Al-Ahram Hebdo, Opinion | L’utilité des commissions d’enquête
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 17 au 23 Septembre 2008, numéro 732

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Opinion
 

L’utilité des commissions d’enquête

Salama A. Salama

 

Les egyptiens devront peut-être croire les résultats des nombreuses commissions d’enquête qui ont été formées au cours des semaines passées. Une commission pour connaître les causes de l’incendie qui a détruit le bâtiment du Conseil consultatif, une deuxième pour comprendre les circonstances qui ont mené à l’échec de la délégation sportive égyptienne aux Jeux olympiques de Pékin, puis une troisième chargée de découvrir les causes pour lesquelles la région de Doweiqa a été laissée à la merci de l’effondrement d’un gros bloc de pierre de la montagne de Moqattam sans aucune procédure préventive.

Peut-être que ces commissions pourront-elles dévoiler les défauts existant dans la performance égyptienne dont l’échec s’est dévoilé à plusieurs occasions. Qu’il soit question d’une catastrophe inattendue ou d’une compétition sportive internationale où les capacités humaines entrent en concurrence pour atteindre les plus hauts degrés d’exploit et de succès. Ou autres causes de négligence et d’absence de toute méthode scientifique dans notre vie.

Cependant, il semble que personne n’a pensé à former une commission d’enquête pour connaître les causes de l’effondrement social qui a mené à un état d’indifférence et de détachement entre une large majorité de la société d’un côté, et des accidents catastrophiques de l’autre. Ces accidents causent des pertes matérielles et morales énormes, affectent la société et touchent au prestige du régime comme l’incendie du Conseil consultatif, les résultats humiliants de la participation aux Jeux olympiques de Pékin ou les tricheries collectives au cours des examens du baccalauréat.

Il est clair qu’en Egypte, les gens sont parvenus à une équation juste dans leur relation avec l’Etat : Ils assument avec soumission toutes les charges de survie, la hausse des prix, le niveau médiocre de l’enseignement, et le régime et son parti au pouvoir assument la responsabilité des incendies, des catastrophes nationales, des défaites politiques et l’échec général.

Du temps où le régime communiste existait en Union soviétique, l’Etat et le parti au pouvoir étaient chargés de nourrir les gens et d’assurer tous leurs besoins. En contrepartie, les gens laissaient à la direction du parti et au gouvernement la prise des décisions importantes et la pratique de l’autorité politique. Ce régime garantissait au moins 2 équations justes qui épargnent toute responsabilité au peuple.

Mais en Egypte, c’est l’Etat qui prend toutes les décisions et fait en même temps assumer aux gens les conséquences de chaque échec. La responsabilité de l’incendie du Conseil consultatif a été assumée par des directions politiques et des services de défense civile qui n’ont pas fait attention à la nécessité de l’existence des garanties de sécurité nationale. Et les résultats décevants des Jeux olympiques sont la conséquence d’un système sportif corrompu où manque le sérieux. Quant à la catastrophe de Doweiqa, ses causes n’ont pas besoin d’être explicitées.

Nous avons réellement besoin d’engager des enquêtes pour comprendre les raisons entraînant cet état de détachement entre l’Etat et le peuple. Et également les raisons de l’indifférence et de l’apathie qui ont envenimé la vie politique et sociale en Egypte. Mais est-ce que les commissions d’enquête en Egypte ont jamais été utiles ?

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.