Vendredi, 12 juillet 2024
Société > Mode de vie >

Une crise au goût amer pour les Egyptiens : le prix du café dépasse 900 livres

Hanaa Al-Mekkawi , Mercredi, 06 mars 2024

La consommation annuelle de café en Egypte, oscillant entre 750 000 et 800 000 tonnes, subit les impacts des changements climatiques et des conflits mondiaux, entraînant une flambée des prix.

café
Grains de café torréfiés. Photo : Reuters

En Egypte, le café est plus qu'une boisson ; c'est un rituel. Dès l'aube, de nombreux Egyptiens s'accordent une pause-café, une pratique qui s'est répandue depuis l'arrivée des étudiants yéménites au XVIe siècle.

Cependant, cette tradition est aujourd'hui en péril, les prix ayant doublé ces derniers mois, atteignant entre 175 et 250 livres égyptiennes pour un paquet de 250 grammes, une augmentation substantielle qui touche profondément les consommateurs.

Selon Mohamed Nazmi, vice-président de la division du café de la Fédération des Chambres de commerce, le coût d'un kilo de café a même dépassé les 900 livres pour la première fois en Egypte.

L'Egypte, qui consomme entre 750 000 et 800 000 tonnes de café Robusta et Arabica chaque année, dépend de l'importation de plusieurs pays, y compris du Brésil, de la Colombie et du Kenya. « Nous importons aussi du café d’Inde car il est bon marché, mais il n’est pas très populaire chez les Egyptiens car son goût est un peu sucré », dit Nazmi.

Les variations de prix sont principalement attribuées aux changements climatiques dans les régions productrices et à l'instabilité économique mondiale, exacerbée par des conflits qui influencent le marché des devises et la disponibilité des devises étrangères. La situation est aggravée par les conditions météorologiques extrêmes, comme les deux mois de neige en Amérique du Sud et les pluies continues en Afrique, qui ont réduit la production de café.

En plus, les coûts de transport et d'assurance ont grimpé en raison des tensions dans la mer Rouge, contribuant à la crise.

Nazmi souligne que cette hausse des prix n'est pas uniquement due aux coûts d'importation, mais aussi à l'augmentation locale des coûts de production, incluant ceux des ingrédients comme la cardamome, dont le prix a atteint 1500 livres par kilo, ainsi que des coûts laboraux, de l'électricité et des taxes. Dans les cafés, le prix d'une tasse de café turc a augmenté, passant de 15 à 20 livres dans les établissements traditionnels, et est quatre fois plus élevé pour d'autres variétés de café dans les cafés de renom.

Les propriétaires de café, comme Nasser Sayed, expliquent que ces augmentations les affectent directement,. « La hausse des prix est devenue un fardeau, mais je ne peux arrêter la vente de café ni de thé. Ces deux boissons sont les plus désirées par les clients et elles représentent la source la plus importante du revenu avec le narguilé », explique-t-il.

Face à cette réalité, les consommateurs doivent adapter leurs habitudes. Tarek Gamal, un médecin habitué à son café américain quotidien, a dû se tourner vers des options moins onéreuses, comme les stands de rue, pour maintenir sa routine sans compromettre son budget. Bien que ces alternatives soient loin de ses préférences, elles lui permettent de continuer à profiter de son rituel matinal : « Ce n’est pas la même chose, mais c’est mieux que de m’en priver complètement », affirme-t-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique