Al-Ahram Hebdo,Nulle part ailleurs | Panique sur la colline
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 1 au 7 Octobre 2008, numéro 734

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Nulle part ailleurs

Moqattam. L’éboulement de Doweiqa qui a causé la mort de plusieurs dizaines  a provoqué la panique dans l’ensemble de la zone. Les habitants se demandent si le fait d’habiter cet endroit est sûr. Etat des lieux.

Panique sur la colline 

« Nous sommes une trentaine de familles et nous habitons la colline d’Al-Moqattam. Chaque jour, nous sommes sur le qui-vive, craignant qu’un bloc de pierre ne tombe sur nos têtes. Nos maisons sont menacées d’effondrement, et les murs sont lézardés. On est allé plusieurs fois pour porter plainte à la municipalité, aux députés du Parlement, dans les médias et les ONG, rien n’a été changé. Un ingénieur travaillant à la municipalité nous a même averti que notre vie était en danger, mais personne ne nous a prêté attention. On ne demande pas d’autres logements, on veut simplement que les responsables éliminent ces rochers. On vit dans la peur, celle de connaître le même sort des habitants de Doweiqa », protestent les habitants de Ezbet Chahine et de Ezbet Békhit, des zones sauvages à Moqattam.

Une panique a gagné les rues de Moqattam après la chute d’un bloc de pierre à Doweiqa, causant la mort de 600 personnes. Un état d’alerte règne, on dirait un calme qui précède la tempête. L’expert en géologie Mohamad Youssef a lancé une mise en garde dans l’émission diffusée sur la première chaîne égyptienne Sabah al-kheir ya Masr en disant que la tragédie de Doweiqa allait se répéter et que le cercle allait s’étendre et menacer tous les habitants de la colline. « Les fissures prolifèrent au niveau des couches superficielles où se dressent les fondations des immeubles. D’un autre côté, les carrières répandues dans la région utilisent à leur tour de la dynamite, ce qui accroît les fissures. Plus grave encore, la colline souffre de la chaleur des incendies provoqués par les chiffonniers pour se débarrasser des immondices. Ce qui a élargi les fissures », explique le professeur Youssef. Des rumeurs circulent que les grands projets immobiliers dans la région ont été la cause de la catastrophe de Doweiqa. Des points d’interrogation se posent encore : est-il devenu dangereux d’habiter la colline d’Al-Moqattam ? Ou bien existe-t-il des normes strictes à respecter ?

D’ailleurs, le nom Al-Moqattam, qui veut dire « le découpé », suite à une légende, correspond aux estimations des experts en géologie qui voyaient que cette colline ressemblait à une molaire cariée à cause de ses terrains durs comme du roc alors que les couches profondes sont nettement plus fragiles. Selon Ali Sadeq, professeur en géologie, les pharaons qui ont constaté sa nature ont évité d’y construire leurs maisons ou leurs temples. Ils estimaient que la colline pouvait s’effondrer en cas de séisme. « Ce sont les Italiens qui ont été les premiers à construire sur Al-Moqattam, considérant ce quartier comme étant résidentiel », raconte Amr Al-Mallah, expert en géologie, habitant d’Al-Moqattam et entrepreneur qui y a construit plusieurs immeubles dans la région.

 

Maisons sur une terre qui danse

Une étude qui a été effectuée par le Centre des recherches de logement et de construction et l’Académie des recherches scientifiques dans les années 1980 — et qui a duré deux ans — a démontré que les projets de construction sur la colline sont possibles, à condition de respecter certaines mesures. « Il faut seulement s’éloigner du flanc de la colline en respectant une distance de 300 mètres. La hauteur des immeubles ne doit pas dépasser les 4 étages au milieu de la colline et deux étages sur ses flancs et les constructions ne doivent pas être collées les unes aux autres afin de ne pas peser lourd sur les couches terrestres les moins solides. Il faut éviter l’extension des jardins, car l’arrosage nuit au sol qui contient de la chaux. Ce qui diffère de la terre argileuse sur laquelle sont construits les bâtiments dans les autres régions du Caire », explique l’urbaniste Rageh Abou-Zeid, ex-président du centre. D’autres vont même plus loin. La professeure Riham Abdel-Hamid, expert, estime qu’il est nécessaire de temps en temps d’injecter de la terre pour combler les fissures, sans oublier de colmater les pentes de la colline constamment. « Les conduites du drainage sanitaire doivent être en plastique pour éviter qu’elles ne se rouillent, ce qui entraînerait des fuites d’eau », explique la chercheuse qui assure avoir déposé son étude sur Al-Moqattam ; cependant, elle a été classée dans les tiroirs des municipalités jusqu’à la fameuse catastrophe. Les responsables, quant à eux, assurent qu’au départ, certaines mesures n’ont pas été respectées, mais qu’aujourd’hui la situation diffère. Il suffit de citer l’exemple du géant projet visant à instaurer un nouveau réseau de drainage sanitaire et qui sera achevé dans quelques mois. Les œuvres de constructions ont débuté depuis cinq années pour remplacer l’ancien réseau par un autre qui respecte la nature du sol. D’ailleurs, le gouvernorat du Caire prévoit un projet qui vise à collecter les débris de sol et de sable provenant de la capitale pour renforcer les bords de la colline. Ceci justifie alors, d’après Al-Mallah, l’augmentation du prix des logements dans la région. Le coût du mètre carré en 2004 variait entre 700 et 1 000 L.E., il a atteint en 2008 les 2 800 L.E. et parfois 3 500 dans les quartiers huppés de la colline.

 

Double revers

Mais une simple tournée dans la colline montre que ces mesures ne sont pas souvent respectées. Une dernière photo prise par satellite a montré que des infractions sont flagrantes aussi bien dans les régions périphériques que dans les régions basses de la colline. Les flancs de la colline ont subi l’effet de la corrosion (15 mètres entre 1976 et 1994). Et ce n’est pas tout. La colline recule de 80 cm par an, selon une étude publiée sur le site (mokatam.com) qui s’occupe des nouvelles de la région. Aujourd’hui, Al-Moqattam est un quartier à double facette. Il ne cesse d’attirer l’élite égyptienne qui veut à tout prix fuir la pollution, le bruit et les embouteillages du Caire. Cette catégorie s’est établie dans des villas sur la corniche avec une vue extraordinaire sur la capitale. Ils tentent donc de se doter du maximum de luxe : piscines, espaces verts, etc. Le grand projet de l’entreprise émiratie Emaar tente à son tour d’offrir un plus grand luxe à ses clients. Les frais du projet, prévu sur une étendue de 4 millions de m2,  vont atteindre les 12 milliards de L.E. La société distribue des brochures qui montrent le luxe du lieu : lacs artificiels, terrains de golf, piscines publiques et privées. Le prix du mètre carré a été fixé à 8 000 L.E. bien que la société l’ait eu pour 90 L.E. Il est vrai que les travaux de constructions respectent certaines mesures concernant la construction sur la colline. Cependant, le gaspillage de l’eau au cours de l’arrosage et le manque de maintenance des piscines représentent un danger. Et ce, sans compter les travaux de constructions qui ne prennent pas en compte l’usage des matériaux lourds qui risquent à leur tour de faiblir le sol. A cet égard, le Dr Yéhia Al-Qazzaz, géologue, vient de présenter une demande au procureur général, accusant la société Emaar d’avoir provoqué directement le drame de Doweiqa, exigeant une enquête détaillée sur les mesures prises par la société.

Malgré tout, Moqattam change de look. Les bidonvilles poussent comme des champignons au bas de sa colline. Dépourvues d’un réseau de drainage sanitaire adéquat, les fuites d’eau risquent de provoquer d’autres catastrophes, notamment que les propriétaires des immeubles déjà construits dans le quartier n’ont pas pris les précautions nécessaires concernant la nature du sol.

Deux mondes différents qui semblent cohabiter sur cette colline. Si les pauvres ont été les premiers à payer le prix, les riches ne sont plus à l’abri du danger. La sécurité des bidonvilles et des complexes cinq étoiles est menacée. Un article rédigé par l’écrivain Samir Ragab et publié dans le magazine 24 heures, le vendredi 19 septembre 2008, a mis l’accent sur le danger qu’affrontent les habitants de la région, précisant que les couches défavorisées servent toujours de bouc émissaire. Il a même réclamé le départ de l’entreprise immobilière Emaar. Il a estimé même que les travaux sur ce projet ont secoué le sol dans la région. Cependant, la société Emaar assure que son projet se situe sous la colline Zahraa Al-Moqattam sur les frontières du quartier Madinet Nasr et l’autoroute, c’est-à-dire que le projet est loin de Doweiqa d’environ 3,5 km. D’ailleurs, le choix du site n’a pas été pris au hasard. Il y a des études scientifiques et techniques qui ont étudié avec précision la nature du sol avant d’entamer ce projet. Des études dont les frais se sont élevés à 1 milliard de L.E. et dont l’objectif était de préparer le terrain une année avant d’entamer les travaux de construction. « Ce n’est donc pas logique que l’entreprise qui va monter un projet de 12 milliards de L.E. se lance dans une aventure aussi risquée », explique Sameh, porte-parole de la société.

Et dans cette ambiance où accusations et rumeurs se mêlent, la vérité est difficile à trouver. Seule évidence selon les experts : les éboulements qui ont eu lieu en 1994 et 2008 vont se répéter. Il est donc temps d’agir avant que la colline ne s’effondre totalement et que l’on se réveille un matin devant une autre tragédie.

Dina Darwich

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah -Thérèse Joseph
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.