Jeudi, 13 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Escales >

Quand faire plaisir vire à l’abnégation

Amira Doss , Mercredi, 08 mai 2024

Vouloir plaire à tout le monde, chercher la validation auprès des autres, c’est ce qu’on appelle le people pleasing, ou syndrome de la suradaptation. Un phénomène très fréquent chez ceux qui manquent d’estime de soi. Explications en questions-réponses.

Quand faire plaisir vire à l’abnégation

Qu’est-ce qu’un people pleaser ?

C’est une personne qui est constamment préoccupée par le désir de satisfaire les attentes des autres au détriment de ses propres besoins. C’est, d’après les psychologues, une personne accommodante, toujours prête à répondre aux attentes des autres. Cette tendance de chercher à plaire peut être motivée par un incessant besoin d’adhésion, de validation et d’approbation sociale et professionnelle. La peur du rejet ou d’un probable conflit pousse certains individus à privilégier cette approbation.

Sur TikTok, le hashtag #people pleaser a totalisé plus d’un milliard d’occurrences. La preuve que le sujet préoccupe de plus en plus de personnes dans le monde.

Quelles sont les caractéristiques d’un people pleaser ?

Selon une étude publiée dans la revue Psychology Today, ce comportement peut sérieusement compromettre le bonheur global de la personne qui l’adopte. Selon la revue, plusieurs signes pourraient confirmer cette hypothèse. A commencer par la conformité, c’est-à-dire la difficulté à exprimer son point de vue par peur de contrarier ou de provoquer des conflits avec les autres ; l’indécision et le besoin de consulter les autres avant de prendre une décision ; l’auto-sacrifice, c’est-à-dire la tendance à mettre de côté ses propres aspirations pour s’accommoder à celles des autres. Il y a aussi la dépendance émotionnelle et le fait d’être constamment influencé par le regard des autres ; la peur persistante du rejet ou du jugement ; la perception de faiblesse quand on essaie de dire non ; le besoin d’approbation et d’acceptation sociale, ainsi que la tendance au perfectionnisme. Autres signes, et pas des moindres : souffrir en silence et éviter les conflits.

Face à cette quête continuelle de satisfaire les autres, l’on finit souvent par accumuler frustration et colère intérieure face à vos efforts qui ne semblent jamais suffisants.

Comment devient-on un people pleaser ?

D’après la psychologue Sawsan Helal, on ne naît pas people pleaser, on le devient. C’est plutôt une tendance qui se développe au fil du temps en réponse à certaines interactions sociales. L’adaptation, d’après Helal, joue un rôle crucial dans ce processus. Nos sociétés valorisent la conformité, incitant les individus à se plier aux normes établies par leur environnement. Cette peur du rejet conduit certains à adopter le comportement de people pleaser par crainte de décevoir ou d’être exclu. Faire des compromis sur ses besoins et désirs devient donc le mécanisme adopté pour satisfaire aux autres.

Quels facteurs peuvent contribuer à cette tendance ?

On n’agit pas tous de la même façon par rapport aux contraintes sociales. Il existe certaines particularités et certains traits personnels qui poussent des individus à adopter ce comportement : une sensibilité extrême aux opinions des autres, un besoin profond de reconnaissance, une envie irrésistible d’être apprécié, même au détriment de son propre intérêt, une crainte de défendre son point de vue, une indécision chronique résultant de la peur du jugement.

Comment résister à ce comportement ?

D’après Sawsan Helal, il faut développer un comportement assertif en exprimant ses pensées et sentiments de manière claire, sans crainte ni hésitation. Cela commence par valoriser ses besoins personnels et cultiver l’autonomie en prenant des décisions qui sont avant tout bénéfiques pour vous. Cela nécessite un travail de développement personnel et parfois une assistance pour apprendre à ne pas se plier aux attentes des autres et à développer son estime de soi. Un processus psychologique peut aider la personne à ne pas laisser les opinions des autres et les attentes externes influencer ses actions. Un mécanisme d’autonomie émotionnelle est une étape psychologique essentielle pour retrouver son équilibre personnel. Un autre mécanisme sert à booster la conscience de soi. Cela commence par le fait d’identifier clairement ce qui compte réellement pour vous. Toute relation saine doit être basée sur le respect mutuel et non pas le plaisir d’autrui.

Quels risques encourt le people pleaser ?

Ces personnes ont souvent tendance à rentrer dans une case, accomplir toutes les tâches qui leur sont assignées. Ce sont souvent des personnes hypersensibles qui détestent le conflit. Elles sont donc souvent la proie de personnes manipulatrices, narcissiques et toxiques. Le people pleaser n’a pas tendance à s’affirmer et, par conséquent, ne va pas exploiter son vrai potentiel. C’est un comportement autodestructeur. Dans chaque relation saine, être validé par les autres est nécessaire, mais cela ne doit jamais remplacer votre propre validation. Entendre un feed-back est important, mais le plus important c’est d’être conscient de sa propre valeur et de ne pas s’écrouler au moindre avis négatif.

 Tout commence à l’enfance

A un âge très précoce, les messages que les parents envoient à leur enfant sont cruciaux dans ce processus. Tout dépend de la façon dont les parents expriment leur admiration et leur fierté à l’égard de leur enfant. En cours de route, peu importe ses peurs et ses échecs, il sait que ses parents vont le rassurer et surtout l’aimer et l’accepter. En avançant dans la vie, fort de cette approbation, il saura faire des choix. Ayant senti que ses parents le valident, il pourra croire en lui, en ses capacités, il s’aimera et aura la liberté d’agir en fonction de ses propres principes et valeurs, et non pas ceux des autres.

Par contre, si les besoins fondamentaux comme l’amour et la validation font défaut, ou s’il est accablé de critiques et d’avis négatifs, il deviendra livré à lui-même, grandira dans l’insécurité et « son enfant intérieur » (inner child) restera blessé. Adulte, il sera plutôt timide, réservé, hésitant et aura besoin de l’approbation des autres pour agir. Alors que pour vraiment exister, il faut surtout apprendre à se différencier, à prendre des risques, à déplaire et à ne pas chercher un abri à la moindre contradiction.

Mais, malheureusement, un être humain ne peut pas se valider seul. On a besoin de quelqu’un pour se mettre sur la bonne voie. Dans les relations amoureuses, un people pleaser sera constamment à la recherche et à l’attente de marques d’affection de son partenaire. Mais, ce besoin devient souvent obsessionnel. Si la peur est à l’origine de ce manque d’attention, cela risque d’épuiser le partenaire et de le perdre. Tout commence par le fait d’apprendre à exister pour soi-même.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique