Samedi, 20 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Ahmed El-Kholy : Nous comptons conquérir des marchés extérieurs

Mercredi, 07 décembre 2022

Ahmed El-Kholy, le PDG de la compagnie de crédit-bail Easy Lease, s’exprime sur son portefeuille diversifié d’activités.

Ahmed El-Kholy

Al-Ahram Hebdo : Easy Lease a vu le jour en 2021 pour devenir l’arme d’investissement d'Elsewedy Capital et a réalisé une croissance exceptionnelle. Expliquez-nous l’essor de la compagnie sur le marché local …

Ahmed El Kholy : Les réussites réalisées par la compagnie ont été portées par une vision claire et ambitieuse de la part de l’administration et des actionnaires qui a fait d’Easy Lease l’une des entités les plus distinguées dans les opérations de crédit-bail. La stratégie de la compagnie s’étend sur trois ans et compte sur la diversification du portefeuille financier et la conquête des marchés extérieurs qui offrent des opportunités prometteuses comme l’Arabie saoudite et l’Afrique. Cette orientation est consolidée par la présence de l’actionnaire principal, Elsewedy Group, dans plus de 30 pays africains.

 Quels sont les plans et les objectifs de la compagnie ?

— Easy Lease vise à augmenter le volume des financements dans deux ans pour passer de 1,7 milliard à 5 milliards de L.E. Ses objectifs sont graduels et consistent à atteindre 1,6 milliard de L.E. fin 2022, environ 3 milliards en 2023 et, enfin, 5 milliards en 2024. Le nombre de clients a atteint 72 dans la première année et 200 contrats ont été conclus. Alors que le volume des actifs en location ont atteint plus de 1 650.

 Easy Lease œuvre-t-elle à ouvrir de nouvelles lignes de crédit avec des banques opérant sur le marché local ?

 Des crédits à hauteur de 1,8 milliard de L.E. ont été ouverts avec 14 banques et la compagnie a pour objectif d’ouvrir d’autres crédits avec 5 nouvelles banques d’un montant de 600 millions de L.E. Easy Lease est sur le point d’obtenir une licence pour pratiquer l’activité d’escompte commerciale. Nous avons pour objectif de lancer la première opération de titrisation en 2023 d’une valeur de 50 millions de L.E.

 Quels sont les secteurs prioritaires dans le portefeuille de la compagnie ?

— Les grandes compagnies représentent 72 % du portefeuille de la compagnie contre 28 % de petites et moyennes entreprises. Au niveau des cartes de crédit, le secteur des promoteurs immobiliers s’accapare la plus grande part du portefeuille, soit 23 %. Alors qu’en ce qui concerne la nature des actifs, la part de l’immobilier est de 45 %, alors que celle des voitures est de 22 % ; 18 % pour les équipements lourds et les machines et le reste est consacré aux appareils médicaux.

 Existe-t-il une intention d’augmenter le capital de la compagnie ?

— Easy Lease a été fondée en 2021 avec un capital de 50 millions de L.E. et est en passe d’augmenter actuellement ce chiffre à 130 millions de L.E. et à 180 millions de L.E. à la fin de l’année prochaine. Je voudrais mettre l’accent sur l’efficacité de la compagnie à collecter ses dus financiers de la clientèle, surtout à la lumière des conditions difficiles du marché et ceci revient aux politiques de crédit qu’elle adopte. Les défauts de paiement ne dépassent pas les 0,5 %.

 Qu’en est-il de la diffusion géographique de la compagnie ?

— La vision de la compagnie est d’opérer de manière régulière sur le marché égyptien. Elle a affirmé sa présence dans 5 gouvernorats durant sa première année, Le Caire, Alexandrie, Sohag, Assiout et la mer Rouge. Cela ne met pas en cause l’objectif de conquérir les marchés étrangers.

 Les coalitions de crédits communs sont l’un des outils du crédit-bail pour réaliser les taux escomptés de croissance et augmenter les capacités limitées de financement des compagnies. Quelles sont les perspectives de votre compagnie dans ce dossier ?

— L’un des mécanismes principaux d’Easy Lease est la conclusion de partenariats. Récemment, un nombre de compagnies travaillant dans le crédit-bail a obtenu conjointement plus d’un crédit au profit de grands clients dans certains secteurs. D’autant qu’il existe un plafond pour les crédits-bails qu’il ne faut pas dépasser. De là est venue l’idée de partenariats entre compagnies afin d’atteindre les taux de croissance prônés. Les partenariats nécessitent d’unifier les politiques de crédit, ce qui veut dire unifier le niveau des risques et des garanties entre les multiples partenaires. En ce qui concerne les contrats, leur montant a atteint environ un milliard de L.E. durant la première année et notre quota financier a atteint 400 millions de L.E.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique