Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

Le monde en bref

La Une
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde
en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Idées
Portrait
Littérature
Livres
Arts
Société
Sport
Environnement
Patrimoine
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine
Tanzanie . Après une campagne plutôt morose, le parti au pouvoir semble s’acheminer vers une victoire assurée lors des élections législatives et présidentielles de ce mercredi.

Une succession dans la continuité

Après dix ans au pouvoir, le président tanzanien, Benjamin Mkapa, s’apprête à quitter ses fonctions à l’issue des élections générales de ce mercredi 14 décembre. Pour autant, le changement n’est pas de mise. Dix candidats, dont pour la première fois une femme, se présentent à l’élection présidentielle, où le ministre des Affaires étrangères Jakaya Kikwete, candidat du parti au pouvoir, est le grandissime favori à la succession de Benjamin Mkapa.

Les élections générales, prévues initialement le 30 octobre, avaient été reportées après le décès de maladie d’un candidat à la vice-présidence d’une petite formation d’opposition. Aux élections législatives, qui se tiennent également ce mercredi, le parti au pouvoir part aussi grand favori. Le 30 octobre, seul l’archipel de Zanzibar, qui dispose d’un statut de semi-autonomie, avait élu son exécutif local. Se conformant à la Constitution tanzanienne, qui interdit plus de deux mandats consécutifs et qu’il n’a pas tenté de modifier pour rester au pouvoir — contrairement à d’autres chefs d’Etat africains —, M. Mkapa a annoncé son retrait de la présidence après dix ans de pouvoir. Il a ainsi ouvert la voie à l’élection d’un quatrième président tanzanien depuis l’indépendance en 1961.

Candidat du Parti révolutionnaire (Chama Cha Mapinduzi, CCM), le ministre des Affaires étrangères, Jakaya Kikwete, apparaît sans véritable rival au scrutin. Agé de 55 ans, il a dirigé sans interruption la diplomatie tanzanienne pendant les deux mandats de Benjamin Mkapa et fait partie des instances dirigeantes du CCM.

Face à lui, les neuf autres candidats apparaissent comme des faire-valoir. Parmi eux figure pour la première fois dans l’histoire politique du pays une femme, Anna Claudia Senkoro, 42 ans, également la plus jeune des postulants. Infirmière affectée à l’administration pénitentiaire, elle a fondé le Parti du progrès de Tanzanie (TPP). Le principal opposant, Ibrahim Lipumba, se présente pour la troisième fois au scrutin présidentiel. Ancien professeur d’économie à l’Université de Dar es Salam, il fut conseiller économique du prédécesseur de Benjamin Mkapa, Ali Hassan Mwinyi, et a notamment travaillé pour la Banque mondiale. Ancien du CCM, Augustine Mrema, 60 ans, se présente lui aussi pour la troisième fois à la présidentielle, après avoir été au début des années 1990 ministre de l’Intérieur puis vice-premier ministre.

Pour sa campagne, Jakaya Kikwete a mis en avant le bilan de son mentor. La Tanzanie a préservé au cours de la décennie passée sa paix intérieure alors que ses voisins des Grands Lacs (Burundi, Rwanda, RD Congo) sombraient dans la violence à grande échelle.

Le pouvoir met également en avant son bilan économique, même si la Tanzanie figure en 2005 parmi les 18 pays les plus pauvres de la planète bénéficiant de l’annulation de leur dette par le G8. En 2004, l’inflation avoisinait les 4 %, contre 27,1 % en 1995. La croissance a atteint 6,7 % en 2004, contre 3,6 % dix ans plus tôt. Les recettes fiscales de l’Etat ont également fait un bond spectaculaire : elles sont passées de 37,4 millions USD/mois en 1995/96 à 140 millions USD/mois actuellement.

Au contraire, les opposants attaquent les insuffisances de ce bilan, mettant notamment en cause la corruption du régime, favorisée selon eux par le monopole du CCM sur le pouvoir depuis 1961. Les 36 millions d’habitants du pays figurent toujours parmi les plus pauvres de la planète. L’opposition dénonce également la politique du régime sur l’île de Zanzibar. Elle conteste la victoire du parti au pouvoir, entachée de fraudes selon elle, à l’élection de l’exécutif local organisée le 30 octobre .

Maha Salem

Retour au sommaire
 
 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631