Al-Ahram Hebdo, Egypte | La liberté d’expression en question
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 15 au 21 août 2007, numéro 675

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Egypte

Justice. Les milieux littéraires se mobilisent pour soutenir le poète Ahmed Abdel-Moeti Hégazi, condamné dans une affaire de diffamation.

La liberté d’expression en question

Une première ! Les meubles du poète et écrivain Ahmed Abdel-Moeti Hégazi ont été placés sous séquestre à l’issue d’un verdict définitif de la Cour d’appel du Caire. Accusé de diffamation contre le penseur islamique cheikh Youssef Al-Badri, Hégazi devait verser 20 000 L.E. de dommages et intérêts, une somme qu’il refuse de payer. Selon les attendus du verdict, l’écrivain a « franchi les limites de la liberté d’expression ».

Le procès remonte à 2003 quand, dans une série d’articles sur les groupuscules islamistes, Hégazi les a rapprochés au parti israélien Shass sur le plan idéologique. C’est dans ce contexte que le nom de cheikh Al-Badri a été mentionné.

Al-Badri s’était rendu célèbre par les nombreuses affaires juridiques impliquant des intellectuels dans les années 1990 et dont il était l’initiateur. Son nom est surtout lié aux affaires de la « Hisba », une notion de la charia exigeant la séparation des deux époux dans le cas d’apostasie de l’un d’eux.

Pour sa part, Hégazi refuse de payer l’amende, ne se reconnaissant pas coupable. Le tribunal a donc décidé, le 8 août, de mettre sous séquestre les meubles de sa maison. « Je refuse absolument d’utiliser cette crise pour ramasser de l’argent. J’apprécie les propositions des amis, mais je préfère vendre les meubles, bien qu’ils appartiennent à ma femme », a déclaré Hégazi, qui déplore « les embûches plantées sur le chemin de la liberté ».

L’affaire a été l’occasion d’une manifestation de solidarité avec l’écrivain Hégazi, non seulement de la part de ses proches et amis, mais également de la part de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme. L’Union des écrivains a notamment publié un communiqué exprimant « un vif souci pour la liberté d’expression » et appelant à favoriser le débat sur le recours à la justice. Le communiqué présente aussi une analyse des vieux éditoriaux de Hégazi. L’Union pense que l’éditorial de Hégazi s’est contenté d’exprimer l’opinion de l’écrivain. De même, elle a demandé à favoriser le dialogue au lieu d’aller devant les tribunaux.

Le Syndicat des journalistes a, pour sa part, annoncé, par la voix de son secrétaire général, Yéhia Qallache, une concertation avec la défense de Hégazi dans « la recherche d’une issue juridique ».

« La question n’a rien à voir avec la liberté d’expression, il s’agit de propos clairement diffamatoires », se défend un porte-parole de cheikh Al-Badri. « Comment peut-on comparer quelqu’un aux extrémistes du parti Shass qui incendient les kiosques et les stations d’autobus », s’indigne-t-il. Les intellectuels, de leur côté, regrettent que les limites soient aussi floues entre la liberté d’expression et la diffamation.

« Là où la démocratie est absente, le débat meurt, ainsi toute personne qui exprime un avis contraire peut être prise pour un diffamateur », affirme le poète Gamal Bekhit. « La ligne séparant la diffamation de la liberté de pensée se définit en fonction de l’atmosphère politique et intellectuelle », acquiesce Salah Issa, rédacteur en chef du mensuel Al-Qahira. Issa accuse cheikh Al-Badri d’être un « professionnel du procès », rappelant qu’il a naguère poursuivi en justice les professeurs Nasr Hamed Abou-Zeid et Soad Saleh, ainsi que le cinéaste Youssef Chahine.

Ola Hamdi

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.