Vendredi, 21 juin 2024
Sports > Sports >

Angleterre: Manchester City historique ou Arsenal euphorique?

AFP , Samedi, 18 mai 2024

Manchester City
Erling Haaland de Manchester City, Jeremy Doku de Manchester City et Manuel Akanji de Manchester City célèbrent le deuxième but de leur équipe lors du match de football de la Premier League anglaise entre Tottenham Hotspur et Manchester City au Tottenham Hotspur Stadium à Londres. Photo : AP

Manchester City touche du doigt un quatrième titre consécutif, série jamais réalisée en Premier League, mais Arsenal veut encore croire à son "rêve", vingt ans après sa dernière couronne, dimanche (17h00), en conclusion d'une saison à suspense.

Les rivaux ont lâché les chevaux en 2024, portés par un rythme effréné, et seulement deux petits points les séparent devant la ligne d'arrivée.

Les "Citizens", en pole, s'avancent avec gourmandise vers un quadruplé historique, mais gare au dérapage! Car une défaite ou un nul contre West Ham, à domicile, ouvrirait la porte à Arsenal, hôte d'Everton.

"Tout le monde aimerait être à notre place, c'est certain. En même temps, est-ce que ça va être facile? Absolument pas", a mis en garde Pep Guardiola, entraîneur sacré cinq fois sur les six dernières saisons.

L'Espagnol a "le sentiment que ce sera comme Aston Villa", dernier match décisif de la saison 2021-2022, remporté 3-2 après avoir été mené 2-0. "Nous aimerions mener 3-0 après dix minutes mais ça n'arrivera pas", a-t-il prévenu, prédisant "un match difficile".

Manchester City tient à la Premier League comme à la prunelle de ses yeux, surtout après avoir laissé filer la Ligue des champions dès les quarts de finale. Or, il reste sur huit victoires successives et n'a plus perdu depuis le 6 décembre en championnat.

Arsenal est la seule écurie qui a réussi à suivre la cadence en 2024, avec 14 succès, un nul méritant chez City (0-0) et un revers, 2-0 à Villa Park, pour seul accroc. Sans que cela suffise, pour l'heure, à dépasser la machine infernale pilotée par Erling Haaland et consorts.

Arteta compte sur Moyes

N'allez pas dire à Mikel Arteta, toutefois, que les jeux sont faits.

"Si je n'y crois pas aujourd'hui, imaginez ce que ç'aurait été au mois d'août. Parce qu'avec ce qu'ils ont fait ces 12, 13 dernières années en tant que club, et ce que nous avons fait au cours des 20 dernières années en Premier League, nous n'aurions aucune chance", a déclaré l'entraîneur des "Gunners".

Avec les joueurs, "la seule discussion c'est +ok, nous devons nous donner la possibilité de vivre une belle journée dimanche, où le rêve est encore vivant+. C'est possible, c'est du football", a-t-il insisté.

L'Espagnol, nommé fin 2019, espère un coup de pouce de la part de West Ham et David Moyes, l'entraîneur qui lui a fait découvrir la Premier League, comme joueur, en 2005 à Everton.

Miser sur un relâchement des Mancuniens dans leur Etihad stadium, citadelle invaincue depuis novembre 2022 en Premier League, semble néanmoins un pari osé.

Emmanuel Adebayor, ancien attaquant togolais des "Gunners", n'y croit pas. "Je pense que vous savez déjà qui va gagner. C'est City, bien sûr. Malheureusement pour Arsenal, ils ont l'équipe la plus forte d'Angleterre en face d'eux", a-t-il déclaré à des médias, dont l'AFP, en marge d'un tournoi amical de la Fifa à Bangkok.

Manchester United hors d'Europe?

Championne ou pas, l'équipe actuelle d'Arsenal a réussi à réenchanter ses supporters avec un jeu flamboyant qui a ravivé l'espoir d'un premier titre depuis 2004, celui des "Invincibles" d'Arsène Wenger.

Retrouver le lustre d'antan est encore un projet inachevé pour Manchester United. L'équipe de Bruno Fernandes et Marcus Rashford aborde la dernière journée au huitième rang, avec une différence de buts négative (-3), et risque de ne pas jouer l'Europe la saison prochaine.

Il faudra gagner à Brighton dimanche pour espérer au moins accrocher la 7e place (peut-être qualificative pour la Ligue Conférence), actuellement détenue par Newcastle avec le même nombre de points.

Terminer en dehors du top 7 serait une première depuis 1990, et une véritable catastrophe pour l'entraîneur Erik ten Hag, même s'il reste une finale de Coupe d'Angleterre à jouer, le 25 mai, contre City.

Chelsea paraît par contre bien parti pour terminer sixième. Il reste même aux "Blues", adversaires de Bournemouth, un petit espoir de déloger l'actuel cinquième, Tottenham, trois points devant.

Les "Spurs" vivent une fin de saison catastrophique (cinq défaites en six matches) et espèrent terminer sur une bonne note à Sheffield United, lanterne rouge reléguée aux côtés de Burnley et, bientôt, Luton.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique