Jeudi, 13 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Au quotidien >

Le fromage à l’honneur

Hanaa Al-Mekkawi , Samedi, 04 février 2023

Pour la première fois en Egypte, un festival du fromage s’est tenu au parc d’Al-Orman. Quatre jours durant, les visiteurs ont eu l’occasion de découvrir les produits laitiers égyptiens d’excellence qu’ils connaissent et ceux qu’ils ne connaissent pas. Au plus grand plaisir des gourmets et des gourmands.

Le fromage à l’honneur
Sensibiliser les gens et élargir leurs connaissances en produits laitiers constituent l’un des objectifs de l’événement. (Photo : Ahmad Réfaat)

Quatre jours de plaisirs gourmands. C’est ainsi que s’est déroulé le festival du fromage organisé pour la première fois en Egypte et au Moyen-Orient et qui est le second en Afrique. Au parc d’Al-Orman, à Guiza, les visiteurs sont arrivés environ une heure avant l’ouverture. La scène : un immense plateau de fromages. Tous les produits exposés sont fabriqués en Egypte, puisque cette première édition du festival du fromage lève le slogan de « Nous achèterons égyptien ». Pendant quatre jours, 40 entreprises et producteurs de fromage y étaient présents, sous l’égide du ministère de l’Agriculture.

D’après Mahmoud Hassan, responsable du festival et expert en marketing, le peuple égyptien est un amateur de fromage, et l’Egypte a des produits laitiers de haute qualité et se caractérise par quatre types de fromages que l’on ne trouve dans aucun autre pays : « roumi », « estambolli », « mech » et « qarich ». En outre, de nombreuses entreprises égyptiennes produisent de nombreux types de fromages qu’on exporte, mais beaucoup de gens l’ignorent. Le problème ici se résume à un manque de marketing. Alors, l’objectif du festival est de commercialiser les produits égyptiens au niveau local dans un premier temps, puis passer au niveau mondial. Mahmoud confirme que son entreprise a organisé des festivals similaires au cours des dernières années pour des produits alimentaires égyptiens très distingués tels que les dattes, le miel et les olives. Ces produits ne sont pas bien commercialisés malgré leur excellente qualité, mais après ce festival, les ventes vont sans doute augmenter.

« Prenons l’exemple du miel, l’Egypte occupe la troisième place parmi les pays arabes dans la production de miel d’abeilles, mais on ne voyait que deux types de miel seulement dans les supermarchés. Après le festival du miel qui a été organisé en 2019, on a vu 15 noms de marques dédiés à ce liquide doré », dit Mahmoud, en affirmant que c’est ça l’objectif : rassembler les producteurs de fromage et de produits laitiers dans ce festival, parce qu’ils méritent un meilleur statut tant au niveau local que mondial.


« Nous achèterons égyptien » est le slogan du premier festival du fromage en Egypte. (Photo : Ahmad Réfaat)

Camembert, edam et mascarpone « Made in Egypt »

Devant chaque stand d’exposition, les visiteurs s’arrêtent, goûtent aux divers échantillons de fromages et posent des questions aux producteurs et fromagers avant d’en acheter. Mais, le grand rassemblement a eu lieu surtout devant la vitrine de l’une des fromageries spécialisées dans la production de différents types de fromages importés. On peut découvrir du fromage de chèvre, du brie, du camembert (des fromages français), du gouda et de l’edam (hollandais), du mascarpone, du burrito et de la mozzarella (italiens), ils sont tous exposés, mais portant une étiquette estampillée « Made in Egypt ». Les échantillons servis sur les plateaux au public disparaissent tout de suite avec des expressions de félicitation et d’encouragement. « Pour la première fois, j’apprends que ces fromages sont fabriqués chez nous. J’en achetais de temps en temps, car ce sont mes fromages préférés, mais ils coûtent très cher quand ils sont importés. Aujourd’hui, je suis heureuse de savoir que je peux en acheter et à des prix modérés. L’important, après ce festival, serait de trouver ces fromages facilement », dit Laila Taher.

Selon Milad Wahib, directeur général de la fromagerie, ces produits existent sur le marché depuis 1991, mais tout était destiné au secteur du tourisme, comme les hôtels et les restaurants. En 1995, des hypermarchés avaient exposé une série de produits similaires. Mais il semble que très prochainement, la distribution et le marketing vont changer, afin de cibler directement les consommateurs. Wahib a pris cette décision suite aux différentes remarques positives qui ont été faites par les consommateurs lors de ce festival. Il a constaté que beaucoup de personnes ne savaient pas que ces produits existaient, alors que le marché en demande. « Les quantités de fromages qu’on avait ramenées pour les quatre jours du festival ont été vendues dès le premier jour », affirme Wahib.


(Photo : Ahmad Réfaat)

Ce dernier prend le temps de répondre à toute personne qui veut avoir plus d’informations sur la qualité et le goût, et prend pour exemple le fromage de chèvre. Pour fabriquer ce fromage en Egypte, le propriétaire de la fromagerie a importé des chèvres de France et a ramené un chef français pour fabriquer ses produits presque similaires à ceux qui sont confectionnés en France.

Connaître les variétés, distinguer la qualité

D’un stand à l’autre, la scène est la même : on goûte les fromages servis avec générosité et on en achète pour profiter des prix réduits lors de ce festival. Yasser Al-Tawil, qui préfère consommer du fromage lors de ses trois repas à la place du poulet ou de la viande, est aux anges. Ce qui le rend heureux, c’est de voir plusieurs types de fromages exposés chez plusieurs producteurs. Alors, il peut comparer les prix et les qualités avant de se décider d’en acheter. « Après ce festival, je ne vais pas seulement demander au marchand le type de fromage que je veux, mais je vais aussi vérifier avec lui sa composition et choisir celui qui me convient. Avant, c’était lui qui me proposait les types de fromages et j’acceptais sans réfléchir », dit Yasser Al-Tawil. Cette meilleure connaissance de chaque produit est l’un des objectifs du festival, comme le dit le directeur de l’Institut des produits animaux, Mohamad Atteya. « Il s’agit de sensibiliser les gens et d’élargir leurs connaissances en produits laitiers », signale-t-il. Et d’affirmer que bien que le fromage soit un élément essentiel dans le quotidien des Egyptiens, la majorité d’eux ne connaît et ne consomme que deux ou trois types de fromages. Et ils n’ont aucune idée de la grande variété de fromages qui existe sur le marché.

Atteya ajoute que les gens doivent apprendre à distinguer entre les bons et mauvais produits, par exemple les fromages en boîtes qu’on trouve sur les étals des magasins et que beaucoup de personnes achètent sans réfléchir. Et bien qu’il s’agisse d’une imitation, ils sont fabriqués avec des composants dangereux pour la santé. Toutes ces informations qui concernent les produits laitiers, les visiteurs du festival ont pu les trouver. Des nutritionnistes et des spécialistes étaient présents pour répondre à toutes les questions. Comment utiliser le fromage comme ingrédient ou additif alimentaire dans de nombreuses recettes de cuisine. Faire la différence entre les fromages fabriqués à partir de lait naturel et ceux transformés à partir d’huiles végétales. Donner les noms des usines qui fabriquent du fromage en Egypte. Comprendre les changements de goût et de texture d’un même type de fromage, d’une zone géographique à une autre en Egypte en le dégustant, fournissant ainsi plus de possibilité de goût pour le même type de fromage.


Devant chaque stand, on goûte les fromages servis avec générosité et on en achète à prix réduit. (Photo : Ahmad Réfaat)

Une industrie à développer

Sayed Khalifa, président du syndicat des Agriculteurs, estime que le festival du fromage égyptien est l’occasion de faire revivre le patrimoine égyptien, en particulier l’histoire du fromage égyptien, puisque ce produit figure sur les monuments et les temples, et a été découvert dans les tombes lors des fouilles archéologiques en Egypte, car le fromage remonte à des milliers d’années. D’après Khalifa, l’industrie fromagère égyptienne a commencé à se développer de manière significative et fait partie du système de développement de l’élevage, de l’amélioration de la race et des soins vétérinaires. Et ainsi profiter de ce festival, qui ne vise pas seulement à exposer des produits fabriqués en Egypte, mais également à présenter des idées et des visions et à formuler des recommandations qui contribuent au développement de cette industrie et à l’amélioration de la qualité des produits égyptiens.

De son côté, Abdel-Hamid Ghoneim, propriétaire d’une entreprise laitière fondée en 1900 au gouvernorat de Ménoufiya et membre de la division laitière d’Alexandrie, estime que pour que ce système soit achevé, il doit y avoir une union qui rassemble tous les producteurs et fabricants, afin d’avoir une vision commune et de participer à la résolution des problèmes qui entravent le progrès de cette industrie, tels que le manque de fourrage et les lenteurs administratives, pour pouvoir couvrir les besoins du marché local et faire de l’exportation. L’organisation de cours de sensibilisation et de formation pour les travailleurs dans ce domaine et la tenue d’expositions en Egypte et à l’étranger sont également importantes.

Outre les produits laitiers comme la margarine, la crème et le yaourt, le festival a présenté d’autres denrées qui accompagnent ces produits comme les olives, le miel (noir et blanc), les pâtes feuilletées au beurre (fétir). Il y avait aussi quelques idées créatives comme les cornichons noyés dans du lait et du pain aux noisettes. « Espérons que le festival sera plus grand l’année prochaine. On va essayer de le programmer dans divers endroits et plusieurs fois par an », conclut Mahmoud Hassan, après avoir constaté les réactions positives des consommateurs et des producteurs.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique