Al-Ahram Hebdo, Visages | Marianne Khoury
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 29 août au 4 septembre 2007, numéro 677

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Visages

Marianne Khoury, cinéaste et productrice dynamique, prend toujours le contre-pied du conventionnel pour imposer le neuf et le créatif.

Rêve, fantasme et réalisme

Rendre compte de sa vitalité créatrice passe par une plongée dans l’univers artistique où elle a grandi, s’est épanouie, discrète mais curieuse et ambitieuse. Ses souvenirs libres viennent se mêler au récit émouvant des territoires d’enfance, empreint d’une suave nostalgie. « Le relevé du compteur d’électricité de l’actuelle Chambre de l’industrie du cinéma porte encore le nom de mon père, Jean Khoury, propriétaire à l’origine de ces locaux, où il avait établi sa société de production », dit Marianne avec fierté, marquant ainsi son appartenance initiale au monde du cinéma.

Autodidacte, son père autrefois simple employé à la société américaine de cinéma Fox, à Alexandrie, y expérimente les différentes tâches s’y rapportant pour les maîtriser. C’est alors qu’il fonde sa propre société de production et de distribution cinématographiques, dans les années 1950, âge d’or du cinéma égyptien. Il se bat depuis pour placer les films égyptiens au premier rang de la distribution mondiale. Avisé, il fut le premier à profiter des avances sur la distribution pour financer des coproductions avec l’Afrique du Nord. Il s’y rendait muni de tant de projets qu’il se mettait à concrétiser à son retour. Il avait sa propre équipe et ses comédiens illustres, Nadia Loutfi, Sabah, Abdel-Halim Hafez et bien d’autres ténors de l’époque. Il avait aussi le don de gérer l’argent. « Il faut être imaginatif. Il ne s’agit pas de cumuler l’argent pour thésauriser mais pour mieux le gérer, s’occupant autant de qualité que de quantité », disait-il à Marianne.

Douée pour les études, cette dernière fut encouragée dans cette voie par son père qui n’a jamais eu de formation dans sa vie. Cependant, elle se sentait attirée par le milieu du cinéma, ses décors habituels et ses personnages qu’elle fréquentait avec son père. Elle fut consciente imperceptiblement qu’il s’agit là de la voie qu’elle devrait emprunter. C’était l’époque où son oncle maternel, Youssef Chahine, venait de rentrer des Etats-Unis, muni de bagages culturels et d’idées plein la tête. Cet artiste figurant à ses yeux une image d’Epinacle, revêtait beaucoup de valeur. Mais son père essayait de l’en écarter. « Ton oncle a du génie, mais il est fou », lui disait-il. C’était encore trop tôt pour elle de décider qui des deux aurait un ascendant sur son intellect.

Après la nationalisation de la société de son père, elle se trouve contrainte de le rejoindre avec sa famille au Liban, où il fallait tout recommencer à zéro. Toutefois, elle demeure attachée à son pays, l’Egypte, et à l’espoir d’y retourner. A 14 ans, elle finit par rentrer au Caire, accompagnée de sa mère. C’était le moment où Chahine tournait Le Retour du fils prodigue. Marianne se glisse dans le décor du film et donne son uniforme d’écolière à Magda Al-Roumi, qui y jouait le rôle d’une adolescente, et avec qui elle a noué une amitié. Comme Chahine habitait à proximité de son domicile, elle le voyait tous les jours et l’admirait davantage. « C’est un oncle très spécial, il est tendre et attentif. Il fut l’homme idéal avec qui je pouvais échanger les idées et les avis sur divers sujets », avoue Marianne. Chahine l’initie à une approche pluridisciplinaire des cultures : musique, littérature, théâtre et cinéma pour lui permettre un brassage de diverses cultures et favoriser son sens de l’indépendance et de l’innovation. Il lui fournit deux ouvrages à lire : Mort de la famille de David Cooper, et Ni Marx ni Jésus-Christ de Jean-François Ravel. « J’ai trouvé dans le style de Marx et la vie de Jésus de quoi alimenter ma révolte contre toutes les formes d’aliénation et de tutelle », dit-elle. Elle s’intéresse aussi à la lecture de philosophie et de psychologie pour sonder les abîmes, les arcanes et les méandres de l’âme, réhabilitant son droit au respect de sa quête de repères.

Mais son père persévère à la pousser dans la voie des études, convaincu qu’elle doit mieux s’armer pour partir sur de bases solides vers la carrière qu’elle veut se forger et assumer son indépendance. Elle décroche par la suite avec brio son bac et obtient une bourse d’études d’économie politique à l’Université américaine du Caire. A l’issue de ses études, elle entame aussi un magistère en économie du développement à l’Université d’Oxford. Son père la rejoint dès lors à Londres pour la convaincre d’y commencer une carrière internationale, en travaillant dans un organisme de renommée. Mais comment renoncer à son amour pour l’Egypte, lorsqu’elle veut mettre son savoir au service de son développement économique ? « Mon père vieillissait davantage et j’avais un souci pour sa santé », avoue-t-elle. Tout donc la déterminait à rentrer.

En 1981, elle retourne au Caire au moment où Chahine tournait Haddouta masriya (mémoire personnelle). Ce fut une révélation pour elle. « Dans ses œuvres autobiographiques, Chahine fait un tableau caustique de sa jeunesse, de son expérience intime, de ses relations détachées mais en même temps affectives vis-à-vis de ses parents. Ces œuvres constituent une révélation, manifestant les capacités visionnaires de Chahine et son habileté à façonner une véritable mythologie personnelle », explique-t-elle. Par la suite, elle fait escale à la société Misr International des films, fondée conjointement par son père et son oncle, à un rare moment de leur entente. Très vite, elle dispose d’un ordinateur où elle intègre pour la première fois un programme détaillé des éléments de tournage : décors, costumes, salaires, devis, budget, etc. Quelque temps après, elle s’embarque en qualité d’interprète dans la production exécutive du film Galipoli de Mel Gibson, prise en charge par la société. Au bout de quelques jours, elle se voit attribuer le poste d’assistante productrice sur ce projet. Dès lors, elle se pique au jeu, mais obtient en même temps un poste d’analyste de crédit dans une banque avec l’aide de son oncle et son père. Un mariage arrangé se profile pour elle aussi à l’horizon. Mais son couple ajusté à mesure se défait rapidement. Son père décède aussi à la même période. « Après la mort de mon père, tout s’est transformé. Ma vie a changé de train ». Elle se tourne volontiers vers Chahine, qui l’intègre dans son monde d’art et d’intellos de gauche. Le bonheur de Marianne fut alors dans la compréhension de ce destin d’artiste, du renoncement à « un monde sans contours et sans problèmes pour une vie d’effort, de rupture nécessaire avec la famille pour trouver soi-même sa voie ».

Chahine mettait en chantier le tournage d’Adieu Bonaparte, mais peinait à trouver des financements. Il prend le risque de charger Marianne de la production exécutive du projet, c’est alors que le jeune producteur français, Humbert Balsan, s’amène et en assume la coproduction. L’occasion s’offre alors à Marianne de se frotter contre une équipe virtuose de techniciens, comédiens, costumiers, etc. étrangers. Elle sort de cette expérience plus en assurance et Chahine, confiant dans son don de gestion hérité de son père, la charge du montage financier de ses projets suivants : Le Sixième jour, Alexandrie encore et toujours, Le Caire vu par Chahine, et bien d’autres. Il la révèle à elle-même et au cœur de leur expérience partagée, elle sent le désir de vérité indissociable d’un engagement qui va avec le souci de se rendre « utile aux autres ». D’autres moins confirmés dans leurs talents que Chahine.

Désormais, Marianne accompagne les premiers pas d’auteurs débutants. Elle produit Vols d’été, premier long métrage de Yousri Nasrallah, alternant les tâches. Elle le conduit en voiture, tient même le clap lors des répétitions et fait le rapport de laboratoire sur les prises. De même, elle épaule Radwane Al-Kachef dans la percée difficile de ses œuvres, telles que La Sueur des palmiers, rejetées par les professionnels. « Un projet se lance quand j’en ai la musique pour rythmer son action, convaincue de la sa portée. Ça noue mes tripes et exalte ma tête », confesse-t-elle. Créer la tente par ailleurs. Mais elle opte pour le documentaire. « Le documentaire retrace l’itinéraire, le vécu, l’univers tourmenté ou le désir contrarié des gens. Définir ce monde-là, intérieur mais précis, concret pour le partager avec le spectateur, m’intéresse. On est dans le rêve, le fantasme, et le réalisme cru qui permettent de croire qu’on est dans la vie. Y combiner un bout de fiction apporte aussi une forme de doute sur la réalité », souligne-t-elle. Avec une caméra digitale importée du Japon, qui la libère du joug financier, elle tourne Le Temps de Laura, son premier documentaire. Désormais, dans les documentaires qu’elle réalise ou produit, elle préfère des situations matérielles ou affectives dans lesquelles les gens perdent pied, deviennent fragiles puis s’assument. Elle cherche la révélation d’un désordre dans l’ordre fallacieux du monde. Elle décrit un monde qui a intégré la particularité poétique de son regard. Un monde qui est donc déjà tremblant. Créer infuse dans ses propos une sensation de vitalité littéralement transmissible. « Je voudrais commuer les difficultés en productivité. C’est une petite victoire quand même », proclame-t-elle.

Bien qu’elle reconnaisse toute sa dette à Chahine, elle ploie sous le poids de sa prodigieuse intelligence et son caractère possessif. Il lui manquait quelque chose de l’ordre de l’intime, une petite fenêtre pour respirer, une porte pour entrer — ou sortir. Elle trouve dans le mariage avec Nabil et la naissance de ses deux enfants, Youssef et Sarah, une bénédiction inattendue qui l’envahit. C’est à ce moment que son frère Gaby, ingénieur à ses heures, rentre du Golfe pour combler le desserrement de ses rapports avec Chahine. Mais très rapidement, Marianne sent la nostalgie de son travail.

Point d’orgue de sa carrière, elle monte la production d’une série de documentaires « Elles ... pionnières », sur des femmes arabes aux destins exceptionnels, soutenue par le programme Euromed Audiovisuel I et mise en scène par plusieurs cinéastes arabes. Sans conteste, Marianne s’illustre par sa qualité d’exploratrice et d’innovatrice. « Innover, ce n’est pas seulement découvrir, c’est oser. Relever le défi de l’avenir et s’engager. Pour y parvenir, il faut décloisonner le marché. Mobiliser les efforts, mutualiser les moyens et coordonner les acteurs engagés dans un projet », affirme-t-elle. Ainsi, conçoit-elle et exécute-t-elle la première édition du Panorama du film européen au Caire et introduit les œuvres d’auteurs libanais peu connus du public sur le marché, comme Bosta, de Philippe Aractingi, et Caramel, de Nadine Labaki. Elle dynamise aussi les start-up des jeunes cinéastes, leur permettant d’accéder à des ressources et au marché. Avec un mélange d’étrange innocence et de haute exigence, elle accepte, revendique une position tenue, vitalisante au sein de la société Misr International des films. Elle estime que « Les grands sentiments comme les grandes idées viennent du cerveau ». Le sien est particulièrement bien fait, d’une indépendance farouche.

Amina Hassan

 

Retour au sommaire

Jalons

1958 : Naissance au Caire.

1982 : Magistère en économie d’Oxford.

1984 : Gérante et associée de la société Misr International des films.

2002 : Mise en scène de Passionnées de cinéma.

2006 : Présidente du jury du Fipa dans la catégorie musique et spectacles.

2007 : Hommage du Festival du cinéma arabe de Rotterdam.

 

 

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.