Al-Ahram Hebdo, Monde Arabe | Nouvelles turbulences politiques
  Président Salah Al-Ghamry
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 Semaine du 7 au 13 mars 2007, numéro 652

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Société

  Arts

  Idées

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Monde Arabe

Koweït . Le gouvernement a dû démissionner à la veille d’un vote de défiance au Parlement. Les députés de l’opposition appellent à un gouvernement fort et réformateur.

Nouvelles turbulences politiques

Le gouvernement koweïtien, formé il y a près de huit mois, a démissionné dimanche dernier pour éviter un vote de défiance au Parlement contre le ministre de la Santé. « Tous les membres du gouvernement ont présenté leur démission au premier ministre, le cheikh Mohamad Nasser Al-Ahmad Al-Sabah », a déclaré le vice-premier ministre sortant, Ismaïl Al-Chatti, à la Télévision d’Etat. « L’émir, cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Sabah, a accepté la démission du gouvernement et chargé le premier ministre (...) de former le nouveau cabinet », a annoncé, de son côté, aux journalistes le président du Parlement, Jassem Al-Khorafi. La démission est intervenue après l’échec du gouvernement à s’assurer les voix nécessaires pour éviter le vote de défiance à l’encontre du ministre de la Santé, cheikh Ahmad Abdallah Al-Sabah, prévu initialement lundi.

Le 19 janvier, dix députés avaient déposé une motion de défiance contre cheikh Ahmad, membre de la famille royale. Le 17 janvier, il avait été interrogé au Parlement sur la dégradation du système des soins dans l’émirat et de possibles irrégularités. Certains députés rendent le ministre responsable de « graves erreurs médicales ayant conduit à la mort de patients » et soutiennent qu’il est responsable d’irrégularités financières et administratives. Cheikh Ahmad a été nommé ministre de la Santé il y a moins de deux ans. Son prédécesseur, Mohamad Al-Jarallah, avait démissionné au terme d’une audition au Parlement.

Des députés de l’opposition ont salué la démission du cabinet et appelé à un nouveau gouvernement fort et réformateur qui placera la lutte anti-corruption en tête de ses priorités. « C’est une bonne occasion pour un nouveau gouvernement fort qui adhérera aux attentes du peuple koweïtien », a déclaré Ahmad Al-Shuhomi, l’un des députés ayant interrogé le cheikh Ahmad le mois dernier. « Nous espérons que le premier ministre nommera des personnalités politiques influentes dans le nouveau gouvernement », a-t-il ajouté.

Adnane Abdel-Samad, un autre député, a estimé que le nouveau cabinet devrait se débarrasser des ministres tumultueux. « Nous voulons le départ des ministres responsables de crises (...). Nous voulons que le futur gouvernement soit réformateur et mette la lutte contre la corruption en tête de ses priorités », a-t-il dit. Le député islamiste Ahmad Baqer a plaidé pour un gouvernement réformateur capable de coopérer avec le Parlement. Quant au député Walid Al-Tabtabaï, il voit que la démission de tout le cabinet est exagérée, il aurait seulement fallu que le ministre en question démissionne.

Depuis le début de la vie parlementaire au Koweït en 1962, aucun ministre n’a été démis de ses fonctions à la suite d’un vote de défiance. Plusieurs ministres ont cependant été contraints de démissionner pour éviter des votes de défiance. En décembre, le ministre de l’Information, Mohamad Al-Sanoussi, a démissionné à la suite d’une demande d’audition déposée à son encontre par un député islamiste. L’actuel cabinet a été formé le 10 juillet dernier après les législatives de juin, remportées par l’opposition et marquées par la participation des femmes, pour la première fois dans cet émirat pétrolier. L’opposition, une alliance d’islamistes, de nationalistes et de libéraux, qui soutient que la corruption est largement répandue dans les ministères et les institutions gouvernementales, menace souvent d’interroger des ministres.

Rania Adel

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistant technique: Karim Farouk
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.