Hebdomadaire égyptien en langue française en ligne chaque mercredi

Le monde en bref

La Une
L'événement
Le dossier
L'enquête
Nulle part ailleurs
L'invité
L'Egypte
Affaires
Finances
Le monde
en bref
Points de vue
Commentaire
d'Ibrahim Nafie

Carrefour
de Mohamed Salmawy

Idées
Portrait
Littérature
Livres
Arts
Femmes
Société
Sport
Environnement
Patrimoine
Loisirs
Echangez, écrivez
La vie mondaine
Rwanda-rd congo. L’armée rwandaise semble de nouveau avoir fait son entrée dans le territoire congolais, au risque de déclencher une nouvelle guerre.

Dangereux jeu de cache-cache

Indications et témoignages se sont multipliés ces derniers jours de la part de l’Onu et des populations locales sur la présence de soldats rwandais dans la province orientale congolaise du Nord-Kivu, frontalière du Rwanda. Selon plusieurs sources, entre 4 000 et 5 000 soldats rwandais se trouvent dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC), infiltrés depuis la semaine dernière. Plusieurs milliers de civils congolais ont fui des combats dans l’est de la RDC depuis le 24 novembre dernier, a notamment indiqué samedi un responsable de l’Organisation non gouvernementale Médecins sans frontières.

Ces informations confirment celles données jeudi par le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’Onu (OCHA) faisant état de combats à 150 km au nord de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, poussant sur les routes des milliers de civils. Du côté de Kigali, qui a envoyé des troupes dans l’ex-Zaïre en 1996-97 et de 1998 à 2002, la ligne officielle reste inchangée : les soldats rwandais ne sont pas entrés en RDC, toutes les indications allant dans ce sens sont « fausses ». Ceci malgré les déclarations du président rwandais Paul Kagame qui avait insinué en début de la semaine dernière que des troupes rwandaises « pourraient se trouver maintenant » en RDC pour neutraliser les rebelles hutus rwandais.

A chaque reprise, tout comme cette fois-ci, Kigali, où la minorité tutsie est au pouvoir depuis 1994, a invoqué la menace que représenteraient les rebelles hutus rwandais, réfugiés en RDC et souvent impliqués dans le génocide de 1994, pour intervenir dans l’ex-Zaïre. Kigali reproche à Kinshasa et aux Nations-Unies de ne pas avoir réussi à désarmer les extrémistes hutus présents au Congo.

Les rebelles hutus, regroupés dans le mouvement politico-militaire des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR), sont estimés à plusieurs milliers, certains observateurs avançant le chiffre de 8 000, essentiellement regroupés dans les provinces du Nord et Sud-Kivu, frontalières du Rwanda. De son côté, le président de la République Démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, a placé l’armée congolaise en « alerte générale » et annoncé jeudi le déploiement « en cours » des troupes dans les régions de l’est, où le Rwanda aurait envoyé des troupes. Rejetant « les prétentions » des autorités rwandaises d’imposer à la RDC « leur volonté d’hégémonie et de domination », le président Kabila a appelé les Congolais « à la cohésion (...) face à cette nouvelle menace contre les institutions de la transition et, au-delà, contre l’existence même de notre pays ».

« Les responsables rwandais ont toujours eu sur la RDC des visées politiques de domination et même d’occupation et des visées économiques d’exploitation et de prédation », a-t-il affirmé, accusant par ailleurs le Rwanda de vouloir « empêcher la tenue d’élections », prévues en juin 2005. L’est de la RDC, notamment la région des Kivus, composée du Nord et du Sud-Kivu frontaliers du Rwanda, est particulièrement riche en minerais. C’est de là que sont parties les deux précédentes invasions de la RDC par l’armée rwandaise, la dernière ayant provoqué une guerre régionale de cinq ans (1998-2003) qui a fait près de trois millions de morts, directement ou indirectement. Selon plusieurs observateurs, une intervention militaire rwandaise dans l’est de la RDC, même si elle ne ciblait que les rebelles hutus rwandais, risque d’attiser des tensions ethniques déjà très exacerbées dans cette région, notamment à l’encontre des Congolais d’origine rwandaise et surtout les Tutsis congolais.

A mesure que les témoignages se multipliaient sur la présence de soldats rwandais en RDC, la communauté internationale est progressivement sortie de son silence, appelant Kigali et Kinshasa à trouver une solution pacifique aux tensions actuelles. Les deux principaux alliés occidentaux de Kigali, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, ont également mis en garde le Rwanda, Washington dépêchant même un émissaire dans les deux capitales. Paris, qui entretient de bonnes relations avec Kinshasa, et l’Union européenne, un des principaux bailleurs de fonds de la RDC et du Rwanda, ont à leur tour appelé à la modération. Faute de rencontrer une résistance, Kigali ferait la démonstration que son influence s’exerce toujours sur cette région frontalière, où ses responsables militaires entretiennent des liens étroits avec les milices et les autorités locales, tout en contrôlant le commerce des minerais et en développant de grandes fermes .

Chérif Albert

Retour au sommaire
 
 

Pour les problèmes techniques contactez le webmaster

Adresse postale: Journal Al-Ahram Hebdo
Rue Al-Gaala, Le Caire - Egypte
Tél: (+202) 57 86 100
Fax: (+202) 57 82 631