Al-Ahram Hebdo, Sports |
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 17 au 23 juin 2009, numéro 771

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Sports

Lutte. Cette discipline, qui a jadis fait des exploits, traverse aujourd’hui une mauvaise passe et risque de ne pas rééditer les mêmes performances. Entretien avec Mohamad Abdel-Aal, président de la Fédération égyptienne.

« En Italie, nous ne visons pas à rééditer l’exploit »

Al-Ahram Hebdo : Comment évaluez-vous le niveau de la lutte égyptienne ?

Mohamad Abdel-Aal : La sélection nationale se trouve aujourd’hui dans une période charnière. Nous sommes en train de rajeunir l’équipe en intégrant de jeunes lutteurs. Mohamad Abdel-Fattah, champion du monde 2005, et Karam Gaber, champion olympique en 2004, ont réalisé de bonnes performances durant les années 1990. En 1996, ils ont été médaillés d’argent et de bronze au Championnat du monde juniors. Cette équipe qui a réussi à remporter de grands exploits comprend des athlètes un peu âgés. Il est temps de construire une nouvelle génération capable de poursuivre cet excellent élan. Aujourd’hui, la plupart des lutteurs de la sélection égyptienne sont très jeunes mais n’ont pas assez d’expérience. Il est encore trop tôt pour évaluer leur niveau.

— Etes-vous satisfait de la performance de l’Egypte aux derniers Championnats d’Afrique qui ont eu lieu le mois dernier au Maroc ?

— Bien sûr, je suis très content du résultat de mes lutteurs, lesquels ont décroché des médailles, à l’exception d’une seule lutteuse. L’Egypte a obtenu la première place lors de ces Championnats avec 10 médailles d’or, 4 d’argent et 6 de bronze, malgré la grande concurrence de la part de la Tunisie et de l’Algérie. Mais nos athlètes, surtout les jeunes, ont confirmé leur niveau. Il est vrai qu’en lutte gréco-romaine, le résultat n’était pas comme d’habitude avec 3 médailles d’or seulement. L’absence de Karam Gaber et de Mohamad Abdel-Fattah a sans doute affecté le résultat.

— Pourquoi Karam Gaber n’a-t-il pas disputé ces Championnats d’Afrique ?

— Il était prévu que Gaber participe à ces Championnats. Il a assisté aux entraînements et a eu son visa pour le Maroc, mais à la dernière minute, il s’est excusé en disant qu’il n’est pas prêt pour la compétition. Nous sommes en train de faire une enquête. Le problème est que Gaber a perdu beaucoup de temps depuis la fin des Jeux olympiques de Pékin 2008 et sa blessure. Il avait besoin de plus de temps pour retrouver son niveau.

— Karam Gaber ne cesse de s’excuser de participer aux compétitions. Pensez-vous qu’il pourra retrouver son niveau et rééditer ses exploits ?

— J’ai encore de l’espoir, et je suis convaincu que Karam pourra retrouver son niveau s’il a cette volonté. Gaber est un lutteur d’un talent extraordinaire. Sur le plan technique, il est d’un niveau très élevé. Il a besoin d’une préparation physique afin de reprendre sa bonne forme. Le retour de Karam sur la scène internationale est entre ses mains.

— Aux derniers Jeux Méditerranéens (JM), la lutte était la discipline phare de l’Egypte en remportant un grand nombre de médailles. Est-ce que les Egyptiens pourront rééditer cela aux JM d’Italie ?

— La délégation égyptienne qui participera aux JM sera composée de 10 athlètes seulement, 3 en lutte gréco-romaine, 5 en lutte libre et 2 en lutte féminine. Nous avons décidé d’envoyer en Italie seulement ceux qui ont décroché des médailles d’or aux Championnats d’Afrique. Donc, il y a une grande différence entre cette édition des JM et l’édition précédente, lorsque l’Egypte avait été représentée par toute l’équipe en lutte gréco-romain et en lutte libre et avait remporté 4 médailles d’or, 3 d’argent et 5 de bronze.

En Italie, nous ne visons pas à rééditer cet exploit, surtout que la plupart des lutteurs sont encore jeunes et ont besoin d’expérience. Il est à noter que notre préparation n’était pas à la hauteur de la compétition. Il était prévu qu’avant les JM nous effectuions un stage au Japon, mais nous l’avons annulé à cause de la grippe porcine. Les lutteurs ont poursuivi leur préparation au village olympique d’Ismaïliya. Je considère les JM comme une étape de préparation pour les jeunes Egyptiens.

— Quels sont vos objectifs à venir ?

— Ma priorité est de construire une nouvelle équipe jeune capable de participer aux Jeux olympiques de 2012 et 2016. Afin de réaliser cela, je me concentre beaucoup sur les jeunes lutteurs des sélections juniors, -20 ans et -17 ans. Donc, nous offrons à ces lutteurs l’opportunité de participer aux grandes compétitions afin d’acquérir de l’expérience. En fait, un long programme de préparation est mis en route, composé de plusieurs stages et de plusieurs compétitions. En même temps, je voudrais recruter un expert étranger pour la sélection nationale afin d’améliorer son niveau. J’espère réaliser cela juste après les JM pour que le nouveau directeur technique puisse suivre les lutteurs lors de cette saison qui comporte les Championnats du monde en septembre prochain.  Cette occasion permettra aux jeunes lutteurs d’acquérir de l’expérience au contact des meilleurs du monde.

— Est-ce que l’Egypte possède d’autres lutteurs capables de réaliser les exploits de Karam Gaber et de Mohamad Abdel-Fattah ?

— Bien sûr. Parmi les jeunes lutteurs, plusieurs sont très talentueux et capables de réaliser de bonnes prestations. A titre d’exemple, Sayed Abdel-Moneim (60 kg, gréco-romaine), 7e aux Championnats du monde juniors 2008, qui possède un talent extraordinaire similaire à celui de Karam Gaber. Je lui fais confiance pour réaliser de nouveaux exploits.

Propos recueillis par Doaa Badr

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.