Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

Commentaire

La Une
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Portrait
Littérature
Livres
Arts
Société
Sport
Environnement
Escapades
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine
Que doit-on attendre du sommet arabe ?
Par Ibrahim Nafie

Ibrahim Nafie Le mécontentement et la déception qui ont prédominé chez l’opinion publique arabe à l’annonce par Tunis du report du sommet arabe ont montré l’urgence de tenir ce sommet. La décision tunisienne ayant suscité un véritable malaise, l'Egypte a appelé à la tenue du sommet au Caire et a trouvé un accord sur les sujets qui devraient y être débattus. Il est à noter que la décision unilatérale et subite de la Tunisie ne repose sur aucun droit. La présidence du sommet ne lui était pas encore officiellement attribuée pour lui permettre une telle décision. Le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa, qui poursuivait à Tunis les réunions préparatoires au sommet, n'a ni été consulté ni averti. Une décision unilatérale obscure, et sans justification aucune.

La réaction de l'opinion publique face à la décision tunisienne est une vraie réponse à ceux qui cherchent à mettre en doute la valeur et la nécessité d'une action arabe commune. Il n'est pas surprenant qu'Israël soit le premier à saluer la décision tunisienne, comme étant une indication positive d'un changement de position dans le monde arabe. A peine annoncé le report du sommet, un responsable israélien s'est empressé d'annoncer la satisfaction de Tel-Aviv, affirmant que l'hostilité arabe à l'égard d'Israël et l'opposition à l'occupation israélienne ne représentent plus le dénominateur commun de tous les pays arabes.

Nous avons besoin de tourner la page surtout que les principaux Etats arabes ont positivement réagi à l'initiative égyptienne de réunir le sommet et commencé des concertations sérieuses pour le réparer.

Dans leurs discussions sur la réforme de la Ligue arabe, les responsables arabes ont également besoin de connaître des principes et mécanismes d'action propres aux organisations régionales efficaces, profiter des expériences réussies dans ce domaine, comme l’Union européenne. Les Arabes sont appelés à tenir compte des principes et mécanismes des organisations régionales, sans négliger la nécessité de fixer une date pour la tenue du sommet, en vue de remédier à la déception qui recouvre la rue arabe.

Il est certain que les deux questions de l'Iraq et de la Palestine suffisent, à elles seules, pour inciter les dirigeants arabes à s'élever au-delà de ce qui peut exister entre eux de différends. Nous avons besoin d'un sommet arabe qui se termine par une vision précise et une politique pratique pour soutenir l'Iraq à l'approche de la date du transfert du pouvoir et de la souveraineté au peuple, et pour appuyer les droits arabes violés par les forces d'occupation. De même, la souffrance du peuple palestinien, les politiques agressives de Sharon, et les politiques qui visent à déchirer les terres palestiniennes exigent une position arabe consistante et forte.

Les initiatives de réformes étrangères pour le Moyen-Orient exigent par ailleurs que les Arabes aient un mot et une vision à transmettre dans l’objectif de protéger leur identité et dévoiler les desseins anti-arabes. En particulier les projets qui visent à diluer le monde arabe dans un ensemble plus large, le Grand Moyen-Orient. La Ligue arabe serait alors sans nécessité ou raison d'être.

Les dirigeants des grandes puissances sont aujourd'hui à l'attente de la position arabe, de la vision qui sera prise par le sommet au sujet de nombreux dossiers, en particulier celui de la réforme. De leur côté, les dirigeants arabes doivent s'élever au niveau des défis qui leur sont posés et au niveau des aspirations de la rue arabe, loin des désaccords et des intérêts particuliers.

 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631