Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

Patrimoine

La Une
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Idées
Portrait
Littérature
Livres
Arts
société
Sport
Environnement
Patrimoine
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine

Tourisme. 2005 avec ses troubles a constitué un défi majeur pour l'industrie du voyage partout dans le monde. L'Organisation mondiale du tourisme tente de relever le défi.

L'OMT face à une année de crise

Tsunami, terrorisme ou pandémies sont tous des catastrophes qui peuvent bien altérer l'industrie du tourisme dans le monde entier, causant de fortes crises. A cet égard, la délégation égyptienne qui a participé la semaine dernière à la 16e session de l'assemblée générale de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), dans la capitale sénégalaise Dakar, avec à sa tête Ahmad Al-Khadem, président de l'Organisation de la promotion du tourisme, a eu son point de vue lors du colloque sur la gestion des crises. Ce fut d'ailleurs l'un des plus importants colloques de cette session, car ce thème intéresse les 150 pays membres de cette organisation. L'Egypte a sans doute une grande expérience dans ce domaine, puisqu'elle vient de confronter une forte crise au cours de 2005 causée par les attentats terroristes d'Al-Azhar, de la place Abdel-Moneim Riyad et la plus grave, celle de Charm Al-Cheikh. L'Egypte est parvenue à surmonter rapidement cette situation puisqu'elle a réussi au cours de cette période de l'année à dépasser déjà le record de 8,2 millions de touristes, enregistré en 2004.

A l'issue de ce colloque, le conseil d'administration de l'OMT a annoncé à Dakar la constitution prochaine d'un groupe de travail sur l'évaluation des risques pour le tourisme et la gestion des crises, dont la présidence devrait être confiée à la France. Parmi les crises et risques majeurs, l'OMT distingue principalement le terrorisme, les risques de catastrophes naturelles, et les pandémies.

Geoffrey Lipman, conseiller de Francesco Frangialli, le secrétaire général de l'organisation, estime que les mesures prises face aux menaces de crises étaient « très disparates », venant de différents organismes spécialisés, mais manquaient de « coordination ». Il ajoute qu'un plan en préparation serait présenté en janvier 2006. Il constate que l'état de crise tend à devenir permanent. Ceci dit, ce plan essaye de dresser une carte des risques, d'identifier les publics concernés, la communication, les réseaux qui peuvent être utilisés, et de distinguer des modèles standards applicables afin d'unifier ces efforts. « L'OMT a sans doute un rôle à jouer pour collecter l'information, l'analyser et présenter des modèles, ainsi que de présenter l'aide aux pays frappés », assure Ahmad Al-Khadem. L'exemple de la grippe aviaire en est le prototype. Face à cette épidémie qui horrifie actuellement tout le monde, l'OMT « collecte les plans nationaux disponibles, les analyse et fait des recommandations concernant leurs volets touristiques ». Quant au terrorisme par exemple, l'organisation estime qu'il peut avoir un effet de frein sur les voyages, mais à court terme.

Le rôle de l'OMT ne doit pas se limiter à ce niveau, elle doit aussi aider à la reprise de croissance en cas de crise. « Notre institution doit faire jouer la carte de la solidarité entre ses membres, lesquels peu à peu prennent conscience qu'en situation de crise, ils cessent d'être concurrents pour devenir partenaires », conclut Fransesco Frangialli, secrétaire général de l'OMT.

Dalia Farouk
Retour au sommaire
 
 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631