Al-Ahram Hebdo, Environnement |
  Président Salah Al-Ghamry
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 

 Semaine du 9 au 15 août 2006, numéro 622

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Kiosque

  Société

  Arts

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Loisirs

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Environnement

En bref

Catastrophe écologique

La Méditerranée est menacée par la plus grande catastrophe écologique de son histoire, a assuré un ministre libanais, à la suite du déversement dans la mer de près de 15 000 tonnes de mazout d’un réservoir bombardé au Liban il y a deux semaines par l’armée israélienne. « Près de 15 000 tonnes de fioul se sont déversées dans la mer et c’est incontestablement la plus grande catastrophe écologique qu’a connue la Méditerranée », a assuré Yacoub Sarraf. Selon lui, entre 8 000 et 10 000 tonnes se sont déposées sur les côtes libanaises, alors que 5 000 autres se sont répandues en mer. Et il faudra des mois et des dizaines de millions de dollars pour nettoyer la côte, après le retour au calme. La marée noire touche aujourd’hui le tiers de la côte libanaise, soit 70 sur 220 km, et les plages et les rochers sont maculés de mazout. Le port historique et touristique au nord de Beyrouth est pris dans une gangue noire et gluante, qui a tué poissons et crustacés. Le nettoyage des côtes libanaises — qui ne peut commencer qu’après l’arrêt des bombardements — devrait coûter entre 45 et 50 millions de dollars et pourrait être terminé d’ici l’été prochain.

Réchauffement climatique

Face à un réchauffement climatique qui se confirme, les scientifiques tendent à travers des travaux de modélisation, de mieux comprendre les mécanismes de ce phénomène mais déplorent une faiblesse de leurs moyens de calcul. Le climat de la planète se réchauffe à cause de l’effet de serre provoqué par les activités humaines, « c’est une certitude », a souligné Jean Jouzel, directeur de l’Institut Pierre. Les scientifiques ont ainsi mis au point plusieurs scénarios concernant l’évolution du climat pour préparer le prochain rapport du GIEC (Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat) attendu en janvier 2007. Le scénario le plus pessimiste prévoit un réchauffement planétaire moyen de 4 degrés en 2100. « L’augmentation irréversible des émissions du CO2 est la première cause du réchauffement climatique », a souligné Philippe Ciaus, du Laboratoire de sciences du climat. Ce phénomène peut accélérer le cycle du carbone : « plus il y a de sécheresse, plus l’effet de serre est important ». Ainsi, la canicule de 2003 en Europe a altéré la végétation et « quelque 500 tonnes de CO2 ont ainsi été perdues », a-t-il indiqué. Et « même si on arrivait à stabiliser les émissions du CO2, les températures continueraient d’augmenter en raison de la concentration de gaz carbonique », a-t-il ajouté.

OGM

Quelque 200 militants de la confédération paysanne, emmenés par José Bové, ont détruit dimanche un champ de maïs commercial OGM sur la commune de Saint-Hilaire en France. « Il s’agit de la première action sur du maïs OGM commercial », avait expliqué José Bové, l’un des membres du Collectif des faucheurs volontaires avant le départ du convoi du parking d’un supermarché de l’agglomération toulousaine vers l’exploitation agricole de Saint-Hilaire, située à une trentaine de km. au sud de Toulouse. Selon des militants participant à cette opération, le champ visé est cultivé de maïs OGM destiné à la commercialisation à l’étranger.

Retour au sommaire

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistants techniques: Karim Farouk - Dalia Gabr
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.