Mercredi, 26 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

L’Afrique à l’affût

Mohamad Mosselhi , Vendredi, 01 septembre 2023

Les athlètes africains ont brillé cette semaine aux Championnats du monde d’athlétisme à Budapest en décrochant 22 médailles, dont 8 d’or. Retour sur les moments forts de cette compétition pour les athlètes africains.

Cheptegei, roi des 10 000 mètres

Cheptegei, roi des 10 000 mètres

L’Ougandais Joshua Kiprui Cheptegei a remporté la médaille d’or des 10 000 mètres, confirmant sa domination sur cette course de longue distance. Champion en 2019 et en 2022, Cheptegei a réalisé un chrono de 27’51’’42. Il a dépassé le Kényan Daniel Ebenyo (27’52’’60) et l’Ethiopien Selemon Barega (27’52’’72) qui ont remporté l’argent et le bronze respectivement. Cheptegei a raté l’occasion d’ajouter une nouvelle médaille à son compteur en déclarant forfait à la course des 5 000 m pour raison de blessure.

El Bakkali conserve son titre

Champion en 2022 et également champion olympique, le Marocain Soufiane El Bakkali a conservé son titre mondial des 3 000 mètres steeple, battant le recordman du monde, l’Ethiopien Lamecha Girma. L’Ethiopien représentait un risque au Marocain avec son nouveau record mondial en juin dernier (7’52’’11). Mais le Marocain était à la hauteur de sa mission en remportant l’or avec un chrono de 8’03’’53, alors que l’Ethiopien a réalisé 8’05’’44. Le Kényan Abraham Kibiwot a remporté le bronze avec 8’11’’98.

Zango, fierté du Burkina Faso

Avec sa médaille d’or au triple saut, le sauteur burkinabé Hugues Fabrice Zango est devenu le premier champion du monde de l’histoire de son pays. De même, cette médaille d’or est la première de l’histoire du continent dans cette discipline. Le sauteur de 30 ans a dû attendre jusqu’au 5e essai pour décrocher l’or avec un saut de 17,64 mètres. Après le bronze à Doha en 2019 et l’argent à Eugene en 2022, l’athlète burkinabé a complété son palmarès riche en médailles.

Letsile Tebogo écrit l’histoire

Le Botswanais Letsile Tebogo a inscrit son nom en lettres d’or dans l’histoire de l’athlétisme africain en offrant au continent sa première médaille sur les 100 mètres masculin. Et ce, en remportant la médaille d’argent avec un temps de 9’’88 derrière l’Américain Noah Lyles (9’’83) et devant l’Anglais Zhamel Hughes (9’’88). C’est la première fois qu’un Africain monte sur le podium de cette course dite la « reine des courses ». Le jeune sprinteur de 20 ans a aussi remporté le bronze des 200 mètres avec un chrono de 19’’81.

Doublé historique pour Kipyegon

L’athlète kényane Faith Kipyegon a fait la une des médias sportifs après son doublé à Budapest. Quelques jours après avoir remporté l’or des 1 500 mètres, elle a ajouté un autre sacre en décrochant l’or aussi mais cette fois-ci à l’épreuve des 5 000 mètres. Spécialiste des 1 500 mètres (or en 2017 et en 2022 et or aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016 et à Tokyo en 2020), la médaille d’or des 5 000 mètres est « la plus chère » à l’athlète de 29 ans, elle est la première de sa carrière dans cette distance.

Une première pour Tsegay

L’Ethiopienne Gudaf Tsegay possède à son palmarès plusieurs médailles mondiales et olympiques, mais c’était dans les distances des 1 500 et 5 000 mètres. Cette année, Tsegay a pris part aux 10 000 mètres et elle a réussi à décrocher l’or et aussi à battre sa compatriote Letesenbet Gidey, tenante du titre et recordwoman de la course. Tsegay a réalisé un chrono de 31’27’’18, alors que Gidey a réalisé 31’28’’16. Ejgayehu Taye remporte le bronze dans cette course purement éthiopienne avec un temps de 31’28’’31.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique