Al-Ahram Hebdo, Echangez, écrivez |
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 2 au 8 juillet 2008, numéro 721

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Echangez, écrivez

Mobilisation . Un de nos lecteurs est ravi de l’action engagée par les habitants de Damiette afin d’empêcher l’installation d’une usine polluante pour leur environnement. 

La victoire de Damiette

Le gouvernorat de Damiette vit des jours de joie. Les décorations couvrent les rues et la nuit les guirlandes sont allumées. Les habitants marchent la tête haute, et ils ont bien raison : c’est un peuple qui a pu grâce à sa mobilisation et son organisation interdire l’installation de l’usine pétrochimique Agrium dans la ville de Ras Al-Bar. En fait, dès l’annonce de certains investisseurs canadiens de leur intention d’installer cette usine polluante et dangereuse pour la santé, des voix de sont élevées partout, des comités populaires se sont formés et des jeunes avocats du gouvernorat ont entamé une campagne pour alerter toutes les instances et les hauts responsables concernés. Des ONG ont de même agi pour faire cesser la construction de cette usine et une autre campagne médiatique très efficace a pris le relais pour dévoiler les dessous de l’affaire. Grâce à elle, Gamal Moubarak, le président du comité politique au Parti national démocratique, a visité Damiette et a entendu les plaintes des habitants puis est allé au Parlement, qui après enquête, a recommandé le déplacement de l’usine hors de la région. Cette décision est considérée comme une victoire de ce peuple qui a refusé de se soumettre et a défendu son droit sans craindre personne. Vraiment je suis fier de ces personnes qui m’ont apporté beaucoup d’espoir pour le peuple égyptien. Sur cette affaire, il s’est enfin réveillé pour obtenir ce qu’il désire.

Walid Mansour,
Alexandrie.
 

Chahine, notre géant

Depuis que j’ai appris que notre grand cinéaste Youssef Chahine a été victime d’une hémorragie cérébrale, je ne cesse d’espérer que ce grand homme du cinéma égyptien et arabe se remettra de cet accident au plus vite possible. Il est normal que les officiels égyptiens se montrent préoccupés par sa santé et j’ai été ravi des réactions et de l’attitude du gouvernement, et plus précisément du président Moubarak, qui a rapidement pris la décision de traiter en France le cinéaste aux frais de l’Etat. Youssef Chahine a d’ailleurs été emmené en France dans l’un de ses avions. Youssef Chahine est l’une des personnalités égyptiennes qui ont élevé le nom de son pays dans le monde entier à travers ses films et les prix internationaux qu’il a reçus. Ses études aux Etats-Unis, son apprentissage de la culture française, son amour de l’Egypte ont formé une personnalité très spéciale à l’origine de films exceptionnels comme Papa Amine, Adieu Bonaparte, Alexandrie pourquoi ? et d’autres. J’espère que notre géant du cinéma passera vite sa dure épreuve pour retrouver son pays.

Hossam Mahmoud,
Le Caire.
 

J’attends la nouvelle équipe de Zamalek

Avec la fin du championnat égyptien de football 2007/2008, Ahli est comme d’habitude couronné champion pour la quatrième année consécutive, avec 17 points d’avance au classement.

C’est normal, puisqu’il jouit d’une très bonne organisation et d’une collection de joueurs considérée par beaucoup comme une véritable sélection nationale. Tout cela est très bien, mais j’espère quand même que ce monopole cessera bientôt définitivement. Les joueurs ont en fait du mal à refuser les propositions irrésistibles de la part du géant rouge. A vrai dire ce club incarne pour eux la route pavée et éclairée vers la gloire et le succès. Mais cela tue aussi la compétition entre les clubs du pays. En face, l’équipe de Zamalek commencera la nouvelle saison par un match très important, celui des quarts de finale contre Ahli en championnat africain. Ce que les fans des Blancs redoutent c’est que la bataille des élections au sein du club déstabilise l’équipe pendant l’affrontement. Personnellement, j’estime que ce ne sont que des élections dans une institution sportive et non pas de présidentielles ! C’est dire qu’elles doivent se dérouler dans le calme et sans conflit. Que les dirigeants mettent rapidement un terme à leurs querelles, parce que cela est vraiment risible et même pitoyable. Les admirateurs innombrables de la Citadelle blanche attendent un Zamalek nouveau, un Zamalek capable et prêt à gagner toutes les compétitions à venir. Oui, imaginez-vous Zamalek sans différends ni problèmes mais avec solidarité interne totale ! Il est certain que le champion de la Coupe d’Egypte récupérera alors son hégémonie et écrasera n’importe quel adversaire, même Ahli.

Saleh Karam Saleh,
Le Caire.  

Une nécessité plus qu’urgente

Tout d’abord, mes salutations les plus sincères à toute l’équipe d’Al-Ahram Hebdo. La semaine dernière, je suis passé par hasard par l’une des plus pauvres zones sauvages, dans le quartier de Matariya, au Caire. J’ai été très attristé par la pauvreté et en particulier celle qui se lisait sur le visage de tant d’enfants et de femmes. En passant à côté des baraques que certains habitent, je me suis aussi rendu compte que c’étaient là de véritables fournaises, car ils sont formés de plaques d’aluminium. Alors je me demande comment ces gens peuvent-ils vivre dans ces conditions insupportables ? Je comprends mieux pourquoi tant de crimes ont lieu dans ces endroits plus que d’autres. Alors, j’appelle les responsables à mettre en place un plan d’humanisation de ces habitations. C’est une nécessité plus qu’urgente. Je sais que cette idée n’est pas nouvelle, mais il y a lieu de vraiment passer à l’action pour sauver ces populations.

Amr Ali,
Le Caire. 

Certains travaillent, d’autres pas ...

Je salue chaque gouverneur actif, qui essaie jour et nuit d’être au fait des problèmes et peines de ses administrés avec la ferme intention de leur venir en aide. Malheureusement, d’autres sont des « esclaves » de leur bureau et donnent souvent des ordres et sans aucun rapport avec la réalité. Ainsi, certains font des efforts pour aider au développement de leur villes, et d’autres font des efforts pour ne rien faire. Ces derniers ne font pas la queue pour acheter du pain avec le pauvre peuple et ne saisissent donc pas la mesure de sa souffrance. Un responsable installé dans son bureau climatisé avec des meubles luxueux et une table pleine de boissons fraîches et d’eau minérale, ne peut pas résoudre la pénurie d’eau ...

C’est pour cela que je salue le gouverneur du Sinaï qui n’hésite pas à faire des visites surprise dans tous les établissements. Il insiste à venir sans être accompagné pour recueillir la vraie part des choses. Il se déplace dans les rues en taxi, et découvre que son chauffeur est en fait un professeur qui a abandonné sa profession pour mieux gagner sa vie. Sa dernière visite a eu lieu à l’hôpital d’Al-Arich, à 2h du matin, en prétendant qu’il souffrait de l’estomac. Il y est resté 3 heures sans trouver de médecin qui l’ausculte. J’adresse un message à tous les gouverneurs : libérez-vous de vos fauteuils et de vos bureaux climatisés et vivez les problèmes de votre population.

Hossam EL Sayed,
Al-Arich. 

Un bon projet hospitalier

J’ai appris que le ministère de la Santé étudie actuellement l’idée de créer des départements payants dans les hôpitaux publics. Le but est de trouver des ressources financières pour subventionner les services gratuits. Je sais bien que plusieurs voix vont critiquer cette idée et vont trouver que c’est une étape vers la privatisation du secteur médical en Egypte. J’ai les mêmes soupçons, mais je pense que si cette idée est vraiment appliquée, elle bénéficiera aux plus pauvres. La négligence, le manque de moyens, les longues listes d’attente, la vétusté des équipements ... Tous ces maux du secteur sanitaire pourront prendre fin. Et en cas de négligence, les responsables ne pourront pas invoquer le manque de moyens financiers, puisqu’ils existeront. En plus, je crois que la classe moyenne, elle aussi, pourra profiter de ce projet, car les frais dans ces sections ne seront pas aussi importants que dans les cliniques privées.

Walid Hassan,
Le Caire.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.