Al-Ahram Hebdo, Société | Comment enterrer la hache de la guerre
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 29 juillet au 4 août 2009, numéro 777

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Société

Couples. Les rapports de force sont inévitables entre femmes et hommes. Et seule une bonne réconciliation, ce pas difficile pour l’orgueil, peut rétablir la paix. Focus sur les différents moyens de mettre fin aux hostilités.

Comment enterrer la hache de la guerre

« Les disputes conjugales, c’est une réalité. Il nous arrive à tous d’en avoir marre. L’harmonie à 100 %, l’amour idéal et sans nuages, tout ça c’est de l’utopie. La réalité c’est que quand on s’aime, on se dispute ! Aussi bien avec sa femme qu’avec ses amis ! Même Roméo et Juliette, ce modèle dominant dans la littérature et dans le cinéma qui nous montre la passion à tout bout de champ, auraient pratiqué la dispute, s’ils avaient vécu plus longtemps, et mis leur amour à l’épreuve du quotidien. Car c’est du quotidien que naît la dispute. Mais l’important est de tout faire pour préserver le bonheur conjugal », dit Ihab, ingénieur marié depuis une dizaine d’années et père de deux enfants. Tout a commencé le jour où Ihab a eu une querelle violente avec sa femme. Voyant que les choses allaient s’envenimer, et comprenant le nœud sous-jacent du conflit, il a pris le temps de réfléchir à une astuce et choisir le moment et le lieu favorables pour se réconcilier avec sa femme. En face du balcon de sa bien-aimée, Ihab a suspendu un grand panneau de sept mètres de longueur et douze mètres de hauteur sur lequel il a rédigé un billet doux pour lui exprimer son amour. Et il ne s’est pas arrêté là, il a fait venir un groupe de violonistes pour jouer une musique romantique sous son balcon. Très émue par ce repentir si sincère, Riham s’est jetée dans les bras de son mari oubliant tout ce qui s’est passé.

En effet, vivre en couple est toute une aventure. Des disputes de circonstances qui servent d’exutoire après une journée difficile, une contrariété au travail, ou une grosse fatigue. Durant certaines périodes de changement : déménagement, naissance, chômage ou promotion, les crises risquent de se multiplier et la dispute, dans ce cas, peut servir de mise au point, à condition de parvenir à redéfinir la relation. Et la scène attendrissante que l’on vient de décrire n’est pas tirée d’un film, elle a eu lieu réellement. L’idée d’Ihab a surpris tout le monde, notamment les hommes qui l’ont pris pour un fou qui a beaucoup d’argent et ne sait pas comment le dépenser. Quant aux femmes, elles n’ont pas hésité à envier Riham d’avoir un mari aussi tendre et attentionné.

Les technologies à la rescousse

Or, Ihab n’est pas le seul à recourir à des idées originales pour épater sa femme. Des billets d’amour, les chansons romantiques diffusées par la chaîne de la radio ou des messages transmis par SMS ne cessent d’être échangés entre les couples. En une décennie, les technologies électroniques ont bouleversé les moyens de réconciliation conjugale et ont modifié les relations homme et femme.

Se réconcilier, oui, et on peut le faire de vive voix, par écrit ou même par téléphone, par SMS ou par des sonneries de chansons romantiques. Aujourd’hui, la passion et la réconciliation se déclinent en 160 mots. Mohamad et Nadia sont mariés depuis deux ans. Ils sont la parfaite incarnation d’un foyer bien heureux qui cependant est perturbé par de violentes disputes. Le visage crispé de haine, Nadia s’offusque de l’indifférence de son mari. Deux jours après la dispute, elle décide de mettre son orgueil en veilleuse et fait le premier pas. Mais pourquoi elle ? « Tout simplement parce que celui qui hisse le drapeau blanc prend toujours l’avantage sur le boudeur rancunier », dit-elle. Et d’ajouter : « Il est facile de succomber aux sirènes de la dispute … De se laisser emporter … De lancer des propos un peu blessants. Mais quand vient l’après, tout devient plus compliqué. Se pose alors l’épineuse question de la réconciliation. Comment s’y prendre ? ». Nadia utilise donc sa tactique. Elle envoie 30 textos par jour à son mari pour le séduire. Et dès qu’il rentre à la maison, elle se presse pour lui préparer un plat savoureux, tout en continuant de lui envoyer des SMS de la cuisine alors qu’il se trouve dans le salon, assis devant la télé. Et devant cette insistance, Mohamad oublie sa rancune et commence à parler avec sa femme. « Déjà, le préparer à la réconciliation et le faire sortir de son silence est un pas en avant qui l’aide à être à nouveau ouvert à la relation. Il faut dire que mon mari est un peu rancunier, et, après une contrariété ou un mot de travers, il se renferme sur lui-même et peut rester muet comme une carpe durant plusieurs jours. Ainsi, j’essaie de l’aider à verbaliser ses émotions, pour qu’il puisse exprimer ce en quoi il a été blessé et entamer un dialogue. C’est normal que l’on se dispute ... Ces disputes sont les épices nécessaires au mariage pour enflammer l’amour et donner un sens à la vie conjugale. De plus, dans un couple, la dispute vaut mieux que le silence, mais à condition de savoir la décrypter et de la dépasser », confie Nadia.

Un silence qui, selon le psychologue Dr Alaa Morsi, tue l’amour et augmente de plus en plus le nombre de divorces.

« Entre époux et épouses, des batailles ont toujours lieu, souvent sournoises et silencieuses. Le bonheur conjugal risque de devenir une chimère. Le couple n’est pas un objet de consommation que l’on jette lorsqu’il ne marche plus très bien, il faut l’entretenir et le bichonner. Raison pour laquelle la réussite d’une vie de couple passe par une multitude de réconciliations », explique-t-il.

Lorsque les petites mésententes s’accumulent, le vase finit par déborder et c’est l’explosion. Une fois que le couple a enterré la hache de guerre, il se sent soulagé et heureux d’avoir sauvé son amour. Mais une fois les traités de paix signés, les ex-ennemis doivent déployer des efforts pour tourner la page, à savoir changer d’attitude et s’engager à respecter l’autre s’ils souhaitent éviter les récidives et les nouvelles brouilles. Si chacun tire les conséquences positives et repart sur de nouvelles bases, c’est gagné.

La radio s’y met aussi

Ciblant bien son public du soir, la chaîne Nogoum FM se transforme en un rendez-vous d’amour romantique avec l’émission présentée par Ossama Mounir et intitulée Ana wel nogoum we hawak. Ce programme, qui reçoit tous les jours presque 800 messages électroniques et 15 appels téléphoniques, a donné la chance à beaucoup de couples de régler leurs conflits. Sachant que sa femme, Dalia, suit cette chaîne, Ramez n’a pas hésité à parler et demander pardon à sa femme en direct. Il demande même au présentateur d’ajouter un mot attendrissant et une belle chanson romantique. Et ce n’est pas tout, ce jeune homme a voulu aussi que les gestes prennent le relais, il a apporté avec lui un joli bouquet de fleurs et une belle bague. « Je viens de recevoir des fleurs alors que ce n’est ni mon anniversaire, ni la fête des mères ni un jour spécial. Nous nous sommes disputés et il n’a pas hésité à lancer des mots qui m’ont offensée. Mais je sais qu’il m’aime et quand on aime on doit savoir pardonner. Sans le pardon, il n’est pas possible de vivre à deux, car nous sommes différents l’un de l’autre. Et c’est dans nos différences, voire nos conflits, nos réconciliations, que va se construire notre vie de couple et notre vie de famille », souligne Dalia, qui déteste les disputes mais apprécie les différentes astuces et surtout les cadeaux que lui offre son mari afin de se faire pardonner .

Or, les mots doux, les fleurs, les cadeaux ou autres compliments ne peuvent pas réconcilier tous les couples en conflit. Autrement dit, chaque mari a sa façon d’opérer et à chacun ses astuces. Hassan, marié depuis 17 ans et ayant 6 enfants âgés entre 4 et 15 ans, a l’habitude de battre sa femme et pour ne pas envenimer les choses, il rentre le soir avec une pastèque ou un kilo de viande, lui parle gentiment et l’attire vers le lit où la réconciliation a lieu. « Chaque fois qu’il me frappe, je sais ce qui va suivre. Une belle nuit d’amour qui va m’emporter au septième ciel. Ne dit-on pas qui aime bien châtie bien ? », lance âprement sa femme Saniya.

Chahinaz Gheith

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.