Al-Ahram Hebdo,Monde |
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 17 au 23 Septembre 2008, numéro 732

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde

Afghanistan. Le président américain George W. Bush recevra son homologue afghan Hamid Karzaï le 26 septembre à un moment où le pays est confronté à un redoublement des violences et où les Etats-Unis envisagent une nouvelle stratégie pour lutter contre les islamistes.

Washington revoit ses plans

Sept ans après les attentats du 11 septembre, qui ont été à l’origine de la guerre lancée par les Etats-Unis contre l’ancien régime des Talibans en Afghanistan, la stratégie américaine paraît plus que jamais ratée. S’il a fallu quelques semaines uniquement pour provoquer la chute des Talibans et instaurer Kaboul un nouveau régime pro-occidental, il en a été tout autrement pour ce qui est de la lutte contre les réelles forces islamistes du pays, qui, bien que n’étant plus au pouvoir, restent bien ancrées. Pour preuve, près de 3 000 personnes ont été tuées en Afghanistan depuis début 2008, année la plus meurtrière depuis la chute des Talibans, bien que les effectifs des forces étrangères aient été portés à 71 000 hommes.

Et les violences n’ont pas baissé d’intensité. Un attentat suicide à la voiture piégée contre un convoi des Nations-Unies, revendiqué par les Talibans, a coûté la vie dimanche dernier à un chauffeur et à deux médecins locaux, dans le sud du pays. La veille, sept policiers ont trouvé la mort dans la province de Ghazni, au sud-ouest de Kaboul. Le gouverneur de la province de Logar a en outre été tué le même jour dans un attentat, alors qu’un soldat britannique a été tué dans une explosion au cours d’une patrouille de routine près de Kajaki, dans la province méridionale d’Helmand, bastion des Talibans où est déployé l’essentiel du contingent britannique. Les Talibans ont aussi tué quatre policiers et en ont enlevé deux autres lors d’une attaque contre un commissariat dans le centre du pays. Et la liste des attaques de ce genre est encore longue.

En parallèle, les forces de la coalition intensifient, elles aussi, leur lutte contre les islamistes. Ces dernières semaines, cette lutte a pris de nouvelles proportions, incluant des attaques américaines en territoire pakistanais et des efforts menés par les forces pakistanaises elles-mêmes. Sous la pression intense de Washington dont le Pakistan est l’allié-clé dans sa « guerre contre le terrorisme », l’armée pakistanaise mène depuis plusieurs semaines dans le district de Bajaur des opérations de grande envergure qui ont fait plus de 750 morts, principalement des rebelles, et 260 000 personnes déplacées. Le week-end dernier a été particulièrement le théâtre de violents combats, et l’armée pakistanaise a annoncé la mort de dizaines de combattants islamistes. Dans le même temps, un nouveau missile, apparemment tiré par un drone de l’armée américaine venu d’Afghanistan, a tué vendredi au moins 12 personnes, selon des responsables locaux, dans le nord-ouest du Pakistan, où Washington veut éradiquer les repaires d’Al-Qaëda et des Talibans. Cette nouvelle frappe, la quatrième en une semaine, intervient alors que la tension monte entre Washington et Islamabad : les Etats-Unis ont menacé de multiplier les opérations militaires dans les zones tribales pakistanaises frontalières avec l’Afghanistan, le Pakistan a juré de s’y opposer « à n’importe quel prix ». Mais le président afghan Hamid Karzaï a apporté son soutien aux projets américains d’incursions militaires terrestres au Pakistan pour combattre les Talibans et les activistes d’Al-Qaëda. « Un changement de stratégie est essentiel », a dit Karzaï. « Cela signifie qu’il faut intervenir dans des zones qui servent de terrains d’entraînement et de bases arrière aux (terroristes). Nous irons là-bas ensemble et nous les détruirons ».

Cependant, le président afghan a réclamé un plus grand contrôle sur les opérations des militaires étrangers en Afghanistan et il s’est déclaré hostile à leur présence à long terme dans son pays. « Il est naturel que la communauté internationale ne puisse rester ici éternellement et il n’est pas bon pour nous qu’elle y reste », a ajouté le chef de l’Etat afghan, qui a demandé à Washington de changer de stratégie.

Etendre les opérations transfrontalières

Face à cette nouvelle donne, le chef de l’état-major de l’armée américaine, l’amiral Michael Mullen, a annoncé avoir ordonné une nouvelle stratégie militaire prenant en compte « les deux côtés de la frontière ». Ce dernier a concédé que la coalition occidentale n’était pas en train de gagner en Afghanistan et prôné un changement de stratégie afin de combattre l’insurrection jusqu’au Pakistan. L’amiral Mullen a expliqué qu’il « réfléchissait à une nouvelle stratégie, plus globale, pour la région, visant notamment à étendre les opérations transfrontalières entre l’Afghanistan et le Pakistan. A mes yeux, ces deux pays sont inextricablement liés par une même insurrection qui franchit leur frontière commune ». Cependant, l’Otan n’a pas l’intention de revoir sa politique afghane pour adhérer à la stratégie proposée par les Etats-Unis consistant à poursuivre les Talibans et autres militants d’Al-Qaëda au Pakistan, a déclaré jeudi dernier un porte-parole de l’Alliance. « La politique de l’Otan, dans le cadre de notre mandat, s’arrête à la frontière. Il n’y a pas d’incursions aériennes ou terrestres des forces de l’Otan au Pakistan », a-t-il dit, ajoutant que le sujet serait certainement à l’ordre du jour du conseil des ministres des Affaires étrangères de l’organisation consacré à l’Afghanistan, les 18 et 19 septembre, à Londres.

Abir Taleb

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.