Al-Ahram Hebdo, Monde | Benazir Bhutto revient sur scène
  Président Morsi Attalla
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 1er au 7 août 2007, numéro 673

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde

Pakistan. Mal en point en raison du bras de fer avec les islamistes, le président Musharraf se tourne vers les dirigeants de l’opposition pour sortir d’une situation extrêmement embarrassante.

Benazir Bhutto revient sur scène

Rien ne va plus au Pakistan depuis la crise de la Mosquée rouge, début juillet. Cet événement est, semble-t-il, l’élément qui a mis à nu une crise sous-jacente opposant le président Pervez Musharraf et les islamistes depuis plusieurs années. Se sentant isolé, vivement condamné dans son propre pays et jugeant ses relations avec ses alliés américains perturbées suite aux menaces d’intervention américaine dans le pays pour neutraliser les islamistes, le président Musharraf ne sait plus où donner de la tête. Raison pour laquelle la recherche de soutien est devenue indispensable. Samedi, le président pakistanais a rencontré le roi Abdallah d’Arabie saoudite à l’occasion d’une brève tournée dans la région du Golfe. Les deux hommes se sont retrouvés à Djeddah au bord de la mer Rouge et se sont entretenus « de thèmes liés à l’islam et à la politique internationale ainsi que de la coopération entre les deux Etats ». L’Arabie saoudite était la seconde étape d’une visite dans la région du Golfe que M. Musharraf a entamée vendredi aux Emirats arabes unis.

Outre le soutien des pays du Golfe, Musharraf s’est surtout tourné vers l’opposition. Après avoir longtemps refusé tout dialogue avec eux, le président pakistanais a affiché une certaine tolérance à l’égard des leaders de l’opposition évincés du pays, tels les deux anciens premiers ministres, Nawaz Sharif et Benazir Bhutto. Pervez Musharraf et cette dernière ont en effet entamé des négociations sur un partage du pouvoir, mais butent notamment sur l’éventuel abandon par le premier de sa casquette de chef des armées.

« La tournée de Musharraf dans le Golfe n’était qu’un camouflage pour cacher son véritable objectif : sa rencontre avec Benazir Bhutto. Il est impossible de reconnaître qu’un président se déplace de son pays pour aller rencontrer une dirigeante de l’opposition en exil et demander son soutien. Cela aurait été très humiliant pour lui. Mais en même temps, Musharraf a infiniment besoin de son aide devant un Parlement à majorité islamiste qui ne va pas lui permettre de briguer un nouveau mandat lors des prochaines présidentielles. Musharraf s’est trouvé contraint à marchander avec ses anciens ennemis », explique Mohamad Fayez Farahat, expert politique.

En effet, M. Musharraf, au pouvoir depuis 1999 à l’issue d’un coup d’Etat sans effusion de sang, et Mme Bhutto, qui fut à deux reprises premier ministre (1988-1990 et 1993-1996), se sont rencontrés vendredi à Abou-Dhabi, a assuré lundi le ministre des Affaires parlementaires, Sher Afgan Niazi. Mais ils n’ont pas abouti à un accord pour l’heure, a-t-il ajouté. Selon les médias pakistanais, M. Musharraf et Mme Bhutto ont discuté des conditions d’un éventuel partage du pouvoir, à l’approche des élections présidentielle et législatives, par le biais d’amendements constitutionnels qui permettraient au premier de briguer un nouveau mandat et à la seconde de pouvoir devenir une troisième fois chef du gouvernement. La Constitution impose à M. Musharraf de renoncer à être chef des armées avant la fin de l’année, et prévoit que nul ne peut être premier ministre plus de deux fois. Des revendications extrêmement difficiles pour un président qui considère l’armée comme l’unique garant de sa gouvernance. D’autant plus que M. Musharraf a manifesté à plusieurs reprises son intention de se faire réélire par l’actuel Parlement, dont la composition lui est favorable, avant les élections législatives prévues pour la fin de l’année ou début 2008. Pour ensuite pouvoir librement, accuse l’opposition, amender la Constitution pour garder la tête de l’armée. Pour Mme Bhutto, outre un amendement lui permettant de diriger une troisième fois le gouvernement, un éventuel accord devrait prévoir un abandon des procédures judiciaires pour corruption, qui l’ont contrainte à s’exiler en Grande-Bretagne depuis 1998. Mais elle a averti, dimanche, qu’elle n’accepterait aucun accord si M. Musharraf ne renonçait pas à diriger l’armée.

Le lendemain de sa rencontre avec le président, Benazir Bhutto a mis en garde contre le danger d’une révolution islamique dans son pays qui pourrait naître dans les écoles coraniques. Mettant en garde contre les tentatives de former un système ou une armée parallèle, Mme Bhutto a affirmé que, si elle était au pouvoir, elle « nettoierait tout quartier général militaire qui, sous le couvert d’une madrassa, stockerait des armes et formerait au combat ». Mme Bhutto a indiqué, par ailleurs, qu’elle prévoit de rentrer dans son pays entre septembre et décembre de cette année. « Je rentrerai, quels que soient les résultats de mes pourparlers avec le président pakistanais Pervez Musharraf », a-t-elle précisé. Mais, un retour de Mme Bhutto ne signifie pas que l’affaire a été déjà conclue entre les deux leaders car plusieurs pommes de discorde font toujours achopper leur entente.

Nouveau défi

Reste à savoir si la position délicate dans laquelle se trouve M. Musharraf le poussera à faire des concessions. En effet, la crise de la Mosquée rouge et le bras de fer avec les islamistes sont loin d’être finis. Cette semaine, le régime s’est trouvé à nouveau face aux militants islamistes qui ont occupé la Mosquée rouge d’Islamabad. Celle-ci venait de rouvrir deux semaines après l’assaut sanglant de l’armée pakistanaise contre des fondamentalistes armés qui s’y étaient retranchés. Un nouveau défi prouvant que les islamistes ont la peau dure, malgré les efforts inlassables du président visant à les anéantir. Relevant de plus en plus le défi, ces fidèles ont commencé à repeindre en rouge les murs de cette mosquée, que les autorités avaient repeinte couleur pêche, alors que des manifestants ont scandé des slogans hostiles au président : « Musharraf est un chien », « Mort au gouvernement Musharraf ». « C’est une situation malheureuse », a estimé le porte-parole du ministère de l’Intérieur, le général Javed Cheema. « Nous avons travaillé nuit et jour pour remettre en état cette mosquée pour que les gens puissent venir prier, mais quelques-uns en profitent pour essayer de fomenter des troubles », a-t-il regretté.

Outre la réoccupation de la mosquée, les islamistes ont multiplié toujours leurs attentats, enlisant de plus en plus le pays dans le gouffre de la violence. Analysant les motifs de la persistance des groupes islamistes à défier le régime, Mohamad Fayez Farahat, expert politique, explique : « C’est la nature des organisations fondamentalistes : le défi et la persévérance les ont toujours caractérisées. Les islamistes sont prêts à tout sacrifier, à mourir même pour atteindre leurs objectifs. Chez eux, être un martyr est le dessein le plus noble auquel on puisse aspirer. Aussi, il est impossible de neutraliser les militants islamistes avec des opérations du genre de celle de la Mosquée rouge. Leur neutralisation exige beaucoup de temps, beaucoup d’effort ». Elle doit surtout commencer par le volet politique.

Maha Al-Cherbini

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.