Samedi, 24 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Les Egyptiens bientôt champions olympiques

Doaa Badr , Samedi, 04 novembre 2023

Nation du squash par excellence, l’Egypte se réjouit de l’intégration de cette discipline aux JO 2028 de Los Angeles. Mais s’il s’agit d’une excellente occasion pour rafler davantage de médailles olympiques, le défi est aussi au rendez-vous.

Les Egyptiens bientôt champions olympiques

Lundi 16 octobre 2023. Une date historique pour toute la famille du squash du monde entier, et surtout d’Egypte. C’est ce jour-là que la présence du squash dans le programme des Jeux Olympiques (JO) 2028 de Los Angeles a été entérinée lors de la 141e session du Comité International Olympique (CIO) à Bombay (Inde). Une présence enfin actée après plusieurs candidatures refoulées. Ce sont les Etats-Unis, accueillant les prochains JO, qui ont proposé l’entrée de 4 disciplines : en plus du cricket, du baseball/softball, du « flag football » et de la crosse, le squash a tapé dans l’oeil du comité organisateur des Jeux californiens. Le format du tournoi et le système de qualification ne sont pas encore déterminés, mais il devrait y avoir un simple homme et femme, avec un tableau de 16 à 32 joueurs et un plafond à 2 joueurs par pays.

Il y a un peu plus de 6 mois, un accord marketing à plusieurs millions d’euros a été signé, ce qui a facilité l’intégration du squash au programme olympique. Cette décision a été prise en présence de la championne du monde égyptienne Nouran Gohar, qui représente les joueurs de la Fédération mondiale du squash à la candidature olympique.

Puisque l’Egypte est considérée comme la plus grande nation de cette discipline, les joueurs égyptiens ont explosé de joie. Nour El Sherbini, numéro un mondial chez les dames et 7 fois championne du monde, a dit : « Je suis très heureuse de l’intégration du squash aux JO 2028. Félicitations à toute la famille de la discipline. Attendez-moi à Los Angeles ». De son côté, le numéro un mondial et quadruple champion du monde, Ali Farag, a déclaré : « Cette décision est une grande victoire pour la discipline qui doit connaître un grand progrès durant les prochaines années. Malgré mes 31 ans, je rêve d’une médaille olympique et je fais mon maximum effort pour réaliser cela ».

Les Egyptiens dominent, mais …

Aujourd’hui, les Egyptiens dominent le classement PSA (Association professionnelle de squash). Le classement masculin témoigne de la présence de 5 Egyptiens avec la domination continuelle de Ali Farag (31 ans) en tête du classement, Mostafa Asal 3e, Mazen Hisham, avançant à la 6e place, ainsi que Tarek Momen et Karim Abdel Gawad remontent respectivement aux 8e et 9e places. Alors que le reste du top 20 voit Youssef Soliman à la 12e place, Fares Dessouky à la 14e place, Mohamed El-Sherbiny progresser à la 16e place et Ali Abou El-Enein à la 17e place.

Chez les dames, la situation est presque la même, puisque 4 Egyptiennes se trouvent dans le top 10 avec la domination de la reine du squash, Nour El Sherbini, qui continue de conserver la tête devant Nouran Gohar qui occupe la 2e place et Hania El-Hammamy la 3e place. Nour El-Tayeb revient à la 6e place. Tandis que le reste du top 20 a été témoin d’une agréable surprise pour le squash égyptien, la jeune championne égyptienne Amina Orfi, championne du monde junior, a progressé de 16 places d’un coup et s’est classée 20e pour la première fois de son histoire. Salma Hany est arrivée à la 11e place, Rowan El-Arabi 12e, Nada Abbas 18e et Farida Mohamed 19e.

« L’Egypte contrôle le jeu à l’échelle mondiale à tous les niveaux, mais l’avenir sera complètement différent et très difficile, et nécessite un grand effort de notre part pour maintenir notre domination mondiale après l’inclusion du squash aux JO », déclare Assem Khalifa, président de la Fédération égyptienne de squash.

Malgré la domination des Egyptiens sur le classement mondial et sur les titres des majeures compétitions, il existe un peu d’inquiétude concernant l’avenir du squash après être devenu un sport olympique. « Il faut faire attention, maintenant les grandes nations du sport vont offrir plus d’importance au squash. En tant que sport olympique, le sponsorship doit augmenter. En plus, comme le temps qui reste jusqu’aux JO 2028 n’est pas très long, donc quelques pays vont recourir vers la naturalisation, et comme les Egyptiens sont les meilleurs du monde, il faut faire attention à cela », confie Omar ElBorolossy, ancien champion de squash et ancien entraîneur de la sélection nationale, avant d’affirmer : « L’Egypte possède plusieurs joueurs d’un très haut niveau des différentes générations, la concurrence entre eux sera féroce pour la qualification olympique, et ensuite la médaille olympique ».

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique