Al-Ahram Hebdo, Sports | A l’épreuve des flots
  Président Salah Al-Ghamry
 
Rédacteur en chef Mohamed Salmawy
Nos Archives

 

 Semaine du 16 au 22 août 2006, numéro 623

 

Contactez-nous Version imprimable

  Une

  Evénement

  Enquête

  Dossier

  Nulle part ailleurs

  Invité

  Egypte

  Economie

  Monde Arabe

  Afrique

  Monde

  Opinion

  Kiosque

  Société

  Arts

  Idées

  Livres

  Littérature

  Visages

  Environnement

  Voyages

  Sports

  Loisirs

  Vie mondaine

  Echangez, écrivez



  AGENDA


Publicité
Abonnement
 
Sports

Aviron . L’Egypte disputera du 20 au 27 août les Championnatsdu monde à Eton (Grande-Bretagne). L’organisation des effectifs devrait permettre de tirer le meilleurde la nouvelle génération.

A l’épreuve des flots

Les Championnats du monde d’aviron 2006, qui auront lieu du 20 au 27 août à Eton (Grande-Bretagne), enregistrent un record en nombre de participants. Pour la première fois dans l’histoire de la discipline, 64 pays seront présents aux Mondiaux. Le nombre d’athlètes s’élève à 1 000 rameurs, soit une augmentation de 28 % par rapport à l’année dernière. Les 64 nations présentes s’affronteront sur près de 400 embarcations, réparties en 27 catégories de bateaux (dont 4 épreuves adaptées pour les rameurs handicapés). Le vainqueur de la Coupe du monde 2006, l’Allemagne, sera représenté par une délégation composée de 80 athlètes, tout comme les Etats-Unis et le pays organisateur, la Grande-Bretagne, une des grandes nations de la discipline.

Parmi cette foule, l’Egypte enverra une délégation composée de 5 embarcations : 4 de couple (poids léger), 4 sans barreur, 4 de couple et 2 de couple (poids léger), chez les hommes et 2 de couple côté dames.

Cette année, le cadre technique de la sélection nationale s’est concentré sur les bateaux possédant une réelle chance de se qualifier pour les Jeux Olympiques (JO) de Pékin 2008. « Depuis quelques années, nous avons donné une grande importance au 8 barré. Mais cette saison, j’ai effectué un changement dans les effectifs des différentes embarcations afin de nous concentrer sur les bateaux susceptibles de se qualifier pour les JO 2008 », déclare Mohamad Taha, directeur technique de la sélection nationale. Ainsi, malgré les résultats prometteurs du 8 barré, Mohamad Taha a divisé cette catégorie en un 4 sans barreur et un 4 de couple tout en intégrant des jeunes rameurs. Il en a fait de même avec le 2 de couple (poids léger) qui avait pourtant réalisé la meilleure performance égyptienne en 2005 en remportant la médaille d’argent lors de la Coupe du monde d’Angleterre.

Taha a mis en place un nouveau bateau, le 4 de couple (poids léger), avec les deux rameurs du 2 de couple (poids léger) et deux autres jeunes rameurs. Une décision courageuse, qui a finalement prouvé son efficacité puisque la nouvelle embarcation a réussi à remporter une médaille d’or au Tournoi international d’Italie et une médaille de bronze à la 2e étape de la Coupe du monde qui a eu lieu le 15 juin dernier à Poznan (Pologne).

« J’ai aboli le 2 de couple (poids léger) car cette catégorie n’est pas inscrite aux Jeux olympiques et ces rameurs sont parmi les meilleurs athlètes égyptiens. C’est pourquoi j’ai construit avec eux le 4 de couple (poids léger) », souligne Mohamad Taha. Ainsi le cadre technique de la sélection nationale compte beaucoup sur cette embarcation pour les JO de Pékin 2008. Quant au 4 de couple, Ali Ibrahim rejoindra son effectif pour le renforcer avec sa grande expérience.

Mais pour ces Championnats du monde, la mission de ce bateau semble un peu difficile. Cette semaine, Amin Ramadan, un des rameurs, a dû renoncer au stage de préparation et aux Mondiaux pour des raisons personnelles. Obligé d’intégrer un nouvel élément dans l’effectif du bateau, Mohamad Taha a donc sélectionné Islam Mohamad en lieu et place d’Amin Ramadan. « On espérait que ce bateau remporterait une médaille mais après ce changement au sein de l’équipe, cet objectif sera de plus en plus difficile à atteindre. Cependant, ils pourront certainement se qualifier pour la finale », confie le directeur technique.

Si les rameurs égyptiens ont commencé leur stage de préparation en début d’année, les choses sérieuses n’ont débuté qu’en mai dernier avec le Tournoi international d’Italie. Puis, ils ont disputé la 2e étape de la Coupe du monde, le 15 juin à Poznan (Pologne) et la 3e étape, le 7 juillet à Lucerne (Suisse). Mais depuis la Coupe du monde, l’équipe égyptienne n’a effectué qu’un seul stage de préparation, en Pologne. Or « La préparation n’est pas suffisante, surtout avec le jeune âge de mes rameurs. Il faut qu’ils s’habituent aux courses internationales en multipliant les compétitions à l’étranger, dans des eaux totalement différentes de celles du Nil », conclut Mohamad Taha.

Doaa Badr

Retour au sommaire
 

3 QUESTIONS À

Hossam Ramadan, rameur du 4 de couple et médaillé de bronze à la Coupe du monde de Poznan (Pologne).

Al-Ahram Hebdo : Quels sont vos objectifs pour les Championnats du monde ?

Hossam Ramadan : Mon objectif principal est de remporter une médaille aux Mondiaux d’Eton (Grande-Bretagne). J’ai pleinement conscience de la difficulté de cette mission et de la nature de la compétition aux Championnats du monde, totalement différente des autres étapes de la Coupe du monde. A Eton, nous entrons en compétition avec les meilleurs rameurs du monde qui n’ont aucune intention de rater l’occasion de remporter des médailles mondiales. S’ajoute à cela le problème qu’affronte l’effectif de mon bateau. J’ai commencé à ramer sur ce bateau, le 4 de couple, il y a 4 mois seulement et l’effectif était composé de moi-même, Abdel-Razeq Abou-Heif, Ahmad Saïd, Amin Ramadan. Ce dernier s’est retiré de l’équipe et Islam Mohamad l’a remplacé, juste cette semaine. Donc, il y a longtemps que nous n’avons pas ramé ensemble. En revanche, les autres rameurs internationaux l’ont fait pendant plus de 4 ans.

— Pensez-vous que votre préparation soit suffisante ?

— Nous avons commencé la préparation dès le début de l’année. En mai dernier, nous avons disputé la première compétition de l’année, le Tournoi international d’Italie, puis les 2e et 3e étapes de la Coupe du monde. Nous avons un bon programme de préparation et un excellent cadre technique qui applique de bons styles de jeu. Le problème est que l’entraînement en Egypte n’est pas suffisant. Nous nous entraînons uniquement sur le Nil où le courant est très rapide. En outre, nous devons arrêter plusieurs fois l’entraînement à cause des vagues ou des barques. A cause du manque de parcours international en Egypte, nous envisageons des problèmes lors de la course, nous perdons des secondes précieuses car nous ne sommes pas habitués à ramer sur un parcours international. S’ajoute à cela que nous ne nous entraînons pas sur un bateau officiel car il n’existe pas en Egypte de bateaux de poids léger.

— En 2005, vous avez réalisé de bonnes performances en 2 de couple, pourquoi avez-vous changé ce bateau cette saison ?

— Le 2 de couple n’est pas un bateau olympique, donc le directeur technique de l’équipe a préféré que je rame en 4 de couple (poids léger) afin de me qualifier pour les Jeux Olympiques (JO) de Pékin. Mon premier rêve est de remporter une médaille olympique.

 




Equipe du journal électronique:
Equipe éditoriale: Névine Kamel- Howaïda Salah - Chourouq Chimy
Assistants techniques: Karim Farouk - Dalia Gabr
Webmaster: Samah Ziad

Droits de reproduction et de diffusion réservés. © AL-AHRAM Hebdo
Usage strictement personnel.
L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la Licence

de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.