Al-Ahram Hebdo,Arts | La nuit de tous les chambardements
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 6 au 12 février 2008, numéro 700

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Arts

Tournage. Scène 34, première reprise. Lieu : studio Ahmos au Caire. Le décor reconstitue la rue où habite le personnage principal du film Laylet Al-Baby Doll (la nuit du Baby Doll), un dernier scénario signé Abdel-Hay Adib et réalisé par son fils Adel Adib. 

La nuit de tous les chambardements 

Un décor pastel et ensoleillé dans la cour du studio. Le parcourir, c’est découvrir le caractère du film : le goût réaliste du détail. On est dans la chambre de Wagdi (interprété par Mahmoud Abdel-Aziz). Sa voix et ses rires résonnent au loin, en train de se coiffer, avec un sourire reflétant calme et confiance.

Sur le plateau, le réalisateur et producteur Adel Adib examine les divers angles de la caméra. Il explique : « Les protagonistes connaîtront un tournant. Wagdi est censé voyager, travaillant en tant que guide touristique. De retour, il subira un accident et sa vie va chambouler ».

Ce projet est né de la volonté de rendre hommage à son propre père, le scénariste de renom, Abdel-Hay Adib, décédé il y a quelques mois.

La scène en question est parmi les dernières tournées à l’intérieur, tous les comédiens étaient présents pour prêter main-forte. C’est le cas du comédien Mahmoud Al-Guindi : « Je tournerai mon rôle en Syrie, incarnant un Iraqien vivant sous le joug de l’occupation américaine, au lendemain de la chute de Saddam Hussein ».

Le réalisateur ne cache pas son inquiétude : « C’est presque l’expérience la plus importante de ma vie : réaliser le dernier scénario de mon père ». Si l’idée de ce film remonte aux années 1980, il implique un commentaire vif sur la mondialisation et les agissements américains contre les Arabes.

« C’était en 1983, lorsque j’ai demandé à mon père d’écrire un film sur la conjoncture prévalante. Au bout de la conversation, il avait esquissé les grandes lignes du film. Après la chute de Bagdad, on a ajouté des scènes portant sur la prison d’Abou-Gharib où le comédien Nour Al-Chérif est humilié et torturé par une gardienne de prison ».

Abdel-Hay Adib avait le talent d’aborder des thèmes délicats de manière très ironique dans une fiction regroupant quelque 60 comédiens. En fait, le projet tente la famille Adib de le présenter lors de la prochaine édition du Festival de Cannes.

La voix du réalisateur résonne en studio : « Allez, messieurs dames, chacun sa place ! ». Mahmoud Abdel-Aziz revêt un air plus sérieux, son regard devient plus égaré. Le personnage doit accompagner un groupe touristique aux Etats-Unis, malgré les protestations de sa femme. Il discute avec son patron, évoquant sa vie privée. La conversation s’avère audacieuse.

Après deux reprises, le réalisateur crie : « Stop ! C’est bon ! ».

« Ce genre de scènes contradictoires sont compliquées. Elles nécessitent beaucoup de concentration pour paraître crédible », commente la comédienne Yousra, avant d’aller changer de maquillage, laissant le réalisateur bavarder avec ses collaborateurs.

Yasser Moheb

Retour au sommaire

 

Synopsis 

Un guide touristique affronte des problèmes conjugaux, puis un jour, son agence lui demandera d’accompagner un groupe de touristes américains entre Washington et Le Caire. En rentrant, il achète un Baby Doll à sa femme, avec l’idée de passer une nuit torride à son retour. Il sera la cible d’une attaque terroriste, sa vie va chambouler. 

Fiche Technique 

Production : Good News 4.

Réalisation : Adel Adib.

Scénario : Abdel-Hay Adib.

Musique : Yasser Abdel-Rahmane.

Sur les écrans : Eté 2008.

Interprètes : Nour Al-Chérif, Mahmoud Abdel-Aziz, Leïla Eloui, Soulaf Fawakhergui, Mahmoud Hémeida, Nicole Saba, Ola Ghanem, Gamal Solimane et Gamil Rateb.

 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.