Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

Patrimoine

La Une
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Idées
Portrait
Littérature
Livres
Arts
société
Sport
Environnement
Patrimoine
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine
Patrimoine. Depuis le 9 décembre, l’Egypte fait partie d’un immense « musée sans frontières » virtuel sur l’art islamique qui couvre le bassin méditerranéen.

Un musée islamique en ligne

La nouvelle édition du musée sans frontières, intitulée Discover islamic art ou A la découverte de l’art islamique, sera bientôt accessible à partir de la page d’accueil de l’Organisation du musée sans frontières (MSFF) : www.museumwnf.org, ainsi que du site spécial du projet : www.discoverislamicart.org. Les quatorze pays participant au projet Discover islamic art ont déjà achevé sa première phase. Cette dernière est déjà lancée depuis 9 décembre dans le cadre de la célébration du dixième anniversaire de la déclaration de Barcelone, en 1995. A cet égard, une grande manifestation a été organisée le 4 décembre au siège du Conseil Suprême des Antiquités (CSA) sous l’égide de Zahi Hawas, secrétaire général du CSA et d’Eva Schubert, PDG et directeur du musée sans frontières.

« Le nouveau musée virtuel de MSFF A la découverte de l’art islamique prolonge en le développant le concept déjà mis au point par MSFF pour organiser des expositions sans avoir à déplacer les œuvres d’art », indique Salah Sayour, responsable au Musée islamique du Caire. Ce projet s’appuie par ailleurs sur les résultats du cycle « L’art islamique en Méditerranée », réalisé par le réseau musée sans frontières, dans le cadre de la première phase du programme Euromed Heritage.

Il s’agit d’un site web multimédia et multilingue qui constitue en fait la plus solide source d’informations et de supports sur l’histoire de l’art et de la civilisation islamique actuellement disponible sur le réseau Internet. Financé par le programme Euromed Heritage de l’Union européenne, le nouveau projet du MSFF regroupe des pays d’Europe, d’Afrique du Nord et du Proche-Orient.

Fruit d’un partenariat exceptionnel entre le réseau MSFF, d’une part, et 17 musées de 14 pays méditerranéens et européens d’autre part, le projet Discover islamic art ouvre ses portes sur les différents aspects et histoires de l’art islamique à travers les longues époques de la civilisation de l’islam, depuis la dynastie des Omeyyades jusqu’au début de l’art ottoman, en Egypte, en Espagne, en Italie, en Jordanie, au Maroc, en Palestine, au Portugal, en Tunisie et en Turquie, comme un vaste musée unique à ciel ouvert, consacré à l’art islamique.

Cette nouvelle édition de musée sans frontières se constitue de neuf expositions thématiques présentant plus d’un millier (1 235) de monuments et sites archéologiques, dont 385 monuments et 850 pièces antiques d’Egypte, d’Algérie, de Jordanie, du Maroc, de Palestine, de Syrie, de Tunisie, de Turquie, et d’Europe : l’Allemagne, l’Italie, le Portugal, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni. « Les internautes ont maintenant accès à une large base de données et de ressources multimédias sur l’art islamique, qui est en fait d’une richesse incomparable grâce aux dernières innovations technologiques », estime Enaam Sélim, coordinateur local de musée sans frontières en Egypte. Les conservateurs des musées impliqués sélectionneront chacun jusqu’à 50 pièces de leurs collections et désigneront les monuments et les sites majeurs devant être traités dans les différentes sections du musée virtuel.

« Le visiteur du site Internet pourra donc prendre connaissance des pièces des 17 musées participants, et à travers ce même site, explorer les liens éventuels entre les différents objets et entre ces derniers et leur lieu d’origine, de quoi présenter tout le contexte de l’art islamique », explique le Dr Ulrike Al-Khamis, trésorier au département du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud au National Museum of Scotland. L’Egypte contribue au projet avec 35 sites archéologiques islamiques et une cinquantaine d’objets. Le musée islamique du Caire a été choisi pour mettre en évidence les beautés de l’art abbasside, fatimide et surtout mamelouk. La pièce la plus importante qui remonte à l’époque des Omeyyades se trouve au musée islamique du Caire.

Il s’agit du pot du calife omeyyade, Marwane Ibn Mohamad. Le musée renferme également bon nombre d’uniques et beaux objets mamelouks. « Formée de 51 pièces, la collection qu’a choisie le musée islamique pour être exposée au musée virtuel Discover islamic art remonte, pour la plupart, à l’ère mamelouke comme la porte du khanqa (couvent) du prince Chamseddine Sonqor Al-Tawil, la partie inférieure du chandelier de Zeineddine Katkhoda qui est fabriqué en cuivre incrusté d’or et d’argent. La collection comprend aussi le collier et les boucles d’oreilles de la reine Chagaret Al-Dorr, ainsi que l’épée et le lustre du sultan Qonsowa Al-Ghouri », indique Mohamad Abbass, directeur général du musée d’art islamique du Caire. Parmi les pièces appartenant à d’autres époques islamiques, il y a le cercueil de l’imam Al-Hussein (le petit-fils du prophète Mohamad), un Coran manuscrit de Yaqout Al-Mostaassemi, le scribe du calife abbasside Al-Mostaassem. Mais le plus bel objet reste une pièce qui remonte à l’époque fatimide représentant deux têtes de chevaux qui émergent d’un arbre dit l’arbre de la vie. Cette pièce est spéciale par sa minutie et sa symétrie.

Le site de Discover islamic art est libre sans mot de passe, tout le monde peut y accéder. « C’est le plus ambitieux et le plus passionnant projet jamais conçu par le musée sans frontières », estime Mohamad Abbass.

Un catalogue bien illustré ainsi qu’un logiciel cédérom, présentant les lignes de force du musée virtuel, ont été produits à l’occasion de l’inauguration du site. Ceux-ci donneront lieu à diverses opérations de relations publiques dans les pays concernés méditerranéens et européens. Destiné aux visiteurs des musées participants autant qu’aux étudiants, le musée virtuel et le livre illustré seront réalisés en plusieurs langues, dont une version complète en langue arabe. « Le musée virtuel est en trois langues, en anglais et en français et en arabe, et dans la langue originale de chaque pays, par exemple pour l’Italie, c’est écrit en italien. Le catalogue de Discover islamic art sera publié également dans ces trois langues. Il y aura aussi un livre qui va apparaître lors de l’inauguration et qui va être en langue arabe », indique Eva Schubert, PDG et directeur du musée sans frontières. Grâce à ce projet virtuel euroméditerranéen, les plus beaux et rares objets islamiques de 14 pays pourront être visualisés dans leur contexte .

Amira Samir

Retour au sommaire
 
Pour en savoir plus

La manifestation « Musée sans frontières » est un programme de promotion et de développement du patrimoine historique et artistique euroméditerranéen basé sur un nouveau concept qui est l’exposition itinéraire qui déplace, virtuellement, au public, les monuments et les sites archéologiques.

Les participants au projet de Discover islamic art :

Pays méditerranéens :

Algérie : Musée archéologique, Alger.

— Egypte : Musée d’art islamique, Le Caire.

— Jordanie : Musée de la Citadelle, Amman.

— Maroc : Musée archéologique national, Rabat.

— Palestine : Musée islamique et Librairie Al-Aqsa, Al-Haram Al-Chérif.

— Syrie : Musée archéologique national, Damas.

— Tunisie : Musée de Raqqada, Kairouan, coordonnant un réseau de cinq musées tunisiens, dont le musée du Bardo (Tunis), Sidi Kacem el-Jelizi (Tunis), de même que les musées de Mahdia et Monastir.

— Turquie : Musée d’art islamique et turc, Istanbul.

Pays européens :

— Allemagne : Musée d’art islamique au Pergamon Museum, Berlin.

— Italie : Musée national d’art oriental, Rome.

— Portugal : Champ archéologique et Musée de Mértola (coordonnant un réseau de 13 musées portugais abritant des collections d’art islamique, dont les musées de Silves et le musée Gulbenkian).

— Espagne : Musée archéologique national, Madrid.

— Suède : Musée des antiquités méditerranéennes et proche-orientales, Stockholm.

— Royaume-Uni : British Museum, Musées de Glasgow, Musées nationaux d’Ecosse, Victoria & Albert Museum (le réseau de musées du Royaume-Uni est coordonné par Visiting Arts, Londres).

 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631