Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

Echangez, écrivez

Nous attendons vos réflexions et vos avis sur [email protected]
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Idées
Portrait
Littérature
Arts
Société
Sport
Environnement
Patrimoine
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine

Femmes . L’image et les droits de la femme en Egypte sont toujours un sujet de débats parmi nos chers lecteurs. Ci-dessous, un point de vue d’une de nos lectrices.

A propos de « Nous imposer en tant que femmes »

Je viens de lire l’article publié dans Al-Ahram Hebdo, numéro 590, par Mme Myriam Pézenas, intitulé « Nous imposer en tant que femmes ».

Mais, je ne suis pas totalement d’accord avec elle et j’aimerais bien discuter civilement les points suivants.

Tout d’abord, je vous invite à faire un petit rappel au statut de la femme arabe avant le XXIe siècle. On remarquera que, maintenant, la loi égyptienne donne aux femmes l’avantage du kholea. En Arabie saoudite, on discute le droit des femmes à la conduite. Dans beaucoup d’entreprises arabes, c’est la femme qui occupe de grands postes. Et récemment, on vient de recevoir une femme ministre « voilée », Mme Aïcha Abdel-Hadi. Tout cela révèle que la femme orientale n’est pas seulement respectée des gouvernements et autorités arabes, mais aussi du peuple oriental. Un peuple qui considérait autrefois l’homme ou le « Si Sayed » comme étant le roi-soleil de la femme est maintenant conscient du rôle et des droits de la femme dans la société.

Ensuite, « les filles occidentalisées » dont notre lectrice parle sont là. On les voit chaque jour dans la faculté, les clubs, les cinémas, partout. Elles marchent, avec leurs blouses et pantalons serrés, dans les rues, ne donnant aucune importance aux habitudes et mœurs égyptiennes. Et comme il y a des « filles occidentalisées », il y a aussi des « garçons occidentalisés », qui sûrement continueront leurs vies avec ces filles. Alors, il n’y aura aucun problème.

De ce point, je veux tourner les spots sur quelque chose de très important. Comment voit-on la liberté et l’égalité ? Et quels sont les images mentales ou les contenus sémantiques de chacun de ces deux mots ?

Il me semble que pour Mme Myriam, une partie de la liberté de la femme, c’est de la voir vêtue de minijupes ou de robes, ventre et épaules nus. A mon avis, le fait de se baigner dans une piscine à Maadi ou être sur une plage privée de Marina n’est qu’un grand respect à la femme. Un respect des droits et des besoins de la femme orientale, que pour moi, comme pour beaucoup de filles, c’est l’apogée d’une liberté et d’une égalité dont l’Egypte et les pays arabes ont tant rêvé.

Et c’est pour cela que le « retour en arrière » ne se trouve pas maintenant dans nos esprits quand on parle des statuts d’hommes et des femmes en Egypte.

D’autre part, en demandant : « Qui sortira gagnant, Les hommes ? Ou plutôt les islamistes qui font tant de tort à l’islam, à la tolérance ? », j’ai deux points à discuter.

Premièrement, concernant les hommes. A mon avis, avec nos longues jupes et nos blouses sans décolletés, nous pourrons mieux protéger nos hommes. Et ainsi protéger nos familles de la destruction.

Deuxièmement concernant la vision de l’islam. Cette religion a tant respecté le corps de la femme. Elle le considère comme quelque chose de très personnel et de très précieux. Ainsi, elle oblige à le cacher des regards étrangers. Et c’est pour cela que l’islam est beau, puisqu’il protège ces êtres humains.

En plus, « l’ouverture de la femme » dont l’islam parle n’est qu’une ouverture intellectuelle et mentale, puisqu’il a tant encouragé la femme à l’éducation.

Vous savez, moi aussi j’ai des photos de ma grand-mère et même de ma mère en maillot sur la plage, mais je préfère les miennes en maillot de bain « chareï » (légal) que moi et mes amies appelons « maillot 29 pièces ». Vraiment, on se sent beaucoup plus belles et beaucoup plus respectables.

Fayrouz Kaddal, Alexandrie.



Geishas chinoises

Avec Mémoires d’une geisha (Mémoires of a Geisha), Hollywood montre encore une fois son peu de considération pour les autres cultures. Quelle idée de confier les principaux rôles féminins à des actrices de nationalité ou d’origine chinoise alors que l’action se situe au Japon. C’est dire que pour Hollywood tous les Asiatiques se ressemblent, ce qui est une aberration. Un peu comme quand il faisait jouer dans ses westerns des Indiens par des Blancs. Mais on sait les motivations premières des Steven Spielberg et Cie : les actrices chinoises sont reconnues internationalement, alors que les actrices japonaises ... Et comme, parie-t-on, les Occidentaux n’y verront que du feu … Le film a été accueilli froidement au Japon. Rien de plus compréhensible. Ceux qui veulent malgré tout se farcir ce plat « Cendrillon » « holliental » doivent cependant éviter la version originale, où on voit jouer en anglais des rôles de Japonais par des acteurs dont la langue maternelle n’est pas souvent l’anglais. Incongruité langagière que gomme heureusement le doublage en français.
Sylvio Le Blanc, Montréal (Québec).



Alerte au secteur touristique

Le ministère du Tourisme entame sans cesse des campagnes de promotion très actives à l’étranger, dans le but d’augmenter les recettes.

Des idées nouvelles sont suggérées par le ministère du Tourisme, dont par exemple le développement du « tourisme de résidence », c’est-à-dire donner le droit aux étrangers d’acheter des appartements en Egypte pour les encourager à venir en toutes saisons.

De prime abord, l’idée paraît intéressante, mais elle soulève certaines interrogations : le marché sera-t-il ouvert à tous les touristes non Egyptiens ? A qui profitera cette initiative ? A moins qu’elle ne concerne nos frères arabes. A mon humble avis, ce seront les juifs de la Diaspora, qui se présenteront avec des passeports américains, anglais, français, ou autres, et on ne pourra pas leur refuser de profiter de cette loi bien claire.

Cela pourrait entraîner des problèmes, des procès, peut-être même des recours au Tribunal international.

A la longue, je dirais même (ceci est mon avis) que notre situation s’approchera de celle des Palestiniens qui ont vendu leurs terrains et maisons aux Israéliens et se sont trouvés à la porte. Mais cette fois-ci, ils n’entreront pas par les armes, mais sur invitation du ministère du Tourisme, avec des souhaits de bienvenue.

Il est temps de tirer la sonnette d’alarme, à moins que cette nouvelle « loi » ne contienne certaines restrictions.

D’autre part, ces nouveaux propriétaires feront la concurrence aux hôtels, car rien ne les empêchera de sous-louer.

J’espère me tromper dans mes idées.

Kemal Ozmen, Alexandrie.



Où va-t-on ?

Je vous félicite pour l’article de M. Salmawy datant du lundi 2 janvier sur la culture et les barrières qui envisageaient notre société égyptienne. Je suis l’une parmi des millions d’Egyptiens qui ont immigré en Europe à la recherche de la liberté. J’ai l’habitude de visiter Le Caire chaque année, mais lors de ma dernière visite, j’ai trouvé une tendance choquante au Caire. L’Egypte a perdu sa beauté à cause de l’absence de la discipline. Non seulement dans les rues, mais aussi dans les bâtiments et les immeubles qui sont devenus des salles d’expositions pour les publicités. L’état du Caire cette fois pour moi était vraiment catastrophique. Le courant religieux qui s’impose sur le plan politique. Vers où amenez-vous l’Egypte ? Et la question qui s’impose : Pourquoi ce courant religieux et ce fanatisme aveugle qui n’existaient pas depuis des années au Caire ? Et où est la liberté de l’expression et même la liberté de l’ère humaine ?
Catherine Youssef, France.



Sens du mot martyr

On ne peut pas définir

le sens du mot martyr

Le martyr est un monde de secrets

et c’est difficile de le comprendre

Il ne fait que donner

et ne pense jamais à prendre

Il est le symbole du sacrifice

avec son épée pointue

Il combat toutes sortes de vices

et défend toujours la vertu

On ne peut pas définir

le sens du mot martyr

Il ne connaît pas l’égoïsme

Il est l’exemple de la générosité

Il a infiniment du charisme

et il possède l’honnêteté

Il répond à l’appel à la prière

Aux ordres d’Allah le très haut

Il participe à toutes guerres

qui menacent d’éteindre son flambeau

On ne peut pas définir

Le sens du mot martyr

Il suit le chemin de son prophète

Mohamed que la paix soit sur lui

afin de protéger son mérite

et faire renaître celui de son pays

Il offre sa vie

Pour protéger sa religion

Il la pésente comme un prix

Pour exterminer tous les mécréants

On ne peut pas définir

le sens du mot martyr

Les explosions de Charm

sont un signe du terrorisme

C’est un vrai crime

Pour attaquer le tourisme

L’Egypte est toujours considérée

comme un soleil radieux

elle est le symbole de la paix

et elle le demeure

On ne peut pas définir

le sens du mot martyr

Les martyrs de Palestine

sont morts avec estime

et ceux de l’Iraq

N’étaient que victimes

La terre sainte peut longtemps souffrir

en gardant l’honneur dans son sein

et le sang de nos martyrs

n’est pas dévoué en vain

On ne peut pas définir

Le sens du mot martyr

Il est difficile d’imaginer

La force d’un tel personnage

Il affronte le danger

avec beaucoup de courage

Il est promis d’Allah, le plus puissant

d’être récompensé sans limites

Un paradis où il vit éternellement

Sans aucun regret, sans aucune perte

On ne peut pas définir

le sens du mot martyr

Salma Mohamed, Alexandrie.
Haut de page
 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631