Al-Ahram Hebdo, Voyages | Isis et le Serpent à plumes
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 12 au 18 mars 2008, numéro 705

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Voyages

Archéologie. Une exposition exceptionnelle sur l’Egypte des pharaons et le Mexique préhispanique, inaugurée récemment dans la capitale mexicaine, met en valeur analogies et différences entre deux vieilles civilisations.

Isis et le Serpent à plumes

Du 29 février jusqu’au mi-juin 2008, 350 œuvres appartenant à d’importantes collections égyptiennes et mexicaines ont enchanté le public mexicain. L’exposition « Isis et le Serpent à plumes » offre l’occasion de découvrir, pour la première fois, les analogies et la diversité de deux grandes civilisations : la civilisation égyptienne qui date de 7 000 ans environ et celle de l’ancien Mexique. Il s’agit donc de deux expositions parallèles et complémentaires.

Cette exposition majeure met en valeur deux célèbres symboles de deux civilisations, celle de l’Egypte et celle du Mexique. Isis est l’un des symboles de la fertilité et de la connaissance, les plus importantes valeurs dans l’Egypte des pharaons. Extrêmement populaire associée à Osiris, Isis incarne les valeurs de la mère universelle et de l’épouse modèle. Certes, il est question d’égyptologie, mais il est question aussi du Serpent à plumes, Quetzalcoatl, le symbole principal du Mexique pré-hispanique, qui représente tout ce qui est bon et sage. L’histoire de ces deux symboles sera racontée par les 350 pièces participant à l’exposition qui ont été réparties dans les salles du Musée national de l’anthropologie de la capitale Mexico City, dans une muséographie originale et soignée qui répond à une proposition académique très sérieuse.

Les collections préhispaniques viennent de nombreux musées mexicains et des plus remarquables zones archéologiques du pays, citons entre autres le Musée national de l’anthropologie de Mexico City, le Musée d’anthropologie de Xalapa, à Veracruz, le Musée de site Castillo de Teayo à Veracruz, le Musée de site de Teotihuacan et le Musée national d’anthropologie Carlos Pellicier Camara de Tabasco. Les pièces égyptiennes présentées à l‘exposition proviennent quant à elles de trois musées égyptiens, du Musée du Caire, du Musée gréco-romain d’Alexandrie et du Musée de Louqsor. D’autres pièces proviennent aussi de plusieurs zones archéologiques de l’Egypte, citons celles de Louqsor, de Karnak, de Dendérah et d’Assouan.

Le président mexicain, Philippe Calderon, a participé à l’inauguration de l’exposition en compagnie de certains ministres et de hauts responsables et hommes d’affaires égyptiens et mexicains. Le président mexicain a exprimé sa satisfaction, qualifiant d’excellence cette exposition, et a salué la contribution égyptienne dans le domaine de la culture. Il a fait remarquer l’importance de cette présentation qui réunit deux grandes civilisations millénaires et présente des pièces. Une délégation égyptienne, présidée par Farouk Hosni, ministre de la Culture, regroupant Zahi Hawas, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités, ainsi que Mohamad Ghoneim, coordinateur général du projet du grand musée égyptien, qui a eu l’occasion de faire la promotion du nouveau musée et d’essayer de collecter des dons pour accomplir les travaux de la construction de ce musée, qui renfermera environ 100 000 pièces et dont l’inauguration est prévue en 2011.

L’audience a apprécié l’exposition archéologique égyptienne la classant en tête de toutes les expositions tenues dans le monde entier. Le flux des Mexicains à l’exposition a commencé dès son inauguration. D’ailleurs, la première édition de l’exposition tenue en 2007, dans une ville au nord du Mexique, a attiré 500 000 visiteurs.

Selon les experts en l’organisation de telles manifestations archéologiques, il est prévu que le nombre de visiteurs durant les quatre mois de sa tenue à la ville de Mexico City atteindra quelque 600 000 et pourquoi pas un million de visiteurs. Certes, le colloque qu’a animé, durant la première semaine de l’inauguration de l’exposition, le Dr Zahi Hawas, et qui avait comme thème les récentes découvertes archéologiques en Egypte, a attiré des centaines de curieux et d’amateurs de l’histoire de l’Egypte ancienne.

L’exposition « Isis y la Serpiente Emplumada » a eu lieu à la ville de Monterrey, au nord du Mexique en septembre 2007 et jusqu’aux premiers jours de l’année 2008. Celle-ci a eu un grand succès et a pu attirer plus d’un demi-million de visiteurs mexicains et non-mexicains.

Cette exposition vient en fait en marge de la célébration du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre l’Egypte et le Mexique. Pour mieux faire connaître leur diversité culturelle, les deux pays organiseront tout au long de l’année 2008 divers événements et activités culturelles. « Isis et le Serpent à plumes » fait partie donc du programme d’échanges culturels entre le Mexique et l’Egypte en vue de renforcer les relations entre les deux pays. Outre cette exposition, Le Caire et Alexandrie accueillent à l’heure actuelle une exposition mexicaine sur les textiles du Mexique antique. Une autre exposition a été organisée l’année dernière au Caire, plus précisément dans les locaux de l’imposant palais mamelouk du prince Taz, ayant pour thème les pyramides antiques du Mexique. Ce dernier est en fait un pays où les gratte-ciel s’élèvent à côté des pyramides millénaires.

Amira Samir

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.