Al-Ahram Hebdo,Monde Arabe |
  Président Abdel-Moneim Saïd
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 29 juillet au 4 août 2009, numéro 777

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde Arabe

Iraq. Les deux partis au pouvoir au Kurdistan autonome émergent comme prévu en tête des législatives de samedi. Le président sortant Massoud Barzani remporte une victoire tout aussi attendue à la présidentielle. 

Elections réussies au Kurdistan  

La province autonome du Kurdistan a participé massivement samedi à l’élection de son président et de son parlement. Selon la commission électorale, le taux de participation a atteint 80 %. Les élections se sont déroulées dans une atmosphère plutôt calme, on ne comptabilise que deux incidents majeurs, la mort d’un civil lors de tir de joie durant l’annonce des résultats provisoires et des actes de violence contre un parti islamiste d’opposition.

Alors que le président de la commission électorale kurde, Faraj Al-Haidari, au cours d’une conférence de presse à Erbil, la capitale du Kurdistan, a affirmé que « les élections ont été un grand succès et se sont déroulées en toute transparence sans aucun problème majeur », malgré le fait que certains électeurs autorisés à voter n’étaient pas inscrits sur les listes électorales. Quant aux résultats définitifs, ils ne seront connus que dans les jours à venir.

Cette élection a créé des surprises puisque la liste dissidente kurde a réussi à mettre à mal l’hégémonie des deux grands partis PDK (Parti Démocratique du Kurdistan) et l’UPK (Union Patriotique du Kurdistan), grâce à sa politique anti-corruption aux législatives et pourrait devenir un réel opposant au sein du parlement. Tandis que l’actuel président kurde et chef du PDK, Massoud Barzani a été devancé dans la province de Soleimaniyeh qui est l’une des provinces les plus importantes après Erbil et Dohouk. Il a été vaincu par un universitaire demeurant à Londres, Kamal Mirawdly, appartenant à la liste du Goran (changement en kurde), conduite par l’ancien numéro deux de l’UPK, Noucherwan Moustapha.

Le fait d’avoir obtenu 50 % des suffrages à Soleimaniyeh a permis au parti Goran d’obtenir « 19 sièges, et 22 % dans celles d’Erbil, soit 9 sièges », alors qu’il espérait obtenir « au moins 28 des 111 sièges au nouveau parlement ». Selon les pronostiques, la fusion des deux grands partis kurdes « Kurdistania », devrait obtenir 54 à 55 sièges et pourrait s’appuyer sur les 11 sièges réservés aux minorités. Les islamistes peuvent espérer une quinzaine de sièges. Tandis que le chef de cabinet de la présidence du Kurdistan, Fouad Hussein, a affirmé « que le président sortant Massoud Barzani obtiendrait 70 % des suffrages et la liste PDK-UPK 60 % », soit 63 des 111 sièges au parlement autonome kurde. 

Population satisfaite

Si les résultats confirment la percée de Goran, ceci pourra être considéré comme un événement historique  puisqu’il s’agira de la première fois, depuis les élections Kurdes en 1992, qu’une réelle opposition parlementaire fait face aux deux grands partis. « Les premiers résultats laissent prévoir qu’il y aura un gouvernement fort et une opposition solide », a assuré Hoger Chatou, coordinateur de Chams, une ONG qui a déployé 2 500 observateurs lors des élections. Il a ajouté que « Kurdistania disposera d’assez de sièges pour former un gouvernement fort et Goran aura un nombre suffisant de sièges pour constituer une forte opposition ». D’après lui, « les résultats reflètent fidèlement la réalité du Kurdistan ».

La population Kurde est, en général, satisfaite des élections, selon Hassan, un ingénieur de 44 ans. « C’est la première fois de ma vie que j’ai l’impression de participer à une élection où il existe plusieurs choix et une vraie concurrence », a affirmé à l’AFP Ziz Hassan. « Aux précédentes élections, les deux parties ne donnaient pas le choix aux électeurs », a-t-il ajouté, faisant allusion au PDK et à l’UPK. « Je vais voter pour la liste Goran car le système politique au Kurdistan a besoin de changement et de renouveau et d’une opposition parlementaire réelle et forte », a assuré Ziz Hassan

Malgré tout, l’actuel président kurde et chef du PDK, Massoud Barzani, devrait à nouveau sortir vainqueur, ainsi que la coalition formée par son parti, et l’UDK devrait conserver sa majorité parlementaire.

Sarah Hassan

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.