Al-Ahram Hebdo, Livres | Au fil des pages
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 17 au 23 juin 2009, numéro 771

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Livres

Au fil des pages

La philosophie soufie chez Mohieddine Ibn Arabi, d’Aboul-Ella Afifi, éditions du Centre de traduction avec Dar Al-Kotob, 2009.
Il s’agit d’une thèse de doctorat présentée à l’Université de Cambridge en 1930, traduite par Mostapha Labib Abdel-Ghani. Considérée comme la première étude documentée qui présente la synthèse de la doctrine d’Ibn Arabi, elle aborde l’existence, la connaissance, l’âme et l’authenticité idéologique du philosophe. De même que le livre dévoile la vision d’Ibn Arabi de l’essence de l’islam et des autres religions dans le but de transcender les rites à la recherche de l’amour de Dieu et d’une religion universelle qui comble les séparations entre les religions.

François Burgat, Islamism in the shadow of Al-Qaïda (l’islamisme à l’heure d’Al-Qaëda), AUC Press, 2009
D’abord publié en français sous le titre L’islamisme à l’heure d’Al-Qaëda, réislamisation, modernisation, radicalisations (La Découverte, 2005), cet ouvrage est utile pour qui veut avoir une lecture critique de la scène islamiste actuelle. Afin de « replacer la mobilisation islamiste dans le contexte elle a évolué durant près d’un siècle », le chercheur français dégage, trois « temporalités » de l’islamisme : la première s’est construite autour des Frères musulmans à partir de 1928, face à l’agression coloniale. La seconde a été une réponse aux désillusions des indépendances et au despotisme des « Pinochet arabes ». La troisième est celle de « la radicalisation sectaire de la génération Al-Qaëda » face à la politique américaine en Iraq et en Afghanistan et à l’occupation persistante de la Palestine. Comme dans l’islamisme en face, Burgat insiste sur les « spécificités nationales » et la diversité du champ islamiste.

Banipal, n°34
Ce dernier numéro de la revue britannique s’ouvre sur un hommage à l’écrivain Soudanais Tayyeb Salih (1929-2009). Le lecteur trouvera d’innombrables extraits de la littérature arabe traduits vers l’anglais : du roman de Sonallah Ibrahim Stealth, Abdou Khal Clay, Layla Al-Juhni et Hassouna Mosbahi. Fondée en 1998 par Margaret Obank et l’écrivain iraqien Samuel Shimon, Banipal se fait également l’écho de la polémique autour du roman de Youssef Zidan Azazil, lauréat du Booker arabe 2009. La revue n’omet pas non plus de rendre hommage au romancier égyptien Youssef Abou-Rayya, décédé en 2009 et lauréat du Prix Naguib Mahfouz, décerné par l’AUC, en 2005 et propose une nouvelle inédite de l’écrivain traduite par Denys Johnson. Plusieurs textes d’écrivains saoudiens (Abdou Khal, Layla Al-Juhni, Hani Nakshabandi et Fahad Al-Ateeq) sont également au menu, parmi d’autres. Pour les anglophones, une excellente ouverture sur les nouveautés de la scène littéraire arabe.

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.