Al-Ahram Hebdo, Visages | Ghalia Benali, Le don d'enchanter
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 1 au 7 Octobre 2008, numéro 734

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Visages

Ghalia Benali, chanteuse-danseuse tunisienne de renom, mêle, dans une dextérité et un érotisme rehaussant ses traits, une mosaïque d’expressions artistiques et une brassée de talents. De quoi attiser la curiosité et les sens du public.  

Le don d'enchanter 

Une voix d’abord. Extraordinaire. Qui pose son grain grave et épais sur des mélodies qui sont un mélange subtil de classique arabe et de sonorités plus occidentale, classique ou jazz. « Je ne suis ni une chanteuse traditionnelle, ni classique, je n’ai pas de carcan. La musique que je propose est un nouveau mélange », explique la jeune femme, une vague de boucles brunes s’écrasant avec fracas entre les omoplates. Quand elle parle, sa voix est un peu éraillée, émaillée d’avoir été utilisée à outrance, mais dès qu’elle entame les premières notes d’une chanson de son spectacle Roméo et Leïla, sa voix se pose et s’impose avec éclat.

Mais pour comprendre un tant soit peu ce conte chanté, auquel elle a aussi consacré un livre de collage élégant, il faut remonter dans le temps et retrouver Ghalia, petite fille élevée à Zarzis, une bourgade du sud tunisien. Très inspirée par sa mère, surnommée l’« Indienne » en raison de ses longs cheveux sombres et de sa passion inconsidérée pour la culture cinématographique et la danse indiennes, Ghalia imite, très jeune, les danses indiennes et orientales, lors des fêtes familiales. Le chant s’est imposé très naturellement à la jeune fille : « Je n’étais pas chanteuse à l’origine, je chantais avec ma mère, on attrapait une casserole et on chantait », raconte Ghalia, une boucle d’or passée dans les cheveux au sommet du front.

Les films égyptiens qui ont marqué et marquent toujours les cultures arabes du Machreq et du Maghreb ont fait défiler sur les écrans de télévision des stars immenses telles que Abdel-Halim Hafez et Samia Gamal, qui cumulaient plusieurs formes d’art. « En étant plongée dans cette culture pluriforme, où des acteurs étaient aussi chanteurs et compositeurs, j’ai naturellement été attirée par des formes d’arts variées. Je n’ai jamais eu ni l’envie ni le besoin de me limiter, car tout s’est imposé à moi avec beaucoup de naturel ».

Après avoir suivi un cursus scientifique à Tunis, elle décide de poursuivre des études de graphisme en Belgique : « A l’époque, une cousine déjà sur place m’avait dit qu’en guise d’art, le graphisme était ce qui existait de plus réaliste. En graphisme, on nous apprend à avoir des points de vues différents, à regarder dans telle direction, et dans mes chansons, je parle de mon angle de vue », ajoute l’artiste, un grand sourire ponctuant chacune de se phrases. Mais l’arrivée en Belgique est aussi marquée par de la morosité, car l’artiste est contrainte à mettre en berne ses appétences artistiques. « En Tunisie, je n’avais jamais ressenti le besoin de chanter ou de danser sur une scène, car je dansais et chantais tout le temps ! En Belgique, je chantais toute seule dans ma chambre, je me disais que personne ne pouvait comprendre l’arabe, alors à quoi bon ? ». C’est sans compter sur l’apparition d’un personnage qui sera déterminant dans la carrière de la jeune femme. Il s’agit de Moufadhel Adhoum, Tunisien fraîchement débarqué à Bruxelles pour y poursuivre des études d’art, et qui s’avérera être un formidable joueur de luth arabe. Une amitié instinctive et artistique naît entre les deux personnages, qui passent des après-midi et des soirées entiers à jouer et chanter ensemble, « et puis un luth c’est autre chose qu’une casserole ! », lance Ghalia, dans un éclat de rire mutin. A l’époque, ces mini-concerts intimistes, auxquels avaient accès seuls les deux artistes concernés, ne dépassaient pas les murs de son appartement. Puis les aléas et les caprices de la vie les séparent un bon moment, jusqu’à ce qu’un hasard heureux les réunit sur un quai de gare, à Gand. « J’étais sur le point de monter dans le train et de retourner vivre à Bruxelles, se souvient la chanteuse, lorsque je suis tombée sur Moufadhel qui descendait de ce même train et qui venait s’installer à Gand. Le train est reparti sans moi ce jour-là … ». Ils ont commencé à jouer dans des cafés, des centres culturels, avec des musiciens turcs parfois. Lors de leur premier « vrai » concert, devant un public à majorité non arabophone, Ghalia s’est instinctivement mise à « théâtraliser » les chants arabes, à décortiquer les émotions contenues dans les paroles par des pas de danse, des expressions corporelles qui puisent dans les danses indiennes et arabes. « Même si les gens qui écoutaient ne comprenaient pas l’arabe, il y a eu une véritable écoute, une concentration, car j’ai bien appuyé les mots pour être comprise, et mon corps était le vecteur des états d’âme des paroles », précise Ghalia, le visage et le corps à l’affût de ces émotions intenses et contradictoires. Elle se définit volontiers comme un « témoin », qui rapporte une information et qui l’illustre par des images, une gestuelle, un regard ou un soupir. « La clé de l’enchantement, c’est de ne pas se retenir : si l’on est habité par l’émotion que l’on doit faire passer, le public la reçoit et l’accepte », dit-elle, convaincue. « C’est parce que j’ai commencé la chanson en Occident que j’ai appris à développer ces techniques de chants là, beaucoup plus personnelles finalement », explique-t-elle. Il est vrai que dans le monde arabe, l’appréciation se passe davantage dans la tête que par les gestes, seule Oum Kalsoum était capable d’hystériser et d’électriser les foules. Ghalia Benali continue à se produire sur scène, fait une petite tournée au Portugal et en Espagne, où elle se passionne pour le Flamenco, qu’elle ajoute à son répertoire d’expression corporelle.

Puis, c’est en 2003 que voit le jour le projet « Roméo et Leïla », projet qui grandira jour après jour et année après année, et qui sera décliné en spectacle chanté et dansé, ainsi qu’en un livre de contes illustré par des collages. « J’ai eu envie d’écrire une histoire autour de ces deux personnages, Roméo et Leïla. Selon moi, cela n’a pas de sens d’écrire l’histoire de Qaïss et Juliette, d’une part puisqu’il existe des milliers de couples de ce type et que cela ne sonne pas aussi bien que « Roméo et Leïla », proclame la jeune femme. Ghalia a d’abord illustré les personnages et décide de gratifier la jeune Leïla d’un œil unique, qui révèle qu’elle appartient à un monde où on a une vision des choses uniques. Roméo, qui a deux yeux, est un érudit qui excelle dans les domaines scientifiques, un alchimiste, historien, médecin, et qui représente un idéal masculin. « Une fois que toute l’aventure de Roméo et Leïla (livre de collage, CD et spectacle) a pris fin, j’ai réalisé que Leïla, c’était moi quand j’ai quitté la Tunisie, avec mon lot d’idées limitées, par mon âge et ma méconnaissance de la vie », estime Ghalia, songeuse. « Aujourd’hui, je me considère bien plus Roméo que Leïla, mais ces deux personnages peuvent sans problème marquer les évolutions d’une seule et même personne », ajoute-t-elle, le visage penché sur le côté. « Entre l’ancienne Ghalia et la nouvelle, comme pour Leïla, il y a eu une histoire d’amour », conclut-elle, très émue. Toutes ses chansons sont en arabe, à de rares exceptions près où elle chante en espagnol ou en indien, car l’arabe exerce une sorte de magie sur la chanteuse : « L’arabe m’inspire beaucoup plus, il agit sur moi comme une formule alchimique. C’est la langue de la poésie, du Coran, la langue du rêve … ».

Invitée par le Mawrid Al-Thaqafi à se produire sur la scène du théâtre Guéneina, dans le cadre des festivités du Ramadan, Ghalia Benali est extrêmement émue. « Dans ma musique, je me considère bien plus égyptienne que tunisienne, et mon attitude sur scène, très théâtrale, est inspirée en partie des films égyptiens », affirme l’artiste, le rose aux joues. « Avec Moufadhel, on se disait dans l’avion, tu te rends compte, on arrive sur la terre foulée par Oum Kalsoum, la quatrième pyramide ! ».

C’est devant une assistance subjuguée et charmée en tous points que Ghalia Benali et ses musiciens se sont produits. « L’Egypte est le pays du rêve », annonce Ghalia Benali, et elle a su le prolonger, pour le plus grand bonheur de l’assistance.

Louise Sarant

Retour au sommaire

Jalons 

21 décembre 1968 : Naissance à Zarzis près de Djerba.

1996 : Premier concert en Belgique.

2003 : Premier concert en Tunisie.

2006 : Sortie du CD

Roméo et Leïla.

Septembre 2008 : Concert au Caire.

 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.