elle remonte à la 9e année du règne de Marc Aurèle et étaient inscrites en l’honneur de Sérapis, lors de sa visite à Alexandrie. Ce qui démontre que les notions égyptiennes et gréco-romaines à l’époque étaient en harmonie.

Samar Zarée
Amira Samir

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.