Al-Ahram Hebdo, Evénement | Echos des ambulances
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 12 au 18 mars 2008, numéro 705

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Evénement

Bande de Gaza. Rafah, cette ville à la frontière de la Palestine, accueille des blessés victimes du massacre israélien. En dépit de strictes mesures de sécurité, tout se passe bien.

Echos des ambulances

« Ambulance 1, six blessés, quatre hommes, deux femmes, pas d’accompagnateurs » ... La voix d’un Egyptien vient à travers le talkie-walkie du policier installé dans son bureau au poste-frontière de Rafah. Son collègue n’est qu’à environ 300 mètres de lui. A la sortie du point de passage, c’est l’entrée de la bande de Gaza. « Le territoire enfer », dit Salah, un policier, en se souvenant des bruits des raids menés par Israël durant la nuit. Mais il pense encore plus à ces blessés palestiniens qui ne cessent d’arriver. Voilà 5 jours qu’il les voit passer vers 10h du matin, les Egyptiens dépêchent des ambulances devant le poste-frontière. En moyenne, une quinzaine par jour. Mais ce jour-là, on comptait une dizaine de plus. « On vient de l’hôpital de Rafah, de celui de Arich ou de la salle d’urgence non loin du village de Gorah », précise Mahmoud Al-Emari, l’un des 50 secouristes en attente de l’ouverture des frontières. Une heure passe, deux ... vers midi, la grille s’ouvre. « Cela veut dire que les ambulances palestiniennes sont arrivées de l’autre côté de la frontière. On nous a informés que 65 victimes seront transportées aujourd’hui », dit Al-Emari, qui fait la navette entre Rafah, l’égyptienne, et Rafah, la palestinienne, depuis 3 jours. Mission difficile. Les véhicules passent, les policiers les fouillent, ils avancent avant de disparaître de l’horizon.

Quelques minutes et c’est le tour aux camions ... chargés de sucre et de farine. Au total 162 tonnes, tous des donations des Egyptiens aux Palestiniens soumis à un blocus israélien de toutes sortes. Fin janvier, les Palestiniens avaient fait sauter la frontière, ladite porte de Salaheddine, à environ 7 km d’ici. Ils avaient vidé tous les magasins de la petite ville du Sinaï ou de la ville avoisinant de Arich de tous leurs produits. Mais les blindés sont bien présents, et des policiers égyptiens qui ont reconstruit le mur et les barbelés sont postés partout. Plus personne ne peut passer. Isamaïl est un Palestinien de 18 ans, c’est « un homme de Dahlane (le Fathiste et ancien chef de la sécurité) ». Il a franchi la frontière un jour de janvier avec les 700 000 autres Palestiniens. Lui, il était venu juste visiter, « se changer les idées, après les images de sang et de destruction ». Il quitte Rafah, va à Arich et aux alentours. A son retour à Rafah la frontière était de nouveau fermée. Et depuis, il ne peut quitter le territoire égyptien. Il tente de s’infiltrer avec les ambulances ou les camions. Les gardes le repoussent : « On n’a pas encore l’ordre de vous laisser passer », lui dit-on. Une heure est encore passée, deux ... et à 14h, on voit de loin une ambulance approcher. Cette fois-ci, elle est chargée. De nouveau, les policiers mènent leur inspection. Ils prennent les passeports des six Palestiniens à bord, une copie du rapport médical ... Les minutes passent, le soleil est brûlant. L’ambulancier remonte à bord, et au lieu de passer, il rebrousse chemin, direction Gaza. Un papier manque. Un quart d’heure et l’ambulance revient suivie d’autres ... toutes avec des Palestiniens blessés à bord. Elles s’échappent vers l’hôpital de Rafah. Celui-ci a accueilli jusqu’à présent environ 150 cas, deux d’entre eux ont succombé à leurs blessures avant d’être rapatriés en territoire palestinien. On évacue l’ambulance. La scène est plus qu’émouvante. Tareq est le premier à être débarqué. Le médecin note dans son registre : fracture à la jambe droite, fracture au bassin, fracture à la cage thoracique ... « J’ai entendu le bruit terrifiant des avions israéliens, et peu après, un missile s’est abattu sur un bâtiment dans notre quartier. J’entendais les cris puis je ne sais plus combien de temps après, j’ai senti les mains qui tentaient de me retirer de sous les décombres », raconte le jeune Gazaoui de 18 ans qui ne fait pas exception dans cette tragédie. Malgré tout, Rafah l’égyptienne restera pour les Palestiniens une échappée d’air.

Samar Al-Gamal

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.