Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

Environnement

La Une
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Portrait
Littérature
Livres
Arts
Société
Sport
Environnement
Patrimoine
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine

Plaintes. Le Bureau du service des citoyens de l'Agence Egyptienne pour les Affaires de l'Environnement (AEAE) en reçoit des milliers mais reste inconnu pour la plupart des Egyptiens.

Les efforts de l'ombre

« Travaillons ensemble au service des citoyens ». Telle est la devise inscrite sur la porte d'entrée du Bureau du service des citoyens de l'AEAE, située à Maadi. Ce service est équipé de quatre ordinateurs, trois téléphones et plusieurs bureaux. Les employés présents sont au nombre de 10. « Nous sommes 22, mais nous travaillons à tour de rôle, car notre bureau fonctionne 7 jours sur 7 », commente Racha, employée. Elle ajoute que le bureau est ouvert dès 8h et reste ouvert jusqu'à 22h. « Pour que l'on soit à même de comprendre la nature de chaque plainte, le ministère nous organise de temps à autre des ateliers de travail sur les différents sujets écologiques », assure Racha.
 

En fait, les trois téléphones du bureau ne cessent de sonner. Voilà un citoyen qui se plaint des tas d'ordures sous son logement à Madinet Nasr. Un autre se plaint d'un de ses voisins qui n'a pas hésité à installer une boulangerie dans son appartement à Imbaba. Une troisième se plaint de sa voisine qui a établi une basse-cour dans son balcon. Une quatrième qui se plaint de l'eau noire qui coule de son robinet.

Dans le cas de cette dernière, elle a été invitée à adresser sa plainte au Service des eaux du Caire. Il est vrai que le bureau coopère avec les services de l'Etat pour résoudre les problèmes des citoyens. Mais, il est préférable de déposer les plaintes directement aux services concernés pour économiser le temps, dit-on, jetant une sorte d'ombre sur l'utilité du bureau. Mais toujours est-il qu'il faut prendre en considération le nombre énorme des doléances. « Le nombre quotidien des plaintes est très grand. Par exemple, le 27 novembre dernier, nous avons reçu 31 plaintes », raconte Racha.

En effet, chaque plainte est enregistrée et numérotée dans un index. La date de présentation, le nom, l'adresse et le téléphone du plaignant sont aussi inscrits.

« Nous essayons d'être bien organisés ici », assure Gharib Hassan, directeur du bureau. Après avoir enregistré la plainte, le bureau la poursuit et la présente au conseiller du ministre de l'Environnement qui, à son tour, forme un comité avec les services concernés pour étudier la plainte et tenter d'y trouver une solution. « De plus, notre bureau dresse un procès-verbal pour garantir, le cas échéant, l'intervention de la police de l'environnement », assure Gharib. Il ajoute que leur rôle ne s'arrête pas au règlement du problème, mais ils vont plus loin. « Nous sommes censés sensibiliser les gens qui occasionnent l'infraction pour garantir que la même violation ne se répétera pas », lance Gharib.


Un service inconnu

Mais afin que la fonction du bureau soit efficace, il faut qu'il soit connu de l'ensemble des citoyens. « Moi personnellement, je ne savais pas qu'un tel service était assuré par le ministère de l'Environnement », indique Amr Kamal, ingénieur. Il ajoute qu'il a plusieurs plaintes et ne savait pas à qui les adresser.

Pourtant, le bureau a vu le jour avec l’entrée en fonction du premier ministre de l'Environnement, Mme Nadia Makram Ebeid, en 1997. Son objectif est de répertorier les problèmes écologiques grâce aux plaintes déposées par les citoyens, puis de tenter de les résoudre. Le bureau coopère avec les directions concernées qui peuvent, d'après la nature de leur tâche, trouver un remède. « Nous recevons des plaintes de toutes les branches de l'AEAE dans les différents gouvernorats. Notre délégué dans les branches suit les même étapes pour enregistrer les plaintes de la même façon », explique le général Atef Yaacoub, surveillant général du bureau. Il ajoute que durant la première moitié de l'année 2005, c'est-à-dire du 1er janvier au 1er juin, le nombre des plaintes enregistrées a été de 2 077 dans les différents gouvernorats. Ces plaintes ont été réglées à 80 %, selon lui. Il ajoute que son service essaye de faire de son mieux pour créer un climat de confiance entre le citoyen et le ministère de l'Environnement. « Mes employés ont passé le mois de Ramadan et le petit Baïram à tenter de régler le problème de la paille de riz brûlée en plein air à Charqiya ». Et d'ajouter : « Cette année, les Cairotes ont senti une amélioration de l'effet du smog, ceci grâce à nos efforts durant les mois de l'apparition du nuage noir », explique-t-il.

En effet, l'existence même d'un Bureau du service des citoyens est un point positif mais ... pour arriver à un meilleur profit, il faut que ce service soit connu.

« J'ai déjà entendu parler de la ligne verte d'une ONG, qui s'appelle le Bureau Arabe pour les Jeunes et l'Environnement (BAJE), située ici à Zahraa Al-Maadi, qui reçoit les plaintes et essaye de coordonner avec les ministères pour les résoudre, mais je ne savais pas qu'un service similaire était présenté par le ministère de l'Environnement », dit Samah, étudiante.

En effet, le Bureau du service des citoyens n'est connu que par ceux qui ont des contacts pour une raison ou une autre soit avec l'AEAE, soit avec le ministère de l'Environnement, soit encore par les voisins du ministère à Maadi.

« Ce que nous pensons faire, c'est exactement de coopérer avec le département des médias et celui de la sensibilisation pour utiliser les campagnes et les programmes de télévision et de radio afin d’informer les citoyens qu'un tel service existe à travers l'AEAE », assure Gharib Hassan .

Dalia Abdel-Salam
 
En attendant, voici les numéros du bureau pour toutes plaintes :

Tél. : 525 64 70 - 526 61 78

Fax 525 64 95

Les plaintes sont de même reçues à travers le E-mail sur l'adresse électronique du ministère

www.eeaa.gov.eg

 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631