Jeudi, 13 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Nouvelle injection de dollars

Gilane Magdi , Mercredi, 08 mai 2024

L’Egypte doit recevoir cette semaine la deuxième tranche des 20 milliards de dollars prévus par l’accord de Ras Al-Hikma. Les experts s’attendent à un recul du billet vert sur le marché local.

Nouvelle injection de dollars
Le transfert de 14 milliards de dollars à la Banque Centrale augmentera la liquidité sur le marché. (Photo : AFP)

Dans quelques jours, l’Egypte recevra la deuxième tranche de 20 milliards de dollars prévue par l’accord d’investissement de Ras Al-Hikma conclu avec les Emirats Arabes Unis (EAU). 14 milliards seront transférés directement d’Abu-Dhabi, alors que 6 milliards seront mis en dépôt par les EAU à la Banque Centrale d’Egypte (BCE).

« L’arrivée de la deuxième tranche signifie l’injection de nouvelles liquidités de 14 milliards de dollars dans la BCE, ce qui maintiendra sa position en devises étrangères », explique à l’Hebdo Hany Amer, co-responsable du département de recherche au sein de la société de courtage Arab African International. Il prévoit que la BCE fournisse ces liquidités aux banques pour répondre aux besoins en dollars des importateurs des biens non stratégiques, tels que les automobiles et les téléphones portables. « Nous allons donc trouver de nouveaux produits disponibles sur le marché au cours de la prochaine période », prévoit-il.

Le gouvernement égyptien et Abu Dhabi Development Holding Company ont signé, le 23 février, un accord pour le développement du grand projet de Ras Al-Hikma, sur la Côte-Nord. L’accord consiste à injecter en Egypte 35 milliards de dollars d’investissements directs étrangers sur deux tranches, dont 24 milliards de dollars en liquidités directes et 11 milliards de dollars en dépôt à la BCE. La première tranche de 15 milliards de dollars a été versée à l’Egypte début mars, ce qui a permis au secteur bancaire de répondre aux besoins en dollars des importateurs de biens stratégiques. De même, les réserves internationales en devises ont augmenté, passant à 40,6 milliards de dollars en mars contre 35,3 milliards en février.

Le Fonds Monétaire International (FMI) a souligné, dans son rapport du 26 avril sur les première et deuxième revues du programme de crédit pour l’Egypte, que la BCE transfèrera 6 milliards de dollars de la deuxième tranche aux banques pour régler les arriérés en devises étrangères. « Cette injection augmentera les liquidités en dollars sur le marché et incitera les particuliers à céder les billets verts qu’ils détiennent aux banques ou aux bureaux de change, entraînant ainsi le recul du taux de change du dollar sur le marché », prévoit Amer. Selon les banques d’investissement, le prix officiel du dollar devrait baisser à 44 L.E. d’ici la fin de l’année contre 48 L.E. actuellement.

Le FMI a également signalé un autre impact positif sur la dette publique. Selon le rapport, le ministère des Finances recevra de la transaction l’équivalent en monnaie locale de 12 milliards de dollars afin de réduire la dette publique du même montant. « Le ratio de dette/PIB va donc baisser de 99 % en 2023-24 à 86 % en 2024-25 et à 79 % en 2025-26 », prévoit l’institution monétaire internationale.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique