Al-Ahram Hebdo, Monde | Musharraf en perte de vitesse
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 29 août au 4 septembre 2007, numéro 677

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde

Pakistan . Le verdict de la Cour suprême autorisant le retour de Nawaz Sharif, l’ex-premier ministre en exil, dans le pays, amenuise de plus en plus les chances du président Musharraf de briguer un nouveau mandat à l’approche des élections.

Musharraf en perte de vitesse

A quelques semaines des présidentielles, tout semble perturber le sommeil du président pakistanais, Pervez Musharraf. Depuis l’assaut contre la Mosquée rouge qui a déchaîné une large vague de violences de par le pays, le général ne sort d’un gouffre que pour tomber dans un précipice sans fond. Alors qu’il compte briguer un nouveau mandat à la tête du pays lors du scrutin prévu entre 15 septembre et le 15 octobre, Musharraf voit les fils de son pouvoir s’effilocher d’un jour à l’autre. Cette semaine, un nouveau coup dur vient diminuer ses chances de décrocher un nouveau mandat, à savoir la décision de la Cour suprême d’autoriser le retour de Nawaz Sharif, l’ex-premier ministre en exil, et l’un des détracteurs les plus farouches du général. Renversé en octobre 1999 lors d’un coup d’Etat par le président Musharraf, puis condamné à prison à vie pour trahison et fraude fiscale, Nawaz Sharif a quitté le pays pour l’Arabie saoudite en 2000, suite à un accord conclu avec le général stipulant une période d’exil de 10 ans. Sharif a toujours démenti cet accord et a introduit il y a quelques semaines une requête devant la Cour suprême pour obtenir son droit à rentrer au pays.

Qualifiant le verdict de la Cour suprême de « victoire pour la démocratie et défaite pour la dictature », Nawaz Sharif a menacé, samedi, le président avant même de regagner le pays : « C’est le début de la fin de Musharraf », a-t-il défié, annonçant qu’il mènerait lui-même son parti aux élections législatives prévues fin 2007, début 2008, et menaçant qu’il a l’intention de se présenter aux présidentielles face à Musharraf. Une fois énoncé, ce verdict a été accueilli par des manifestations de joie, surtout de la part de la Ligue musulmane, le parti de M. Sharif. « Bienvenue ! Bienvenue ! Nawaz Sharif », « Va-t-en Musharraf, va-t-en », « Longue vie à la justice », ont scandé les manifestants dans les rues, tout en sacrifiant des moutons et en distribuant des douceurs devant le bâtiment de la Cour suprême.

Il s’agit de la deuxième décision de la Cour suprême en une semaine, infligeant un sévère revers au président. La semaine dernière, la cour a remis en liberté Mohammad Nour Khan, arrêté en 2004 à Lahore, pour avoir été considéré par le régime Musharraf comme « un personnage-clé dans la préparation de nouveaux attentats d’Al-Qaëda ». Selon les observateurs, ces verdicts sont une tentative de la part du juge Chaudhry, président de la Cour suprême restauré dans ses fonctions le 20 juillet dernier, pour prouver au peuple pakistanais que toutes les accusations lancées jadis par le régime Musharraf sont « injustes, falsifiées et sans fondement ». Un stratagème visant à ternir de plus en plus l’image du président à la veille des élections. « Jamais Musharraf n’était en difficulté comme il l’est ces jours-ci. Toutes les forces semblent s’allier contre lui. Tout ce qu’il fait pour gagner des points à la veille des élections lui rebondit sévèrement au visage. L’assaut qu’il a déchaîné contre la Mosquée rouge n’a fait que déclencher une vague de violences sans précédent dans le pays pour venger les martyrs de la mosquée. Sa tentative de limoger le juge Chaudhry, président de la Cour suprême et l’un de ses détracteurs, a été invalidée par la justice et voilà que ce dernier ne cesse d’énoncer des verdicts qui défient le régime. Même ses relations avec ses alliés, les Américains, passent par une période de tension car ces derniers l’accusent toujours de faiblesse dans sa lutte contre le terrorisme », analyse Mohamad Farahat, expert politique.

Pourtant, l’autorisation à Nawaz Sharif de regagner le pays semble être le coup le plus dur adressé à Musharraf jusqu’à présent. Le général, qui a tout fait pour éviter ce retour susceptible d’amenuiser ses chances de se faire réélire dans les semaines à venir, ne pouvait qu’accepter le verdict : « Nous prouverons au monde que nous respectons la loi et la Constitution et que nous croyons dans la tolérance et l’équité », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

L’alliance Bhutto-Musharraf menacée

Sévère défaite pour le président, le retour de Nawaz Sharif semble être un coup aussi dur pour l’ex-premier ministre, Benazir Bhutto, et pour son alliance — encore en discussion — avec Musharraf. Une alliance susceptible d’élargir la base électorale du président car le Parti du Peuple Pakistanais (PPP) est considéré comme la formation la plus populaire du pays. Déjà, la semaine dernière, Nawaz Sharif a mis en garde Mme Bhutto contre les risques d’une telle alliance : « Musharraf est un homme en train de se noyer, il ne lui reste aucune solution. Je déteste avoir à dire cela, mais pour moi, il est comme un navire qui coule. Quiconque conclura un accord avec Musharraf ne fera que nuire à sa propre crédibilité », a-t-il mis en garde.

Furieuse par les tergiversations du président, Mme Bhutto a averti, cette semaine, qu’elle donnerait jusqu’à fin août au chef de l’Etat pour qu’il se décide. « J’ai indiqué au président que mon parti est très en colère parce que les élections sont en vue et que, d’ici la fin du mois, nous devons savoir où nous allons. Ou nous avons un plan de partage du pouvoir ou nous n’avons pas », a menacé l’ex-premier ministre qui a dirigé le pays deux fois (1988-1990 et 1993-1996).

En effet, Mme Bhutto et M. Musharraf se sont rencontrés secrètement le 27 juillet dernier à Abou-Dhabi, mais leurs négociations, qui visaient à discuter des procédures selon lesquelles Musharraf reste président et Bhutto premier ministre, n’ont pas abouti car Mme Bhutto tient à ce que le général abandonne le commandement de l’armée s’il veut rester président. Bien plus, elle lui a demandé d’amender la Constitution qui interdit à la même personne d’être premier ministre deux fois. Des revendications difficiles à accepter par le président. « La question est de savoir si Benazir a toujours envie de sauter dans le bateau de Musharraf qui prend de plus en plus l’eau », se demande Rasul Bakhsh Rais, professeur de sciences politiques.

A l’heure actuelle, un seul scénario pourrait rendre le retour de M. Sharif sans graves séquelles pour Musharraf, à savoir le risque que l’ex-premier ministre soit arrêté et jugé à son retour au pays. « Bien entendu ; il peut rentrer au Pakistan, mais dès qu’il atterrira, la loi reprendra ses droits », a affirmé l’avocat général. Déjà, un tribunal pakistanais a reporté, dimanche dernier, une audience consacrée aux poursuites pour corruption engagées contre Nawaz Sharif, jugeant sa présence nécessaire. « Même s’ils l’emprisonnent, la justice le libérera normalement sous caution et cela renforcera son image et sa popularité. La justice a prouvé maintenant qu’elle est juste et indépendante », a estimé Siddiqul Farouk, porte-parole de la Ligue musulmane, parti de Nawaz Sharif.

Maha Al-Cherbini

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.