Vendredi, 23 février 2024

 Les articles de

A son 5e mois, l’agression israélienne contre Gaza continue de révéler la grande chute matérielle et morale de cette guerre, dévoilant les masques hideux des néo-nazis en Israël, mettant à nu les fausses prétentions américaines des droits de l’homme et les mensonges des démocraties occidentales, et révélant l’échec de l’ordre mondial et son incapacité à mettre un terme aux massacres commis contre le peuple palestinien.

Les massacres israéliens sur Gaza se sont multipliés. Les forces de l’occupation ont démoli les maisons, les écoles, les hôpitaux et les lieux religieux sacrés.

Avec la visite au Caire, le 14 février, du président Recep Tayyip Erdogan, la première depuis septembre 2011, les rapports entre l’Egypte et la Turquie ont franchi un nouveau pas décisif, scellant leur réconciliation.

Les relations américano-iraniennes se concentrent sur une stratégie d’exploitation mutuelle pour la réalisation des objectifs des deux pays.

Deux événements culturels importants ont récemment eu lieu au Caire.

Les attaques des Houthis contre des navires marchands en mer Rouge ont fait entrer la guerre à Gaza dans une nouvelle dimension, mettant en péril le commerce international dans l’une des voies de navigation les plus importantes au monde.

Gerassimos Thomas, directeur général de la fiscalité et de l'union douanière à la Commission européenne revient sur la coopération climatique avec L’Egypte, notamment en matière de décarbonisation des exportations égyptiennes vers l’UE.

L’avènement de la 4e révolution industrielle et les progrès technologiques qui l’accompagnent ont retenu l’attention du monde entier, entraînant un intérêt sans précédent pour l’exploitation de l’Intelligence Artificielle (IA).

Ceux qui pensent que les récentes décisions de la Cour Internationale de Justice (CIJ) concernant la guerre à Gaza sont sans valeur parce qu’elles ne mentionnent pas nommément le cessez-le-feu ont tort.

2024 a commencé avec des développements qui pourraient changer la face du monde entier, avec l’émergence de l’Intelligence Artificielle (IA), qui assume désormais le travail qui était effectué par l’homme, devenant ainsi son concurrent.

Israël est dans un vrai dilemme, après presque quatre mois de guerre à Gaza. Devrait-il conclure dès que possible une trêve pour restituer les quelque 130 de ses otages qui y restent — au prix d’abandonner son objectif de détruire le Hamas — ou continuer sa guerre dévastatrice au péril de la vie des captifs israéliens ?

L’Afrique du sud a déposé, le 29 décembre, auprès de la Cour Internationale de Justice (CIJ) une plainte de 84 pages contre Israël, l’accusant de génocide contre le peuple palestinien.

Deux incidents étranges se sont récemment produits à Gaza. Tout d’abord, les forces d’occupation ont envahi des cimetières palestiniens, démolissant les pierres tombales et retournant le sol.

Chaque société ayant des racines historiques a des symboles fixes.

Après une longue absence, qui s’étend sur plus d’un siècle, Israël est au banc des accusés dans le procès du siècle devant la Cour internationale de justice.

Il faudra peut-être un an ou deux à la Cour Internationale de Justice (CIJ) pour trancher la plainte déposée par l’Afrique du Sud accusant Israël de crime de génocide contre les Palestiniens à Gaza.

A chaque fois que j’écoute ceux qui parlent du règlement politique de la cause palestinienne après la fin de la guerre d’extermination atroce qui se déroule actuellement à Gaza, je me demande qui sera capable d’oublier la tragédie humanitaire, que le monde est en train de voir, et d’accepter un règlement ?

« A défaut d’être le centre du monde — sauf peut-être durant l’Antiquité —, le Moyen-Orient n’a cessé d’être au coeur de son agenda », relève l’éminent politologue français Bertrand Badie dans son introduction analytique du rapport annuel « L’état du monde 2021 ».

La tension monte dans la Corne de l’Afrique à la suite de l’accord conclu le 1er janvier entre l’Ethiopie, un pays enclavé, et le Somaliland, en vertu duquel ce dernier accorde à Addis-Abeba un accès maritime sur le golfe d’Aden, non loin du détroit de Bab El-Mandab, qui contrôle l’entrée sud de la mer Rouge.

Enfin est paru à Londres le catalogue complet des oeuvres du grand artiste égyptien Abdel-Hady El-Gazzar (1925-1966).

1 2 3 4 5